France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

L’Amapá appelle à la coopération sanitaire

A.G. Mercredi 20 Mai 2020 - 16h35
L’Amapá appelle à la coopération sanitaire

Le bilan s’alourdit de jour en jour dans l’Amapá où le Covid-19 a fait 142 victimes depuis le début de l’épidémie. Face aux manques de moyens sanitaires de l’Etat, une intersyndicale Guyane Amapá milite pour davantage de coopération.

L’épidémie de Covid-19 continue de se propager dans l’Amapá où 239 nouveaux malades ont été recensés en 24 heures, ce qui porte le nombre de cas confirmés à 4.549 (onze d’entre eux ont été testés positifs à Oiapoque où on compte 94 cas). Selon le bulletin de suivi épidémiologique de l’Amapá, 142 personnes sont décédées des suites du virus depuis le début de la pandémie ; trois étaient originaires d’Oiapoque. Actuellement, 7.576 prélèvements sont en cours d’analyse et 4.702 cas suspects ont été exclus ; 1.348 malades ont été guéris.
« 90% des lits de réanimation occupés »
Face à cette situation épidémique quasiment hors de contrôle en Amapá, les syndicats guyanais FSU et Sud éducation au côté du Sindufap, un syndicat brésilien de l’enseignement supérieur, sonnent l’alarme : « La maladie n’a ni frontière ni nationalité. » Cette intersyndicale, officiellement créée l’année dernière à l’occasion de manifestations contre la réforme de l’enseignement de Jair Bolsonaro, a tenu une conférence de presse devant le consulat du Brésil à Cayenne hier. Elle demande de maximiser la coopération sanitaire entre la Guyane et l’Amapá.

« Les places manquent, à Oiapoque, pour les malades Covid-19 graves. Ils doivent être transférés à Macapá où les lits de réanimation sont occupés à plus de 90 %, témoigne Sydney Lobato, du Sindufap. Nos structures sont quasiment à saturation à Macapá et il y a un manque de transparence. Ainsi, plus d’une centaine de personnes sont officiellement décédées du Covid-19 dans l’Amapá mais il est probable qu’en réalité ce soit le double. Le dépistage est souvent réalisé quand le malade meurt et comme les laboratoires sont débordés, obtenir le résultat prend beaucoup de temps. »
« Ouvrir nos hôpitaux »
Devant l’urgence de la crise sanitaire dans l’Amapá, l’intersyndicale appelle à la solidarité et demande à la Guyane d’ouvrir ses hôpitaux et de mettre à disposition ses moyens sanitaires. « Des collectifs de médecins, français comme brésiliens, et des politiques l’ont déjà demandé, explique Samuel Tracol, de la FSU. Du côté guyanais, on a un hôpital qui n’est pas surchargé et qui a le matériel. »

A l’heure où, à Oiapoque comme à Saint-Georges de l’Oyapock, les cas de Covid-19 sont quotidiens, Sydney Lobato estime que « la coopération internationale s’impose car, si on essaie de faire face au problème que d’un seul côté de la frontière, nous ne pourrons pas arrêter la propagation du virus ».
17.971 décès au Brésil
Alors que le président du Brésil, Jair Bolsonaro, continue d’encourager les travailleurs à nier la gravité du Covid-19, l’Etat de l’Amapá a officiellement décrété un confinement pour dix jours dans toutes les municipalités. « Depuis le début de la crise, le gouvernement entrave le débat public avec des fake news dans le but de soutenir des opinions terribles pour tous les travailleurs, et notamment les plus pauvres. La position de Bolsonaro a eu un impact très négatif sur la prise de conscience de l’importance de la distanciation sociale. Et l’Amapá n’est pas différent », regrette Sydney Lobato.

La pandémie prend des proportions alarmantes dans le pays qui a enregistré pour la première fois plus de 1.000 morts en 24 heures. Depuis le début de l’épidémie, 17.971 personnes sont décédées des suites du virus au Brésil, qui déplore plus de la moitié des 30.000 morts enregistrés en Amérique latine et dans la Caraïbe.
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Garimpo 20.05.2020

Ah bon? Et comment démontrez vous que sauver des vies Brésiliennes en acceptant des malades en réanimation, freinerait la propagation du virus ?
De plus, 5000 kilos/an d’or/an minimum, c’est déjà une belle contribution au bien être de nos voisins , non ? Cela en fait des places en réa ...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
5 commentaires
A la une
2 commentaires
1 commentaire