France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

D’après une enquête américaine, soleil et humidité affaiblissent le coronavirus

A.G. avec AFP Vendredi 24 Avril 2020 - 17h34
D’après une enquête américaine, soleil et humidité affaiblissent le coronavirus

Selon une étude américaine, le soleil et l’humidité affaiblissent le coronavirus. Cette hypothèse, soulevée en Guyane aussi, ne doit cependant pas faussement rassurer.

Selon une étude présentée jeudi à la Maison-Blanche, le nouveau coronavirus s’affaiblit dans une atmosphère chaude et humide. La lumière du soleil en particulier semble avoir « un effet puissant » pour tuer le virus, affirme cette étude, jugée « encourageante » par le vice-président des Etats-Unis, Mike Pence. Pour étayer ses dires, un expert a présenté quelques données chiffrées de cette étude menée au National Biodefense Analysis and Countermeasures Center. Selon ces données, une demi-vie du virus, à savoir le temps nécessaire pour réduire de moitié sa puissance, est de dix-huit heures lorsque la température est comprise entre 21 et 24 degrés Celsius, dans un contexte de 20 % d’humidité sur une surface non-poreuse. Cette demi-vie est ramenée à six heures quand le taux d’humidité monte à 80 % et à deux minutes seulement lorsque la lumière du soleil entre dans l’équation. Si le virus est en suspension dans l’air, la demi-vie est d’une heure avec une température de 21 à 24 degrés Celsius et 20 % d’humidité. Avec ce même taux d’humidité et cette température mais si la lumière du soleil s’ajoute, cette durée tombe à une minute et demie.

L’hypothèse de la sensibilité du virus à la chaleur et à l’humidité avait été évoquée ces dernières semaines en Guyane, au regard des différences de la courbe épidémique entre l’Hexagone et notre région. En effet, la Guyane est l’une des régions de France les moins touchées, avec 109 cas diagnostiqués et un décès (*). « On lit cette étude avec intérêt, confirme Loïc Epelboin, infectiologue au Centre hospitalier de Cayenne. Mais ça reste une étude et il y a encore beaucoup d’inconnues dans l’équation. A Mayotte, aux Antilles ou dans certains pays du sud comme l’Equateur, elle ne se confirme pas vraiment car il y a là-bas de grosses épidémies, quand même. C’est une hypothèse cohérente qu’on va infirmer ou confirmer dans les mois qui viennent. On continue d’espérer mais il ne faut pas se rassurer faussement non plus ! On peut aussi émettre l’hypothèse selon laquelle si on a peu de cas en Guyane, c’est aussi parce que nous avons été confinés très tôt... »
Peu de formes très sévères en Guyane
L’évolution de l’épidémie et le Covid-19 lui-même sont étudiés au sein de l’unité des maladies infectieuses et tropicales (UMIT) du Centre hospitalier de Cayenne. Les patients guyanais font l’objet d’une étude descriptive spécifique : GuyaCovid. L’UMIT participe également à différentes études nationales : l’étude du Covid chez les personnes âgées et les personnes diabétiques ; l’utilisation de corticoïde pour l’amélioration des patients qui ont le Covid, etc.
« Ce qu’on peut constater c’est que, même si on a eu des patients hospitalisés, en réanimation et un décès, on n’a pour l’instant pas eu beaucoup de formes très sévères. On a cette chance. On constate aussi que ce qu’on avait dit il y a quelques semaines s’est confirmé : dans les quartiers où le confinement est difficile à mettre en place, la circulation du virus est plus facile. C’est le cas à Grand-Santi ou au village Cécilia de Matoury [où se trouvent les deux foyers épidémiques, ndlr]. Pour l’instant, ce sont des constations et on ne sait pas ce qui va se arriver si on passe à la phase déconfinement. Et ça, c’est une crainte absolument partout dans le monde », prévient Loïc Epelboin.

(*) La Nouvelle-Calédonie fait mieux : au 24 avril, 18 malades Covid-19 seulement ont été recensés (17 ont quitté l’hôpital), aucun patient n’est allé en réanimation et 817 patients sont en quatorzaine. Depuis le 18 mars, 4.129 tests ont été réalisés. Les établissements scolaires de la province Sud ont rouvert mercredi à un premier groupe d’élèves pour une reprise progressive.
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

dtc97300 26.04.2020

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
foxtrot-yankee 25.04.2020

chers France Guyane,
J'aimerais être rassuré par ce que vous écrivez : à savoir (je résume) : "il y a de bonnes chances que les Guyanais soient protégés du virus SARS-CoV-2 grâce au climat local, c'est une étude sérieuse qui le dit".
Sauf que ce n'est pas vrai. Attention : ça ne veut pas dire que c'est faux.
Cette étude N'A PAS été rendue publique, contrairement à ce que vous indiquez ("The study, carried out at the National Biodefense Analysis and Countermeasures Center in Maryland, which is part of the DHS, has not yet been made public and is awaiting external evaluation." source : https://www.newsweek.com/sunlight-kills-coronavirus-scientist-1500012 ).
Alors que nous avons ici en Guyane au moins un Médecin compétent en maladies infectieuses (Dr Epelboin) qui s'est exprimé sur le sujet : "même si certains d'entre nous, ont osé rêver que l'hygrométrie et la température élevées de la Guyane permettraient de limiter la propagation du coronavirus, l’épidémie risque néanmoins d’arriver assez vite" (source : https://www.whatsupdoc-lemag.fr/article/guyane-calme-plat-avant-la-tempete-covid-19 ).
Je comprends votre légitime empressement à informer les gens. Je vous supplie cependant de conserver un peu de prudence afin d'éviter d'encourager les gens à sortir sans quoi la note du boucher va grossir.
Respectueusement

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 26.04.2020

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 25.04.2020
Mais bien sûr...

Et d'après le patron des américains boire du Canard WC, du Destop ou même de la Javel à l'heure de l'apéro, eh bien ça détruit le virus en moins de 1mn30 et le patient retrouve ses poumons de 20 ans.
Ce serait même encore plus efficace en piqure intraveineuse, couplée à une exposition de 8h22mn en cabine UV.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
2 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
1 commentaire