• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Covid-19 : Vers un couvre-feu du samedi soir au lundi matin ?

Propos recueillis par Pierre ROSSOVICH Mardi 19 Janvier 2021 - 19h19
Covid-19 : Vers un couvre-feu du samedi soir au lundi matin ?
Thierry Queffelec : "On rappellera la loi et on la fera appliquer s’il n’y a pas d’autres solutions"

Le préfet Thierry Queffelec l'assure : de nouvelles mesures seront prises cette semaine après ce qui s'est passé dimanche. Il répond à nos questions. 

Après ce qui s'est passé dimanche dans les rues de Cayenne (lire ici), se dirige-t-on vers un couvre-feu du samedi soir au lundi matin ?
Le couvre-feu ne se décide pas tout seul dans mon bureau. Cela se décide en collégialité. C’est la raison pour laquelle, d’une façon hebdomadaire, la cellule interministérielle de crise se réunit. Ce qui nous permet d’évoquer des situations tactiques à prendre contre le virus. A partir de là on prend des décisions pour protéger le territoire (La cellule interministérielle de crise se réunit ce jeudi. Les nouvelles mesures sont annoncées à l'issue, ndlr).
Quoi qu’il arrive de nouvelles mesures seront prises ?
Évidemment. Comment freiner la transmission du virus ? La meilleure solution est de rompre un maximum de contacts sociaux. Si on met un couvre-feu le dimanche, c’est x milliers de contacts sociaux qui n’auront pas lieu. Ce qui permettra de moins transmettre le virus, et donc qu’on ait moins de personnes hospitalisées, et en réanimation.
La situation est inquiétante selon vous ?
C’est un peu comme en voiture. On sait qu’on va trop vite quand le compteur est trop haut. Actuellement, le moteur tourne très vite chez nous. Nous sommes à un taux d’incidence de 277. C’est un chiffre énorme. Les Antilles, par exemple, ont un taux à deux chiffres. Nous sommes à trois chiffres. Il y a des mesures à prendre. Il y a également un taux de reproductibilité assez fort. Nous sommes sur une tendance montante. Le seul objectif est de rester dans la capacité de pouvoir soigner tout le monde.
Votre commentaire sur les carnavaliers qui se sont tout de même réunis dimanche malgré l'interdiction ? 
Environ 800 personnes sur l’ensemble de la Guyane se sont rassemblées dimanche pour faire le carnaval. Quelques-unes à Saint-Laurent-du-Maroni, l’essentiel à Cayenne. Le message est de leur dire : attention, vous risquez de transmettre le virus à vos amis, à vos ainés, à vos parents. Il y a un véritable danger.
Après un week-end très tendu il y a deux semaines, on a l’impression que vous avez laissé faire le week-end dernier pour mieux réagir le week-end prochain ?
Ce n’est pas une théorie de l’élastique. Le but d’un préfet est de définir une stratégie qui défende l’ensemble de la population. On fait face à un virus mutant. On a l’exemple brésilien très proche de nous à Manaus. Le virus développe une capacité de transmission de plus en plus rapide. Et s’il se transmet de plus en plus vite, alors les hôpitaux vont devoir travailler de plus en plus. On essaie de diminuer la pression sur le système hospitalier afin que chaque personne qui tombe malade puisse être soignée dans de bonnes conditions.
Vous êtes donc dépassés par les carnavaliers. Le couvre-feu est la seule solution ?
Je ne pense pas que l’on soit dépassés, car on s’adresse d’abord à l’intelligence des gens. On leur explique et s’ils n’ont pas compris, on continue à leur expliquer. Le couvre-feu est un outil opérationnel efficace. Il a fait ses preuves. Donc pourquoi ne pas le réutiliser ? Il faut en tout cas couper la transmission interhumaine.
Si nous sommes reconfinés le dimanche, et qu’il y a tout de même des sorties carnavalesques, comment allez-vous réagir ?
Cela dépend des sorties carnavalesques. A Saint-Laurent-du-Maroni, avec beaucoup d’humour, six personnes se sont déguisées en médecins et ont fait leur carnaval. La gendarmerie est intervenue, a constaté qu’ils étaient dans la loi, dans l’arrêté. Cette sortie ne présentait aucun risque. Ce que nous avons vécu au quartier Hibiscus à Cayenne, il ne faudra pas le refaire. Là on sera obligés d’intervenir. Je le dis clairement : on rappellera la loi et on la fera appliquer s’il n’y a pas d’autres solutions.
Que répondez-vous au ras-le-bol d’une certaine partie de la population ?
Le Covid ne s’arrête jamais. Il va sur une personne et il meurt avec. Si on n’est pas dur avec lui, c’est sûr qu’il y aura d'autres morts. Il y en a déjà eu trop en Guyane, 76 actuellement. Le but est d’éviter les morts inutiles. Ne pas prendre conscience et privilégier son intérêt avant l’intérêt général est une erreur foncière.
Vous avez rencontré plusieurs acteurs du carnaval cet après-midi, quelle est leur position ?
J’ai rencontré des personnes responsables. Je leur ai demandé s’il y avait des solutions qui m’échappaient. Le carnaval est dans l’ADN des Guyanais. Les gens l’attendent et là, il y a une sorte d’amputation. Si on peut amoindrir cette amputation, je suis ouvert, comme je l’ai été pour les restaurants. Mais ça ne sera pas la fête comme on l’entend.
Y a-t-il eu un manque d’anticipation quand on voit tous ces jeunes sortir faire le carnaval ?
Les jeunes ont des parents et des grands-parents. Ce n’est pas de la responsabilité de la préfecture de faire un maintien de l’ordre au sein des familles. La pédagogie se répète, vient ensuite la sanction.



Pour en savoir plus :
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
17 commentaires

Vos commentaires

Awala 22.01.2021

Le carnaval est d’origine européenne. Il n’est pas dans l’ADN de la population mais dans celui des paresseux et abrutis.
La responsabilité du représentant de l’état est d’assurer la sécurité sanitaire des citoyens.
Écouter nos fameux “ zèlus” et autres hurluberlus serait une insulte à l’intelligence!!

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 20.01.2021
On va où là ?

Ouais ben moi en cas de couvre feu le dimanche, y a pas intérêt qu'on m'emmer*e si je veux partir me balader en forêt ou prendre l'air à la plage.
Hors de question qu'on accorde l'impunité à l'idiocratie Guyanaise et que la majorité un tant soit peu intelligente et respectueuse soit sanctionnée.

Répondre Signaler au modérateur
cap40 20.01.2021
on nous cache tout...

On nous cache tout... on nous dit rien...
faux les hôpitaux saturés...
Faux les personnes en réanimation...
Faux les décès covid...
Faux les virus mutants...
Allez les GROS C......DS continuez à défiler vous êtes des modèles de citoyenneté éclairée et de démocratie exemplaire.

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 20.01.2021

Attention CAP40, il y a très peu de chance pour que les bas du plafond tambourineurs captent le second degré !

Répondre Signaler au modérateur
Gmm973 20.01.2021

Il faut arreter la comedie des tests PCR.
Tout le monde devrait savoir maintenant que la grande majorite de ces tests sont des faux positifs et que ces gens ne peuvent contaminer personne.
Pourquoi nous cache t'on cela ?

Répondre Signaler au modérateur
francoisrob 20.01.2021

Bref, 100 à 200 fauteurs de trouble qui bravent un interdit, on fout 300.000 personnes en prison.

Le couvre feu dominical n'empèchera pas les défilés de ceux qui ne respectent aucune règle. Cela ne fera qu'emmerder les 299.800 qui font les choses bien. 299.800 qui en ont marre après 11 mois.

Quel sens de la justice! Retour à la maternelle avec la punition collective.

Vérifiez bien la soupape avant de faire re-monter un peu plus la pression chez les "braves gens"...

Répondre Signaler au modérateur
tronokar 20.01.2021

Rien à ajouter, tout est dit.

Répondre Signaler au modérateur
lestranger 20.01.2021
Gestion de crise

Aujourd'hui le souci se porte sur les sorties carnavalesques mais le vrai problème est un problème de gestion de la crise. Gestion qui ressemble beaucoup à de la gestion à la "petite semaine" avec des décisions difficiles à comprendre.
Monsieur le Préfet que faites vous pour les agents des services de l'Etat qui ont reçu une dotation unique de masques lavables en juin dernier !!! (pour les plus chanceux), sans parler de la suppression sans préavis du télétravail covid ??????

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 20.01.2021

Les agents de l'état, avec les 40% ont largement de quoi se payer des masques. Toujours plus ......

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 21.01.2021
vrai

Oui, les 40% sont scandaleux car ils contredisent la devise république : où est l'égalité quand une fraction de privilégiés (en majorité non-natifs Guyanais) touche des salaires princiers et font grimper les prix de l'immobilier, des voitures et de tous les produits en général.

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 21.01.2021

JayJay
Je trouve un peu limite votre "en majorité non natif de Guyane"....ca pue un peu !!! On pourrait comprendre en vous lisant que ce n'est que les "natifs" qui devraient en bénéficier. Beaucoup de "natif" comme vous dites les touche ces fameux 40 % et je pense même que c'est la majorité.
Personnellement je serait ravi de bosser dans mon département et d'avoir 40 % en plus ....

Répondre Signaler au modérateur
spar fell 21.01.2021
un peu de décence

Alors l'estranger, tu n'as plus de sous pour faire comme tout le monde ici en Guyane et t'acheter des masques à Hyper U? Tu veux vraiment que nous pleurions sur ton sort? Un peu de décence ne serait pas de trop, stp.
Un métro qui vit en Guyane, y travaille et ne touche pas les fameux 40%.

Répondre Signaler au modérateur
spar fell 21.01.2021
un peu de décence

Alors l'estranger, tu n'as plus de sous pour faire comme tout le monde ici en Guyane et t'acheter des masques à Hyper U? Tu veux vraiment que nous pleurions sur ton sort? Un peu de décence ne serait pas de trop, stp.
Un métro qui vit en Guyane, y travaille et ne touche pas les fameux 40%.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
2 commentaires
1 commentaire
A la une
1 commentaire
2 commentaires
3 commentaires