• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Covid-19: tous les vaccins doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, juge la HAS

AFP Mardi 02 mars 2021
Covid-19: tous les vaccins doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, juge la HAS
Présentation de doses de vaccins Pfizer-BioNTech lors du début des vaccinations à l'hôpital de Sevran le 27 décembre 2020 - Thomas SAMSON (POOL/AFP/Archives)

Tous les vaccins contre le Covid-19 doivent pouvoir être administrés par les pharmaciens, les infirmiers et les sages-femmes, en plus des médecins, afin d'accélérer la campagne de vaccination, a recommandé mardi la Haute autorité de santé (HAS).

 Jusqu'à présent, la HAS estimait que seul le vaccin d'AstraZeneca pouvait être injecté par les pharmaciens et les sages-femmes, et pas les deux autres disponibles en France, ceux de Pfizer/BioNTech et Moderna.

L'extension des compétences de tous ces professionnels de santé "est un levier d'accélération de la campagne" de vaccination, a souligné la présidente de la HAS, Dominique Le Guludec, lors d'une conférence de presse en ligne.

L'objectif est de "diversifier le profil des vaccinateurs, de multiplier les lieux de vaccination et, in fine, de simplifier cette vaccination", a-t-elle poursuivi, en estimant que "la vaccination par les pharmaciens va pouvoir fluidifier et accélérer le processus de vaccination".

Une fois formulés, les avis de la HAS doivent ensuite être approuvés par le gouvernement pour entrer en vigueur.

Outre l'administration des vaccins, la HAS préconise aussi d'étendre les compétences des différents professionnels de santé pour leur prescription.

Elle recommande ainsi que les pharmaciens puissent prescrire tous les vaccins contre le Covid, sauf aux femmes enceintes et aux personnes atteintes d'un problème sanguin appelé trouble de l'hémostase.

De plus, elle conseille que les sages-femmes puissent aussi prescrire les vaccins aux femmes, "en particulier les femmes enceintes".

Pour l'instant, les vaccinations contre le Covid ont essentiellement lieu dans les hôpitaux et les centres de vaccination. Une nouvelle étape de la campagne s'est toutefois ouverte jeudi dernier, avec la possibilité pour les médecins de ville et médecins du travail d'injecter le vaccin d'AstraZeneca aux personnes de 50 à 64 ans atteintes de comorbidités.

Par ailleurs, la HAS a justifié dans son avis la décision d'administrer désormais le vaccin d'AstraZeneca aux plus de 65 ans, annoncée la veille par le ministre de la Santé Olivier Véran.

Cet élargissement a été motivé par de nouvelles données venant d'une étude menée en Ecosse, qui montrent des "pourcentages d'efficacité extrêmement encourageants" du vaccin d'AstraZeneca pour éviter l'hospitalisation chez les plus âgés, a expliqué Elisabeth Bouvet, présidente de la Commission technique des vaccinations de la HAS.

Cette étude montre notamment que 28 à 34 jours après la première injection, le vaccin d'AstraZeneca était efficace à 94% pour éviter l'hospitalisation, alors qu'il a "été administré majoritairement chez les patients de plus de 65 ans", selon la HAS.

Dans son avis, la HAS "souligne toutefois que ces résultats portent sur les hospitalisations et ne quantifient pas l'impact du vaccin AstraZeneca sur la survenue de formes symptomatiques de la maladie, ni sur la réduction des décès".

Pour autant, "ces résultats nous permettent sans arrière-pensée d'étendre l'utilisation du vaccin AstraZeneca aux plus de 65 ans, et ce sans limite d'âge supérieure", a commenté la Pr Le Guludec.

Dans un premier temps, la HAS avait préconisé le 2 février de ne pas administrer le vaccin d'AstraZeneca aux plus de 65 ans.

"Les données cliniques disponibles à ce moment-là n'étaient pas suffisantes" pour cette classe d'âge, s'est justifiée la Pr Le Guludec, en rappelant que la HAS "réactualise ses avis en fonction des données qui sortent".

"Pour les personnes qui ont 75 ans et plus, c'est toujours le Pfizer ou le Moderna" qui sera injecté "en centre de vaccination", a précisé M. Véran lundi soir.

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Smet 02.03.2021
en pharmacie sous -80°C ?

Concernant le pfiezer, pas évident de le faire appliquer en pharmacie à cause des contraintes logistiques.

Cependant cet avis montre bien la nécessité de multiplier les points de vaccination.

Cela conforte le comité scientifique de la CTG dans ses recommandations.

Ce n'est pas aux malades de parcourir presque 100 km même gratuitement en ambulance pour aller se faire vacciner depuis sinnamary pour citer cet exemple injuste, car il y a une nécessité de multiplier les points de vaccination un peu partout en Guyane.

Il est ridicule de prétexter que un point de vaccination qui n'est parvenu à vacciner que 60 patients sur quelque jours est inutile, lorsque l'on se rappelle que l'ARS avait mis en avant avec fierté qu'une équipe médicale s'est déplacée jusqu'à St Georges pour ne vacciner que 12 personnes...

Face à une pandémie, face à une situation d'urgence, il faut déployer des moyens d'urgence: la multiplication des points de vaccination en Guyane n'est qu'une goutte d'eau dans le lac des moyens utilisés en Guyane depuis un an à cause de la crise sanitaire.

Et c'est surtout une nécessité de développer les points de vaccination, tout comme l'est le fait d'autoriser tous les volontaires à se faire vacciner si ils le souhaitent, sans discrimination basée sur l'age ou l'état de santé (sauf cas incompatible avec le vaccin).

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
3 commentaires
3 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos