France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Covid-19 : les grandes lignes du plan de déconfinement

Rédaction web Mercredi 6 Mai 2020 - 10h44
Covid-19 : les grandes lignes du plan de déconfinement

Réouverture de presque tous les commerces, fermeture des plages au moins jusqu’au 1er juin, certains sports de plein air autorisés, fin des attestations dérogatoires de déplacement de proximité… Voilà dans les grandes lignes ce qu’il faut retenir du plan de déconfinement présenté par le gouvernement.

Ceux qui pensaient que le 11 mai serait synonyme de retour à la vie d’avant seront forcément très déçus, notamment ceux qui se voyaient déjà aller à la plage ou à la crique. Mais pas question de relâcher la lutte contre le Covid-19. « Le virus est encore là. L’objectif, c’est qu’il n’y ait pas de retour de flamme. Il n’est pas question de balayer l’effort consenti par tous », expliquent les autorités. C’est pourquoi le déconfinement sera progressif. Le Premier ministre, Édouard Philippe, a présenté son plan, lundi, aux sénateurs, comme il l’avait fait le 28 avril à l’Assemblée nationale. Il définit ce qu’il sera ou non possible de faire à partir du 11 mai, dans l’état actuel du texte — qui évolue au fur et à mesure —, et dans les départements ayant eu le feu vert comme chez nous en Guyane, si d’ici là la courbe de l’épidémie ne repart pas à la hausse.
Ni plage, ni crique
L’une des annonces qui fait le plus réagir sur les réseaux sociaux, c’est la fermeture des plages au moins jusqu’au 1er juin. Le risque étant que les gens s’y agglutinent.
Pour l’heure et jusqu’à nouvel ordre, la pratique des activités nautiques (surf, kayak, planche à voile, kitesurf, etc.) est, elle aussi, interdite, comme l’ensemble des sports de plein air à risque (aériens, mécaniques, etc.), l’objectif étant de ne pas solliciter les secours qui ont déjà fort à faire.
Du sport, mais pas tous
Après le 11 mai, certaines activités sportives pourront être pratiquées en plein air, mais dans le respect de règles de distanciation bien précises. Par exemple, on pourra faire du jogging et du vélo, mais avec une distance minimum de 10 mètres entre deux personnes. Il sera aussi possible de jouer au tennis (dans le respect des gestes barrières et pas en double), de faire du golf, du yoga et du crossfit (prévoir 4 mètres carrés d'espace par personne minimum). Les sports collectifs et de combat, qui ne permettent pas cette distanciation, ne pourront pas reprendre tout de suite. « Un nouveau point d’étape sera fait d’ici au 2 juin pour évaluer les modalités de reprise des pratiques sportives en salle et des disciplines qui nécessitent un contact », précise le ministère des Sports.
La fin des attestations de déplacement
À partir du 11 mai, vous pourrez de nouveau vous déplacer, sans contrainte de temps et sans attestation dérogatoire, dans un rayon de 100 km autour de votre domicile. Et cela concerne tous les types de trajet (travail, courses, sports, loisirs, etc.). Donc on pourra globalement se déplacer un peu partout en Guyane, mais au-delà de 100 km, tout trajet ne pourra être autorisé que pour des motifs impérieux (familial, professionnel ou de santé), notamment pour se rendre dans l’Hexagone.
Enfin, qu’en est-il du couvre-feu en vigueur de 20 heures à 5 heures le lendemain ? Le préfet Marc del Grande doit se prononcer sur la question d'ici la fin de semaine.
Ce qui rouvre
Le 11 mai devrait marquer le début de la reprise économique. L’ensemble des commerces pourront rouvrir leurs portes, à l’exception de quelques-uns (lire ci-dessous) et à la condition d’être en mesure de faire respecter la distance d’un mètre entre chaque client et de limiter leur nombre dans le magasin. De même, les marchés seront de nouveau autorisés, « sauf si les maires ou les préfets estiment qu'ils ne peuvent pas faire respecter les gestes barrières », a précisé Édouard Philippe. Les lieux culturels de proximité (bibliothèques, médiathèques, petits musées et librairies) vont également pouvoir rouvrir.

Pour les lieux de culte, la sortie du confinement sera progressive, et tardive. Ils ne rouvriront pas le 11 mai.

Toujours fermé ou interdit
Après le 11 mai, pas question d’organiser de méga fêtes. Les rassemblements de plus de 10 personnes seront prohibés, dans les lieux publics comme privés. Et les contrevenants s’exposeront, comme en cas de non respect du confinement, à une amende de 135 euros.

De fait, les cérémonies (baptêmes et mariages) ne seront toujours pas célébrées dans l’immédiat. Et les funérailles auront toujours lieu en comité restreint (pas plus de 20 personnes) jusqu’à nouvel ordre. Par ailleurs, outre les plages, un certain nombre de lieux accueillant du public resteront fermés. C’est le cas des cinémas et des salles de spectacle (dont une réouverture pourrait être envisagée en juin), mais aussi des bars et des restaurants. À noter également que, pour l’instant, les locations saisonnières touristiques restent fermées.


Pour en savoir plus :
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

tronoki 06.05.2020
Et pendant ce temps la marmotte...

... enveloppe le chocolat dans du papier alu.
Je serais FG, j'éviterais de spéculer le 06 mai sur ce qui sera autorisé ou interdit le 11.
On parle ici d'un gouvernement qui change d'avis et de directives toutes les 10mm, d'un pays dans lequel le chef d'état prend plaisir à contredire son 1er ministre, lequel tient absolument à "moucher" régulièrement chacun de ses ministres.
Cerise sur le gâteau, on parle d'un gouvernement qui interdit l'entrée de l'hexagone sans quarantaine à la Guyane (1 mort) et l'autorise sans contrôle à la GB (35000 morts)... Tout est dit, on touche le fond.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une
4 commentaires