France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Covid-19 : le traitement à l’hydroxychloroquine est suspendu en France

P.R. avec AFP Mercredi 27 Mai 2020 - 10h08
Covid-19 : le traitement à l’hydroxychloroquine est suspendu en France

L’usage de la molécule préconisée par Didier Raoult contre le SARS-CoV-2 fait l’objet d’avis défavorables de deux instances de santé publique. Le gouvernement a abrogé ce mercredi le décret autorisant sa prescription.

 Le décret qui permettait l’utilisation de l’hydroxychloroquine pour lutter contre le Covid-19 a été abrogé, par un nouveau décret publié mercredi 27 mai. Une décision qui sonne le glas de l’utilisation, en France, de ce traitement préconisé par l’infectiologue Didier Raoult.

Elle fait suite à un avis rendu la veille par le Haut Conseil de santé publique (HCSP), saisi par le ministre de la santé, Olivier Véran, pour analyser les règles dérogatoires de prescription de l’hydroxychloroquine dans la lutte contre le Covid-19. Cet avis défavorable était accompagné d’une préconisation allant dans le même sens publiée mardi par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM).

La saisine du HCSP était intervenue après la publication, vendredi 22 mai, dans The Lancet, d’une étude rétrospective qui avait mis en évidence une plus forte mortalité chez les patients hospitalisés pour cause de Covid-19 et ayant reçu de la chloroquine et de l’hydroxychloroquine, en combinaison ou non avec des macrolides (antibiotiques comme l’azithromycine prescrite par Didier Raoult), ainsi que des arythmies cardiaques.



Depuis fin mars, l'hydroxychloroquine - médicament dérivé de l'anti-paludéen chloroquine - pouvait être prescrite à titre dérogatoire à l'hôpital et uniquement pour les patients gravement atteints, sur décision collégiale des médecins. Au Centre Hospitalier de Cayenne (CHC), le docteur Hatem Kallel, chef du service de réanimation nous répondait le 7 Avril dernier, que l'hydroxychloroquine était administrée à tous les patients graves en respectant les contre-indications et en assurant une surveillance adaptée : « A partir du moment où ils sont dans un état grave et qu’ils ont besoin d’oxygène, la question ne se pose pas : oui. »

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Georges de Cayenne 28.05.2020

L'hydroxychloroquine ne sert à rien si elle est administrée à un patient qui présente une forme grave. Il faut la prendre dès le début de la maladie. Le volet hydroxychloroquine de l'étude Discovery dont on nous rabat les oreilles depuis le début était donc biaisé au départ ! Et l'on prend une décision gouvernementale après la sortie d'un seul article sorti, qui plus est dans un journal anglais ! En tout cas, si j'attrape la covid, j'exigerai d'être traité selon le protocole Raoult, quitte à signer une décharge pour rassurer le médecin qui me la prescrira. Ou alors faudra-il que je me fasse évacuer sanitaire pour aller me faire soigner à Marseille ? On aimerait savoir qui siège à l'ANSM et au Haut Conseil de la Santé Publique et surtout voir leurs déclarations d'intérêts ! Car il semble que le gouvernement fasse tout son possible pour que les médecins prescrivent des nouveau médicaments antiviraux qui rapporteront plus d'argent à l'industrie pharmaceutique que les vieilles molécules qui ne coûtent que quelques euros la boîte.De plus, il y a d'autres médicaments peu chers qui pourrait être utile dans la covid : la colchicine, la chlorpromazine ainsi que des médicaments longtemps utilisés dans le traitement de la lèpre comme le lamprène ou la thalidomide (attention au danger de malformation foetale) sont actuellement à l'étude. Mais bien entendu, on ne nous parle dans les médias que des nouvelles molécules antivirales qui coûtent cher !

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 27.05.2020

Ah c’est ballot, l’armée en a commandé 75 kg , il n’y a qu’à en faire don humanitaire à Bolsonaro !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une
1 commentaire
4 commentaires