• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Santé

Covid-19: le Chog teste le dépistage aux urgences

Samuel Zralos Jeudi 10 Décembre 2020 - 08h18
Covid-19: le Chog teste le dépistage aux urgences
Véronique Roger (gauche) effectue un dépistage dans son bureau des urgences du Chog. - Samuel Zralos

Pendant deux semaines, les patients des urgences de Saint-Laurent ont la possibilité d'être testés pour le Covid-19 en parallèle de leur consultation.


Véronique Roger est habillée en tenue covid-19, prête à accueillir ses patients. Formée au prélèvement depuis août, l'aide soignante est chargée depuis lundi du dépistage des patients qui se présentent aux urgences. En effet, suite à la livraison de tests antigéniques aux hôpitaux guyanais le mois dernier, les trois établissements du territoire ont du décider de comment les distribuer. Et l'idée d'un test de deux semaines aux urgences de l'ouest guyanais s'est imposée.

Quand les patients viennent aux urgences en semaine entre 8h30 et 16h, il leur est donc systématiquement proposé de se faire dépister s'ils le souhaitent. La proposition acceptée - ce que font un patient sur quatre pour le moment, Véronique Roger « les installe, leur explique pourquoi et comment [elle] fait le test ».

Le testé n'a ensuite plus qu'à reprendre sa consultation médicale normale - sans attendre - et à patienter entre 15 et 20 minutes pour les résultats. Si le résultat revient négatif, la personne peut terminer son passage aux urgences normalement.

En revanche, si le covid-19 est détecté, le visiteur est pris en charge par l'hôpital « dans la filière covid-19 » à sa sortie de consultation classique, explique Sylvie Lannebère, cadre de santé aux urgences et au Smur du Chog. Il subit alors un deuxième test, de type PCR, pour confirmer le diagnostic, car les tests antigéniques peuvent facilement donner des faux positifs, surtout quand le nombre de tests est faible, explique le Chog.
« Protéger les patients et le personnel »

L'objectif de l'expérimentation est triple, affirme Crépin Kezza, chef du service des urgences de Saint-Laurent. D'une part, il s'agit d'une source de renseignements épidémiologique précieuse : avec environ 60 patients reçus chaque jour, même en comptant 75% de refus, le Chog va disposer de nouvelles possibilités de surveillance d'une éventuelle deuxième vague de la pandémie. Ensuite, la mesure permet de protéger à la fois les patients - pour isoler les porteurs du covid des autres malades - et surtout le personnel hospitalier, pour l'exposer le moins possible au virus dans un environnement non protégé.
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire