• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Covid-19 : la Guyane peut-elle éviter la seconde vague ?

HRE Samedi 24 Octobre 2020 - 11h37
Covid-19 : la Guyane peut-elle éviter la seconde vague ?
Dans les allées du marché de Cayenne, le port du masque est de rigueur ce samedi encore. - HRE

Malgré la tendance à la baisse confirmée sur notre territoire, les autorités sanitaires veillent au grain pour tenter de contenir une brusque résurgence de l’épidémie.

Ce samedi matin sur le marché de Cayenne, les mêmes discussions reviennent.
Nombreux sont ceux qui s’inquiètent d’une reprise de l’épidémie chez nous à l’instar des autres pays Européens.

« La situation est alarmante et les prochaines semaines seront difficiles » a prévenu ce samedi, le premier ministre Jean Castex lors d’une visite à l’hôpital Nord de Marseille.
Les avis des guyanais divergent
Seront-elles aussi préoccupantes pour notre département ? De l’avis de plusieurs passants : « il sera compliqué pour nous d’éviter une deuxième vague ».

Pour Régine, 36 ans et enseignante à Cayenne : « le retour en classes a sans doute favorisé une augmentation des cas, il faudra observer l’impact dans les jours à venir ».

De son côté, José artisan à Kourou se veut optimiste en parlant de « protection divine qui nous permettra de contenir la maladie en Guyane ».
Loin de cette vision spirituelle de la situation, Jean-Claude, 41 ans et agent de la fonction publique dit craindre pour sa famille et estime que « les règles de distanciation ne sont pas suffisamment respectées en Guyane ».
L’avenir incertain
Une autre problématique taraude les guyanais, comme Christiane qui pense fortement au carnaval. Pour elle : « la situation est telle, que cet évènement incontestable et populaire chez nous risque d’être annulé ».

En attendant ces échéances, il convient de rester prudent.

Dans les allées du marché, il faut souligner la bonne conduite générale avec le masque porté par 95% de la foule et le gel hydroalcoolique bien présent sur les tables des marchands.

Pour le reste, sur la base de plusieurs facteurs : départs et arrivées de voyageurs ou encore la circulation active du virus en Europe, les spécialistes locaux tablent sur une probable arrivée de la fameuse « seconde vague » à la fin du mois de décembre, voire début janvier.

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

Laurent du maroni 25.10.2020
Journalisme audacieux

A quand un article de journal qui ose relater une partie des bénéfices que tirent certaines personnes ou organisations dans cette situation ? Vos articles à ce sujet finissent trop par tourner en rond et deviennent, par défaut et par certains aspects, manichéens.
En Guyane comme ailleurs, ils existent des organismes ou entreprises qui ont reçu moult subventions pour s'équiper et se développer. Certaines personnes (majoritairement valeureuses) ont bénéficié de primes, de promotions. Des secteurs d'activités se sont développés. Les collectivités ont parfois fait des économies durant la période (moins de frais transport, personnels...)etc.

Répondre Signaler au modérateur
g6d 25.10.2020

la vague de juin et juillet venait du Brésil, pas de la Métropole. Il faut surveiller ce qui se passe au Brésil pour savoir ce qui risque d'arriver.

Répondre Signaler au modérateur
bozo 25.10.2020
la solution existe pourtant...

Prenons le cas de la nouvelle Calédonie, ils vivent normalement, sans masque ni aucun geste barrière, et aucun cas de covid.
Ils imposent simplement une quatorzième stricte, imposée et surveillée pour toute personne arrivant sur le territoire.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 25.10.2020

c'est une île (3 en fait), c'est plus facile à surveiller !

Répondre Signaler au modérateur
Féfé973 26.10.2020

c'est même 5 iles, non sujettes à l'immigration irrégulière, et disposant de très peu de liaisons aériennes ou maritimes avec l'extérieur. Il est donc assez facile de préserver la population de l'épidémie !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
5 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos