• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Covid-19 : "L’arrivée de personnes contaminées pourrait fragiliser le territoire"

P.R Dimanche 1 Novembre 2020 - 17h15
Covid-19 : "L’arrivée de personnes contaminées pourrait fragiliser le territoire"
Une file d'attente interminable le samedi 26 juin 2020 à l'aéroport Félix-Éboué. - (photos: F.P)

Si le nombre de cas quotidiens reste faible depuis quelques semaines, le virus circule toujours en Guyane. Comme en mars dernier, ce sont les cas importés qui restent à craindre. 

 La Guyane a donc échappé au reconfinement imposé par le gouvernement dans tout l'Hexagone et en Martinique. D'aucuns sont persuadés qu'une deuxième vague arrivera pourtant en Guyane. Le maintien de la fermeture des frontières avec le Suriname et le Brésil ne saurait être définitif. Le prefet Marc del Grande a ainsi évoqué vendredi la prochaine remise en fonctionnement du bac La Gabrielle à Saint-Laurent-du-Maroni. La semaine dernière, plus de 1 000 cas de Covid ont été confirmés dans l'Amapa. Mais le risque d'importation du virus est également du côté de l'Hexagone. 

Dans un récent communiqué, l'Agence Régionale de Santé (ARS) évoque des "flux de voyageurs liés aux vacances scolaires" : "Même si les voyageurs en provenance de Paris doivent impérativement présenter un résultat négatif d’un test PCR ou antigénique pour embarquer, le risque demeure que certains d’entre eux soient porteurs du virus", écrit l'ARS. Soit d’un résultat «faux négatif», soit d’une contamination postérieure au prélèvement réalisé 72h avant le vol. "L’arrivée de personnes contaminées pourrait fragiliser le territoire. Ce risque est d’autant plus élevé que des personnes, se pensant négatives, pourraient diminuer leur vigilance et multiplier les contacts, dans un territoire qui n’est pas soumis au confinement".
Un test conseillé à l'atterrissage
Les passagers sont "encouragés" par le préfet et l'ARS à renouveler un test à l’atterrissage à Félix-Eboué. Par ailleurs, un test à J+7 après leur premier prélèvement est recommandé.

Les jours qui suivent leur arrivée sur le territoire, ils déconseillent fortement à ces personnes de participer, au cours de la semaine de leur arrivée, à toute réunion de famille ou professionnelle, repas au restaurant...


Pour en savoir plus :
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

jesaispas 03.11.2020
EST

La 2ème vague arrivera comme la 1 ère de l'est par les chemins des clandestins début décembre.L'histoire va se répéter Ad Vitam

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 04.11.2020

La première vague est arrivée par un congressiste religieux de Mana, et aussi par tous les passagers venant de métropole. La seconde vague va venir de ce même cheminement.

Répondre Signaler au modérateur
GILLES BERNARD 02.11.2020

Dans deux semaines, on est bon pour un reconfinement complet, dès que les élèves de ces voyageurs auront regagnés leurs classes et qu'ils se seront bien répandus dans leurs familles, dès qu'on aura un cluster tous les 100 mètres...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une
1 commentaire
2 commentaires
7 commentaires
12 commentaires