Covid-19 et soirée clandestine : « Moi je crois au couachi de mon jardin et en Dieu »

Covid-19 et soirée clandestine : « Moi je crois au couachi de mon jardin et en Dieu »

 C’est une soirée DJ comme on en vivait, au temps béni d’avant la crise sanitaire. Une publicité de l’événement est diffusée sur les réseaux sociaux, avec un numéro de téléphone à contacter. Il faut alors appeler pour réserver sa place via la célèbre application de messagerie par internet. Ce n’est qu’au dernier moment que l’on est informé du lieu grâce à une localisation GPS. C’est une résidence privée. Il est 21h30 et sur place, le vigile contrôle les sacs et le droit d’entrée est payé en...

franceguyane.fr 1068 mots - 30.09.2021
Cet article d'archive est payant ou réservé à nos abonnés ayant un crédit suffisant
Vous disposez d'un compte avec un crédit d'archives ?

Identifiez-vous

Mot de passe oublié
Nos formules d'achat d'archive à l'unité
Nos formules d'abonnement

Découvrez toutes nos offres d'abonnement

Découvrir