• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Covid-19

Covid-19: Actions santé femmes envoie plus de quarante sages-femmes en Guyane

Samuel ZRALOS Mercredi 2 Septembre 2020 - 17h49
Covid-19: Actions santé femmes envoie plus de quarante sages-femmes en Guyane
Les quatre premières sages-femmes envoyées par ASF en Guyane. - ASF

La jeune ONG française espère aider à palier au sous-effectif des hôpitaux guyanais, avec une rotation de sages-femmes volontaires au moins jusqu'à la fin de l'année.

 Quarante deux sages-femmes, dont quatre sont intervenues en août, vont se relayer sur le territoire pour des séjours entre 15 jours et 3 mois en fonction des disponibilités des volontaires. Neuf arrivent ainsi mi-septembre, dix-huit mi-octobre et onze courant novembre. « La grande majorité travaille et a du prendre des congés pour pouvoir partir », explique Sophie Martinez, vice-présidente d’Actions santé femmes (ASF). Une action en urgence, lancée début juillet, mue par la crise sanitaire que vit actuellement la Guyane.
Soutenir des ressources humaines fragiles
En effet, la pandémie a « augmenté les besoins sanitaires, dans une situation déjà compliquée au niveau des ressources humaines » sur les trois hôpitaux de Guyane comme dans les dispensaires, rappelle l'associative, elle même sage-femme coordinatrice.Malgré la rapidité de la préparation de la mission, ASF a pu se coordonner « en lien direct avec les centres hospitaliers », détaille-t-elle. Les professionnelles envoyées à l'hôpital « travaillent en collaboration étroite avec les équipes de l'hôpital », ce que confirment plusieurs sage-femmes régulières interrogées. Celles réparties dans les dispensaires de l'intérieur « font essentiellement de la consultation prénatale et postnatale », continue Sophie Martinez.
Nombreuses volontaires
Après avoir lancé un appel aux bonnes volontés « rémunérées exceptionnellement pour ces missions », par les hôpitaux guyanais, ASF a eu « très rapidement de nombreuses sages-femmes venues » y répondre, se réjouit la vice-présidente.Des sages-femmes volontaires au profil varié, d'après ASF : elles ont dans leur grande majorité une expérience dans l'humanitaire, mais sont présentes ausi quelques retraitées et des jeunes diplômées. Toutes viennent « préparées, » équipées notamment d'un « document de présentation de la Guyane, du public rencontré », notamment au niveau des langues parlées.
« Apporter de l'aide aussi longtemps qu'il faudra »
La mission est prévue jusqu'à fin 2020, mais ASF, visiblement consciente des besoins structurels en Guyane, se déclare prête à la prolonger. « On sait qu'il y aura des besoins pour le premier trimestre 2021, notre objectif est de prêter main-forte, d'apporter une aide aussi longtemps qu'il le faudra », assure Sophie Martinez. Néanmoins, malgré les difficultés récurrentes des hôpitaux guyanais, l'action de l'association reste dictée par la Covid-19 et ses conséquences. Quand le virus aura disparu, « il faudra qu'on revoit notre organisation », reconnait l'ONG.
Pour en savoir plus :
Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

seu otário 03.09.2020

La Guyane a une nouvelle ambition, devenir le Nigéria de l'Amérique du Sud.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
A la une