• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
CORONAVIRUS

Au-delà des chiffres, où en est-on et où va-t-on ?

Iris Joussen Mercredi 12 Mai 2021 - 12h14
Au-delà des chiffres, où en est-on et où va-t-on ?

Trois questions/ réponses avec l'ARS pour comprendre la situation actuelle derrière les chiffres.

S’approche-t-on du pic de cette 3ème vague ?
Difficile à dire. Ce que l’on observe c’est qu’en termes d’hospitalisations et de réanimations, la Guyane a dépassé le pic de la deuxième vague [NDLR : qui a été globalement minime]. On se rapproche du scénario de la première vague.

Pendant plusieurs semaines, la Guyane était sur un plateau. Deux scénarios étaient alors possibles : SOIT le pic était atteint et les chiffres allaient repartir à la baisse, SOIT le pic n’était pas atteint et les chiffres repartaient à la hausse. Malheureusement, c’est le second scénario qui se dessine depuis deux semaines.

La hausse du nombre de réanimations est ce que l’on observe en dernier. Elle arrive des semaines après celle du nombre de cas et celles des hospitalisations. Là, nous y sommes : les entrées en réanimation augmentent. Le module militaire de réanimation (MMR) mis en place accueille déjà des patients. Certes, le CHC "n'est qu'à" 60 % de ses capacités. Nous avançons par palier de 5 lits environ. Mais chaque palier signifie mobiliser un nouveau groupe de personnels soignants qui vont alors annuler d’autres opérations prévues. De plus, il suffit qu’il y ait trois personnes qui arrivent cette nuit – ce qui est possible avec l’évolution actuelle – et le CHC devient occupé à 90%.

Ne peut-on pas postuler que nous n’atteindrons jamais le pic de la première vague ? Entre couvre-feu, gestes barrières, vaccinations, défense immunitaire, l’impact va forcément être moindre ?

Les gestes barrières se sont relâchés ; La vaccination à deux doses ne dépasse pas 3% de la population guyanaise. C’est trop bas pour offrir une immunité. Il y a également un « échappement immunitaire » : certaines personnes infectées par le virus de souche retombent malades avec le variant brésilien. Cela nous fait douter de l’évolution de l’épidémie.

Observe-t-on une évolution différente depuis que le variant brésilien est devenu majoritaire en Guyane sur les hospitalisations, le profil des personnes, etc ?

Le seul changement notable que l’on observe - comme l’indiquait le Dr Djossou, chef de service des maladies infectieuses – c’est un léger rajeunissement des patients en réanimation. Ces deux dernières semaines, les services de réanimation ont vu entrer des patients à partir de 50 ans alors qu’avant c’était à partir de 60 ans. Fait très rare, un jeune de 19 ans est en ce moment en service de réanimation mais il présente des comorbidités. Aucun des patients actuellement en service de réanimation ne sont vaccinés. 

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
9 commentaires
21 commentaires
11 commentaires
A la une
2 commentaires
5 commentaires