France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

11 mai : rentrée des classes à la carte et préavis de grève

A.G. avec AFP Jeudi 23 Avril 2020 - 12h54
11 mai : rentrée des classes à la carte et préavis de grève
La rentrée à partir du 11 mai se fera sur la base du volontariat des parents, "sans obligation de retour à l'école", selon l'Elysée. - DR

L’Elysée annonce que le retour des élèves à l’école à partir du 11 mai se fera sans obligation et sur le principe du volontariat. Des préavis de grèves ont d’ores et déjà été déposés au national par des syndicats enseignants.

Pas de déconfinement « régionalisé » mais « adapté aux territoires », retour à l’école sur la base du volontariat des parents : jeudi, à l’issue d’une réunion du président de la République avec des élus, l’Élysée a annoncé plusieurs axes directeurs pour le 11 mai. Le déconfinement doit se préparer avec les maires, a insisté Emmanuel Macron, selon des propos rapportés par l’Élysée, et le cadre national devra être adapté et « territorialisé », mais pas par régions « qui ne correspondent pas aux réalités des territoires ». La rentrée scolaire du 11 mai sera « progressive, concertée avec les élus locaux et adaptée aux réalités locales », a ajouté l’Élysée, notamment en fonction de la taille des communes. Priorité sera sans doute donnée aux « plus jeunes, ceux qui ne sont pas autonomes », ainsi qu’aux enfants « les plus en difficulté » mais, quoi qu’il en soit, sur la base du volontariat des parents, « sans obligation de retour à l’école », précise l’Élysée. Mardi, le ministre de l’Éducation, Jean-Michel Blanquer, avait détaillé ses premières pistes pour un retour à l’école étalé sur trois semaines… 
Calendrier détaillé début mai
Côté calendrier, le chef de l’État « s’est engagé à ce que le cadre soit présenté en début de semaine prochaine » aux élus locaux, pour concertation, par le M. Déconfinement du gouvernement, Jean Castex. Un plan détaillé sera exposé début mai.
La Collectivité territoriale de Guyane a d’ores et déjà annoncé qu’elle ne serait pas en mesure d’ouvrir les collèges et lycées le 11 mai. Le président de l’Association des maires, David Riché, lui aussi confie ses doutes quant à la possibilité de rouvrir les écoles à cette date (lire ici). Une consultation des différents acteurs est en cours au rectorat pour organiser les conditions d’une reprise.
Préavis de grève jusqu’en juin
L’annonce d’une rentrée sous forme de volontariat fait bondir Philippe Bouba, de Sud-éducation Guyane : « Ce serait totalement inégalitaire ! Qui va reprendre le travail ? Sur quelle base les élèves vont décider de venir à l’école ou pas ? C’est tout le monde ou personne. Et comment les enseignants vont gérer ça ? Ils vont enseigner en présentiel aux élèves qui viennent et faudra-t-il en parallèle enseigner à distance ? Ce serait d’une absurdité radicale mais depuis le début, c’est kafkaïen… »
La fédération nationale Sud-éducation a d’ores et déjà déposé un préavis de grève qui court jusqu’au 14 juin et couvre l’ensemble des personnels travaillant dans les établissements scolaires. « Le gouvernement est dans l’incapacité de régler cette crise. Les ministres sont dépassés et le pouvoir est en panique ! Le ministre Blanquer fait des déclarations retoquées par le Premier ministre juste après [concernant le calendrier de rentrée, ndlr]. Il faut vraiment se donner du temps pour sortir de cette crise par le haut », martèle Philippe Bouba.

La fédération nationale d’enseignants FNEC FP-FO a elle aussi déposée un préavis de grève, valable du 11 mai au 30 mai. Avant toute reprise, le syndicat exige un dépistage des personnels et des élèves, la désinfection des services et des établissements scolaires, et la mise à disposition de matériels de protection. « On n’est pas contre la reprise mais il faut que les bases de cette fin de confinement et de la reprise scolaire soient discutées, explique Baptiste Larcher, secrétaire académique du Snetaa-FO Guyane. Pour l’instant, nous ne nous sommes pas encore entretenus avec le recteur. On attend la rentrée, le 27 avril, pour savoir ce qui sera mis en place (…) L’objectif du gouvernement est de diminuer les inégalités face à la continuité pédagogique mais reste à savoir si les élèves volontaires seront ceux qui ne disposent pas du matériel adéquat à la maison pour travailler à distance. La base du volontariat ne va pas donc pas forcément résoudre les problèmes d’inégalité. »
 
Les masques « recommandés »
Dans les transports publics, « il faudra probablement imposer le port du masque » a fait savoir l’Élysée qui a évoqué un « cahier des charges organisationnel et sanitaire pour la reprise ». « Il y aura toujours une priorisation des masques FFP2 et chirurgicaux aux soignants » et l’exécutif reste « dans le registre de la recommandation à ce stade » pour la généralisation du port d’un masque au grand public, « car il faut avant tout respecter les gestes barrière ». Emmanuel Macron a encouragé les maires à acheter de manière massive des masques grand public, « dans une logique de recommandation, pas d’obligation ».
 

Les données en temps réel en Guyane et dans le monde sur le COVID-19
Retrouvez les données sur les chiffres de l'épidémie en Guyane, sous la forme de tableaux et courbes actualisés chaque jour avec le nombre de cas et l'évolution de l'épidémie de coronavirus.
Consultez également les données des pays dans le monde touchés par l'épidémie.
» Accédez aux données

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

dtc97300 24.04.2020

Revenant à la remarque initiale non sur un déconfinement (désolé de n'être pas expert en tout comme les syndicats cités dans l'article) mais sur le manque de représentativité des syndicats interrogés, j'invite le lecteur à consulter librement les résultats des dernières élections professionnelles dans l'académie de Guyane.
https://resultats.elections2018.education.gouv.fr/
Il sera facile de constater que ces deux syndicats sont au mieux minoritaires dans certaines CAPA voire inexistant dans la majorité des cas. Le problème des faits c'est qu'ils sont difficiles à manipuler. Maintenant, venant de gens qui prônent tout et son contraire, rien d'étonnant.

Répondre Signaler au modérateur
starlette973 23.04.2020

C'est normal d exiger de son employeur des garanties pour une reprise sécurisée tant pour les élèves que pour pour tous les adultes des établissements
Il y a plusieurs mois nous avons eu de fortes chaleurs en Guyane....les salles étaient dépourvues de ventilateurs tout le monde en a souffert la ctg n a rien fait pour que les salles en soient dotées et qu est ce que l on voit à la ctg des ventilos pour les salariés fonctionnaires territoriaux ....Aujourd'hui c'est un virus qui peut tuer on a le droit de demander des garanties....non mais il n y a pas que les enseignants dans les établissements

Répondre Signaler au modérateur
MelleMad 23.04.2020
Dtc97300 et nespresso

Les lecteurs dtc97300 et Nespresso devraient peut être sortir de l'anonymat et se signaler de toute urgence au rectorat car je suis persuadée qu'ils ont des idées et solutions à soumettre pour que chacun puisse retourner au plus vite à l'école dans des conditions de sécurité sanitaire optimales.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 23.04.2020
Les syndiqui ?

Je confirme : bientôt 10 ans d'enseignement en Guyane, et je ne savais même pas que ça existait le FNEC FP-FO. Quand à SUD, une poignée, réduite par un accident de tronçonneuse, éparpillée sur le territoire. De toute façon les syndicats ici sont tellement minoritaires et décridibilisés que les jours de grève ressemblent à si méprendre aux jours normaux.
En vérité, enseignants et élèves sont impatients de reprendre le chemin de l'école !

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 23.04.2020

C'est quand même dingue de voir que les représentants interrogés sont ceux des syndicats minoritaires en Guyane. C'est à dire quasiment aucune représentativité des personnels.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 24.04.2020

Commentaire supprimé par la rédaction

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
A la une
4 commentaires