• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Vers un déplacement des migrants à Régina ?

MA Vendredi 22 Juillet 2022 - 15h20
Vers un déplacement des migrants à Régina ?
Les élus remontent l'avenue du général de Gaulle avant de se diriger vers la préfecture. - MO

Au terme d’une réunion de trois heures ce vendredi 22 juillet entre le préfet, la maire de Cayenne et de nombreux autres élus des communes du littoral, les élus guyanais ont obtenu l’évacuation de la vingtaine de migrants installés rue Arago, des promesses de relogement et la relance du projet d’ouverture d’un centre de demandeurs d’asile à Régina, proche de la frontière brésilienne. L’avancement du dossier a conduit l’édile cayennaise à mettre un terme à sa grève de la faim commencée la veille.


Les élus guyanais autour de l’édile de Cayenne ont obtenu que la vingtaine de demandeurs d’asile installée près de l’ancienne prison rue Arago soit évacuée et qu’un centre dédié aux demandeurs d’asiles soit mis à disposition dans la commune de Régina afin de contrôler l’afflux de migrants qui convergent vers la ville-capitale depuis plusieurs mois.

 Plus tôt dans la matinée, une centaine de manifestants dont les élus guyanais ont remonté l’avenue du général de Gaulle en direction de la préfecture pour manifester leur mécontentement et dénoncer ce qu’ils considèrent comme une marque d’arrogance du préfet. La veille, ce dernier avait qualifié de coup d’éclat la décision de l’édile cayennaise de vouloir entamer une grève de la faim pour contraindre la préfecture à réagir face à une situation délétère. Sa décision fait suite aux tensions qui ont éclaté ce mercredi 20 juillet entre les riverains cayennais, la maire, ses adjoints et les demandeurs d’asile massés rue Arago sous les fenêtres de l'Office français de l'immigration et l'intégration (Ofii).

Une centaine de manifestants a convergé vers la préfecture pour apporter leur soutien aux élus. - MO

 Depuis plusieurs mois, les élus et la population dénoncent l’inaction de la préfecture dans la gestion administrative et humaine des demandes d’asile. Les services de l’Ofii peinent à satisfaire à l’ensemble des demandes de mises à l’abri. Les 450 places d’hébergement d’urgence auxquelles les demandeurs d’asile peuvent prétendre le temps de l’instruction de leur dossier par l’Ofpra sont occupées et l’afflux de migrants est régulier. L’ouverture de nouvelles structures d'hébergement relève des prérogatives de l’État comme définit par la Convention de Genève de 1951. 

 Beaucoup de ces migrants originaires de Cuba, d’Haïti, du Moyen-Orient ou encore du Venezuela transitent en Guyane avant de rejoindre l’Europe continentale où l’offre d’emplois et de formation est plus conséquente. À ce titre, les élus du littoral demandent à freiner l'avancée des demandeurs d'asile près de la frontière brésilienne. En avril dernier, des réflexions étaient menées entre les personnels de la future sous-préfecture de St Georges et l’Ofii pour créer un sas entre St-Georges et Iracoubo afin de désengorger la ville capitale où les migrants ne seraient amenés à se rendre que pour leur rendez-vous à l’Ofii.

 L'ouverture de ce centre de demandeurs d’asile à Régina, confirmée ce matin par le maire de la commune Pierre Désert, devrait pouvoir accueillir entre 50 et 100 personnes ; le chiffre exact demeure assez vague et en définitive bien en deça des besoins réels. Des réunions doivent se tenir dans les prochains jours entre le préfet et les élus pour définir les étapes du projet.

 




Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
8 commentaires

Vos commentaires

youpix973 25.07.2022
Peu fiable

Aucune confiance en ces élus qui racontent des histoires à dormir debout sur les réseaux sociaux
Ababa .....yé o ralenti , au lieu ... d'exiger un rendez vous en haut lieu .ils ne peuvent pas être pris au sérieux... Triste guyane , un far west .....

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 24.07.2022
non

et puis quoi encore? faut leur construire un "palais" aussi tant qu'a faire? faut pas déliré comme meme! y sont illegaux et on va les logés a regina aux "frais de la princesse"? sa va pas les incitez a allez en angleterre ou je sais pas ou si on les met a regina, vont vouloir s'installés...

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 25.07.2022

Un « palais » comme à calais sans doute…

https://www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/en-images-la-jungle-de-calais-une-ville-dans-la-ville-en-mouvement-permanent_1329457.html

Répondre Signaler au modérateur
bozo 23.07.2022
En finir avec la clochardisation des migrants

Entre être dans un centre d'accueil à Regina avec hygiène et dormir dans la rue de Cayenne comme des clochards, y a pas photo.
Seules les associations qui profitent du système pour exister vont s'offusquer, en attendant, bravo les maires !

Répondre Signaler au modérateur
Uku man 23.07.2022
relégation

Un camp de la relégation? Loin de tout? Cela fleure bon un certain passé honteux. Cachez ces étrangers que nous ne voulons voir ... ils veulent trouver du travail? Construire un semblant de vie? No way ... circulez, il n'y a rien à voir. Magnifique.

Répondre Signaler au modérateur
mica 24.07.2022
Ces migrants fuient les bombes,les gangs?

La commune de Régina était autrefois très prospère et très peuplée,tout comme les autres communes.Les migrants veulent des papiers pour circuler,et si certains recherchent des formations ils ne resteront pas en Guyane.Je vis dans un quartier populaire avec plusieurs communautés,ma voisine d'origine Haïtienne a tout obtenu,papiers,formation,elle a passé son permis de conduire etc,résultat cette dame est partie dans l'Hexagone avec ses enfants,le compagnon est resté il travaille et une sœur arrivée récemment occupe les lieux.Régina ou les bombes et les gangs? La France a bien trouvé une solution pour les réfugiés de l'Ukraine alors les autres?? Un cas à part!

Répondre Signaler au modérateur
BELLOD 25.07.2022

Allons Uku, il faut bien lâcher un peu de leste aux fâchés pas fachos… Déjà si au lieu de faire l’autruche, ils consentent globalement à l’évidence de la nécessité d’un hébergement décent. Disons qu’on avance…

Répondre Signaler au modérateur
Georges de Cayenne 23.07.2022
Bouger son c...

Et dire qu'il a fallu en arriver là pour que le préfet bouge son cul jusque là installé dans un attentisme à la hauteur de celui qui caractérise l'attitude habituelle du gouvernement quant aux problèmes des outre-mers ! Chatte pa ka fè chien ! Quel dommage que notre préfet précédent ait été viré salement par Paris. Il aurait, je pense, agi autrement. Mais malheureusement pour lui, il était trop proche des guyanais...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
9 commentaires
23 commentaires
1 commentaire
1 commentaire
3 commentaires
A la une
1 commentaire
2 commentaires