France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
enfance

Une école et une crèche pour les petits Cayennais

Jeudi 5 Décembre 2019 - 03h10
Une école et une crèche pour les petits Cayennais
Adrien Taquet, secrétaire d'Etat à la Protection de l'enfance, et Marie-Laure Phinéra-Horth, maire de Cayenne, hier lors de l'inauguration de la crèche des Pious-Pious de la Crique. - Pierre-Yves CARLIER

Adrien Taquet, secrétaire d’état à la Protection de l’enfance, a posé la première pierre du groupe scolaire Borical et inauguré la crèche des Pious-Pious de la Crique, hier au premier jour de sa visite. Ce matin, il préside une réunion sur la stratégie de prévention et de protection de l’enfance, puis clôture le Grenelle des violences faites aux femmes.

Depuis la rentrée, 410 enfants de Cayenne ne sont pas scolarisés alors qu’ils devraient l’être, a rappelé le maire Marie-Laure Phinéra-Horth, hier. Et en Guyane, seuls 12 % des enfants trouvent une place en crèche, selon la Fédération départemental des structures d’accueil de la petite enfance. Les deux cérémonies présidées hier par Adrien Taquet vont donc soulager les parents.

Le secrétaire d’Etat à la Protection de l’enfance a d’abord posé la première pierre de l’école Borical, d’une capacité de 424 élèves, sur la ZAC Hibiscus, à Cayenne. Il a ensuite inauguré la crèche Les Pious-Pious de la Crique. Ses 28 places pour les enfants de 3 mois à 2 ans ont vite été prises d’assaut, raconte Claudine Bellevue, ancienne infirmière qui en est devenue la directrice. «  Nous recevons encore des demandes, même de parents de Macouria. Des mamans ont déjà réservé une place pour janvier.  » Sa localisation, au Village chinois, ne semble pas rebuter les parents, poursuit la directrice : «  Il y a un tel besoin. Ils viennent. Ils passent devant et s’arrêtent.  »

L’idée de cette structure a germé dans l’esprit de Sabrina Narayanin. «  J’y ai pensé après la naissance de mon troisième enfants, du fait que je ne trouvais pas de place en crèche.  » Cette ancienne conseillère financière s’est donc reconvertie en gérante de crèche. «  J’y ai amené mes idées, ma philosophie. J’ai fait la crèche où j’aurais pu mettre mon fils.  » La Siguy lui a attribué un local au pied d’un programme immobilier dans l’avenue Ernest-Prévot. Et les premiers enfants en ont poussé la porte lundi.

Pierre-Yves CARLIER

La ZAC aura son école

Le groupe scolaire Saint-Just-Borical doit ouvrir ses portes à la rentrée 2021, sur la ZAC Hibiscus, à Cayenne. D’un coût de 8,7 millions d’euros (45 % mairie, 55 % rectorat). Les 18 classes (6 maternelles, 10 élémentaires, 2 classes rotules pouvant être utilisées par l’une ou l’autre des écoles) accueilleront 424 élèves, sur deux niveaux. Chaque classe de maternelle sera dotée d’une «  classe verte  », un théâtre de verdure où l’enseignant pourra faire classe. Le groupe scolaire sera doté d’un théâtre de 100 places ouvert au public, d’une salle des fêtes de 470 places, d’un réfectoire et d’un terrain de sport accessible aux associations.

Adrien Taquet, secrétaire d'Etat à la Protection de l'enfance, pose la première pierre de la future école Borical, sur la ZAC Hibiscus, à Cayenne, le 4 décembre 2019. - Pierre-Yves CARLIER
Marie-Laure Phinéra-Horth, maire de Cayenne, Adrien Taquet, secrétaire d'Etat à la Protection de l'enfance, Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité territoriale, Marc Del Grande, préfet, hier à leur arrivée sur le terrain de la future école Borical, sur la ZAC Hibiscus, à Cayenne. - Pierre-Yves CARLIER

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

fakarangi 06.12.2019

la protection de l'enfance madame le maire, cela concerne aussi vos administrés riverains de l'école Jean Macé, nos enfants ne peuvent plus dormir les mercredis et les vendredis soir et vous ne répondez pas à nos courriers, on n'est pas contre les répétitions du carnaval mais quand c'est toute l'année et qu'il existe d'autres lieux plus adaptés à ce genre de manifestation nocturnes , votre silence résume votre mépris envers nos enfants.

Répondre Signaler au modérateur
fakarangi 06.12.2019

la protection de l'enfance madame le maire, cela concerne aussi vos administrés riverains de l'école Jean Macé, nos enfants ne peuvent plus dormir les mercredis et les vendredis soir et vous ne répondez pas à nos courriers, on n'est pas contre les répétitions du carnaval mais quand c'est toute l'année et qu'il existe d'autres lieux plus adaptés à ce genre de manifestation nocturnes , votre silence résume votre mépris envers nos enfants.

Répondre Signaler au modérateur
fakarangi 06.12.2019

la protection de l'enfance madame le maire, cela concerne aussi vos administrés riverains de l'école Jean Macé, nos enfants ne peuvent plus dormir les mercredis et les vendredis soir et vous ne répondez pas à nos courriers, on n'est pas contre les répétitions du carnaval mais quand c'est toute l'année et qu'il existe d'autres lieux plus adaptés à ce genre de manifestation nocturnes , votre silence résume votre mépris envers nos enfants.

Répondre Signaler au modérateur
fakarangi 06.12.2019

C'est bien la maire qui se fiche de nos enfants avec le tapage nocturne de Kassialata qui durent toute l'année alors qu'il existe d'autres lieux pour leurs répétitions, quant à Tronokar qui semble être membre de ce groupe, ses enfants peuvent dormir et faire leurs devoirs.

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 05.12.2019

Combien ça coûte au contribuable guyanais (et en bilan carbone) cette succession de visites de sous-ministres venus poser des pierres et couper des rubans ?

Répondre Signaler au modérateur
Josse 06.12.2019

Moins cher que tous vos politiciens locaux qui font l'aller retour chaque mois vers Paris.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une
1 commentaire
1 commentaire