France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Gabriel Serville, Député de la 1ère circonscription

"Si ce cluster de St Georges n'est pas contrôlé et étouffé, c'est toute la Guyane qui en fera les frais"

Propos recueillis par Hermann ROSE-ELIE Samedi 16 Mai 2020 - 07h43
"Si ce cluster de St Georges n'est pas contrôlé et étouffé, c'est toute la Guyane qui en fera les frais"
Gabriel Serville (Photo d'archives) - DR

Gabriel Serville, député de Guyane connaît bien la ville de Saint-Georges de l'Oyapock puisqu'elle fait partie de sa circonscription.Face à la recrudescence du nombre de cas de covid-19 sur place, il livre son analyse à France-Guyane.

 La situation se dégrade dans l'une des communes de votre circonscription, êtes-vous inquiet ?

Bien sûr que je suis inquiet!

Le fait que la commune de Saint- Georges soit devenue en moins d'une semaine le cluster le plus important de Guyane doit effectivement tous nous interpeller.

Il démontre, si besoin était, que les autorités en charge de notre sécurité sanitaire ne sont pas au fait de la réalité du terrain dans la zone de l'Oyapock!

Dès le 1er Février, j'alertais le Préfet et l'ARS de la complexité et de la densité des flux entre les deux berges de l'Oyapock.

J'insistais d'ailleurs sur la nécessité d'une plus grande implication de l'ensemble des acteurs Guyanais et de nos voisins Brésiliens dans le cadre d'une cellule de crise socio technique en charge de notre sécurité sanitaire.

Les remontées d'informations vers les autorités, ainsi que la nature de certaines décisions, nous démontrent pour l'instant leur caractère par trop pyramidal, nous ramenant à des périodes supposées révolues de la toute puissance des gouverneurs.
Quels sont les retours que vous avez du terrain, comment la population voit-elle cette recrudescence de cas ?

Les retours sont extrêmement inquiétants, ceci d'autant plus que le Guyane connait deux dynamiques simultanées, l'une de déconfinement généralisé et l'autre de confinement dans la zone particulière de St Georges. Il est évident que cette situation contradictoire rend notre pays extrêmement vulnérable, puisque l'impact du virus serait désastreux s'il parvenait à passer en zone déconfinée où le relâchement est manifestement plus important..
Les autorités ont mis en place des mesures pour des tests et des restrictions, qu'en pensez-vous ?

Nous réclamions également dès le mois de Février des moyens sanitaires et humains renforcés aux frontières, notamment dans la zone de l'Oyapock. Les tests et les restrictions renforcées viennent tard,....peut-être trop tard compte tenu de la dynamique de contamination.

La politique sanitaire irresponsable de Jair Bolsonaro est connue de longue date et de tout le monde. L'explosion des infections au Brésil était donc prévisible. Gouverner c'est prévoir, nous aurions dû anticiper et concentrer les mesures préventives vers St Georges depuis fin février-début Mars. Mais il n'est pas trop tard...
Quelles misions vous ont-été confiées dans le cadre de la cellule de crise mise en place par l'état ?

Je regrette de ne pas être associé à cette cellule de crise, alors que je sollicite d'être informé, sans filtres, sur l'évolution de la situation en vue de contribuer au processus de décision. Un élu de la nation ne saurait être assimilé à une simple caisse enregistreuse des décisions prises par les représentants de l'Etat.

Dans sa circulaire du 6 Mai dernier, le premier ministre invite chaque préfet à instaurer le CoLLeC (Comité Local de Levée de Confinement). C'est exactement ce que je réclame sans succès depuis 2 mois. Beaucoup de préfectures métropolitaines l'ont déjà mis en place, mais il ne semble pas que la Guyane en prenne la direction, alors que ce comité est plus que nécessaire.

Les élus que nous sommes, membres de la représentation nationale, exigent que ce CoLLeC soit mis en place dans les plus brefs délais, afin d'être vraiment associés à la prise des décisions qui engagent durablement l'avenir de la Guyane.

Est- il nécessaire de rappeler que les élus de la Nation ont pour mission de contrôler, d'évaluer et aussi de rendre compte à la nation?
Le député de la circonscription non convié à la cellule de crise, vous avez un problème avec la préfecture ?

Pas que je sache. Mais je considère cela comme un affront à ma fonction d'élu de la nation, compte tenu de mon implication et de mes interpellations permanentes depuis le 1er Février pour la mise en place de moyens renforcés à nos frontières.

J'ai beaucoup plaidé en faveur d'une organisation plus inclusive des différents corps et des élus de la nation, au sein du groupe de décisions, afin d'atteindre un haut niveau d'opérationnalité dans le cadre complexe de la société Guyanaise. Qui mieux que nous pour comprendre et anticiper les problématiques, ethniques, culturelles, sociales, politiques et économiques de notre territoire?
Avons-nous vraiment les moyens de positionner un hôpital de campagne sur zone, comme vous le réclamez dans votre courrier adressé hier au ministre de la santé ?

Oui nous en avons les moyens car nécessité fait loi et l'enjeu est capital!!!

La situation est en effet particulièrement alarmante à Oiapoque, ville frontière située juste en face de Saint Georges où 59 cas de covid sont recensés et 151 autres cas font l’objet de suspicions, à telle enseigne qu’avant hier elle a été placée en état de « calamité publique » par décret de l’assemblée législative de l’Amapá.
Si ce cluster de St Georges n'est pas contrôlé et étouffé, c'est toute la Guyane qui en fera les frais, en payant de manière directe notre mauvaise gestion de la crise et de manière indirecte l'inconséquence du Président Bolsonaro! Nous devons donc établir des logiques de coopération, d'aides concrètes en termes de moyens matériels et humains avec l'Amapa. Les aider, c'est nous aider nous-mêmes. Quand la maison de votre voisin prend feu, il est de votre devoir et surtout de votre intérêt de l'aider à circonscrire le sinistre chez lui, avant qu'il ne se propage chez vous!!! Cet hôpital de campagne aura pour intérêt de soigner les malades brésiliens en les maintenant sur site. Ce qui empêchera ou diminuera les flux à risques vers le reste de notre territoire

Est-ce la seule solution ? Il n'y en a peut-être d'autres, c'est bien là l’objet du CoLLeC que de les identifier de manière participative.
Craignez-vous un passage en zone rouge pour la Guyane avec ce qui se passe sur Saint-Georges ?

Le risque existe effectivement! Si ce virus n'est pas éradiqué à Saint-Georges, il pourrait se propager à toute la Guyane avec le spectre d'un nouveau confinement qui serait alors une véritable catastrophe...

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Affreux Jojo 16.05.2020
Changer de fonction

Depuis des mois l'action de M. Le député se résume à dire "j'ai écrit à... j'ai alerté..."
Je me permets de lui conseiller de se présenter à un mandat exécutif pour dépasser le stade de l'incantation.

Répondre Signaler au modérateur
caracara 17.05.2020

A affreux jojo,
Voyez-vous, ils parlent, ils parlent, mais n'agissent pas; trop peur de ne pas être réelus!Et puis pourquoi s'embêter quand on a un poste bien confortable et bien rémunéré.J'espère que la prochaine fois, le peuple votera mieux, mais cela est une autre histoire !

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 16.05.2020

Non tout n’est pas dit !Je suis sidéré! Orpaillage illégal est un mot qui brûle les lèvres de tout le monde en ce moment ! Alors même que ce sera le cheval de Troie de la Guyane,Pourquoi tant de pudeur ?
La solution est simple: expulsion une fois pour toute de tous les Gariemperos! Aurions nous peur des états d’âmes de Bolsonaro?

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 16.05.2020

Vous avez raison.
Les orpailleurs illégaux sont certainement un vecteur du covid.
D'un autre côté, et je ne suis pas un sachant en la matière, il y'a finalement peu de cas graves. C'est un constat.
Pas la peine de tenter le diable non plus.

Répondre Signaler au modérateur
RAF973 16.05.2020

Vous pourrez mettre toute les règles en place, si les gens ne respectent pas les gestes barrières, ça ne sert à rien.
Cela relève de la responsabilité de chacun et si ces derniers persistent avec les comportements irresponsables la situation ne fera que s'aggraver.
Tout a été dit sur la propagation. Aussi longtemps qu'on fera des fêtes, on se tripotera, ira en face faire des courses, ..... , bref, on se comporte comme les Brésiliens, il y aura de plus en plus d'infectés.
Il suffit de voir ce qui se passe en face et je ne suis pas étonné car ces gens ne respectent rien, il suffit de voir ce qu'ils font chez nous.
De plus, leur président est contre le confinement et comme un troupeau de mouton ils le suivent dans sa folie.
On a réussi à contenir là virus sur le reste du territoire en respectant des règles, qu'ils fassent pareils mais cessez de toujours chercher un coupable, surtout celui qui est le plus facile à désigner . Les gens sont responsables de cette situation ,c'est aussi simple que ça.

Répondre Signaler au modérateur
bozo 16.05.2020
Tout est dit

Pour une fois, le député qui s'est fait remarquer souvent à la mairie de matoury pour utiliser la langue de bois, exprime une vision claire et réaliste de la situation, préconisant des solutions indispensables à mettre en place pour éviter la pandémie.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
3 commentaires
A la une
2 commentaires