France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Serville réagit à l’expulsion des agriculteurs à Apatou

Jeudi 18 juillet 2019
Serville réagit à l’expulsion des agriculteurs à Apatou
Le député Gabriel Serville (Photo d'archives) - BERNARD DORDONNE

C’est par l’intermédiaire de son mouvement politique Péyi Guyane que le député Gabriel Serville a vivement réagi à notre à la mésaventure de huit agriculteurs hmong qui doivent être expulsés de leurs parcelles, à Apatou, suite à une décision de justice (lire notre précédente édition).

Le parlementaire s’est remémoré l’Accord de Guyane signé le 21 avril 2017 : « L’Accord de Guyane prévoit des opérations de rétrocession de foncier au bénéfice des collectivités de Guyane et des communautés de populations autochtones », rappelle-t-il.

Fort de ce document, le secrétaire général de Péyi Guyane s’indigne des décisions de justice qui « pénalisent des agriculteurs ayant fait le choix d’assurer l’indépendance alimentaire de leur famille en s’adonnant au travail de la terre, dans un contexte économique local plus que dégradé ».

Gabriel Serville dénonce aussi ce qu’il qualifie d’absence d’exemplarité de l’Office national des forêts (ONF) qui refuse de payer la taxe foncière sur les propriétés non bâties de l’État, « mais exerce une pression sans fondement et sans précédent sur les utilisateurs traditionnels de la forêt ».

Toujours dans sa missive, le fondateur de Péyi Guyane rappelle la demande formulée de nombreux acteurs de la société civile et d’élus en vue du transfert de l’intégralité du foncier détenu par l’État.

En conclusion de son communiqué, Gabriel Serville exige que tout soit mise en œuvre pour rassurer les agriculteurs concernés afin qu’ils poursuivent leur mission d’intérêt général.

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
4 commentaires
3 commentaires
A la une