France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
environnement

Sargasses : le Sénat ouvre la voie vers la catastrophe naturelle...

Samedi 18 Janvier 2020 - 03h15
 Sargasses : le Sénat ouvre la voie vers la catastrophe naturelle...
« Je ferai mon possible pour qu'il soit maintenu à l'Assemblée Nationale », explique la Sénatrice Catherine Conconne. - DR

Lors des débats sur la réforme du régime des catastrophes naturelles, la sénatrice martiniquaise Catherine Conconne a introduit un amendement au sujet de ces algues qui depuis quelques années cause d'importants dégâts sur nos côtes.

Mercredi, c’est au cours de l’étude de la proposition de loi relative au régime des catastrophes naturelles que la sénatrice martiniquaise Catherine Conconne (photo) a défendu cet amendement.

Si plusieurs amendements ont été adoptés lors de ces débats, celui de la sénatrice de Martinique nous concerne directement. En effet, il pourrait permettre la reconnaissance des algues sargasses comme une catastrophe naturelle. Il a été adopté à la quasi-unanimité par les sénateurs. Concrètement, il s’agit d’un pas important dans la reconnaissance comme catastrophe naturelle d’un phénomène qui constitue un important frein à nos économies et cause beaucoup de dégâts à notre écosystème et a de nombreux effets sur les populations. « Cela devrait permettre aux riverains d’être indemnisés pour les dommages matériels qu’ils subissent depuis maintenant plusieurs années. Mon amendement s’inscrit dans la lignée des demandes répétées de classement en catastrophe naturelle formulées par les maires et les habitants des communes littorales. Il donne la possibilité à l’État de passer outre la reconnaissance de « l’anormalité » de l’intensité des vagues de sargasse, faute de données sur le long terme, argument qui jusqu’à présent avait justifié que les demandes des maires soient rejetées », explique la sénatrice Catherine Conconne. Si elle se félicite donc de l’adoption de ce texte elle, la sénatrice est consciente que la lutte ne fait que commencer d’autant que le gouvernement s’y est opposé. Après cette étape du Sénat, il faudra convaincre les députés lors du vote à l’Assemblée nationale. « Je ferai mon possible pour qu’il soit maintenu à l’Assemblée. Cette première victoire marque un pas important dans la reconnaissance et la prise en charge de ce phénomène catastrophique pour nos côtes, nos économies et notre santé », indique encore Catherine Conconne. H. Br.