• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Guyane / Politique

Rollin Bellony: «Notre objectif principal c'est l'évolution statutaire de la Guyane»

propos recueillis par S.Z. Vendredi 11 Septembre 2020 - 18h18
Rollin Bellony: «Notre objectif principal c'est l'évolution statutaire de la Guyane»
Le docteur Rollin Bellony, candidat aux Sénatoriales (photo d'archives) - DR

Le président de Pirogues humanitaire a déposé aujourd'hui en préfecture sa candidature aux élections sénatoriales du 27 septembre. Cinquième et dernier candidat en lice, il est accompagné dans ce nouveau combat par Sandra Pardonipade, sa suppléante, 6e adjointe à la mairie de Matoury et professeure des écoles. Il nous a accordé une interview. 

Pourquoi cette candidature ?
 
"Le rôle d'un sénateur, c'est d'agir au plus près même en étant au plus loin. D'être au plus près des activités des collectivités territoriales. Il s'agit de travailler sur le terrain, de faire le trait d'union entre les différents acteurs du terrain et de rapporter leurs besoins auprès de l'Etat.

Ce rôle du sénateur correspond tout à fait à mon action depuis des années. A ce que j'ai toujours fait en choisissant une carrière qui me fait voyager entre la Guyane et l'hexagone. Ce qui ne m'a pas empêché d'être actif en Guyane. Mes différentes actions m'ont apporté une certaine expertise. Je souhaite aujourd'hui apporter cette expérience au service des Guyanais.

Je veux être le représentant des actions qu'il faut mener pour changer la vie des citoyens guyanais. L'action que je peux mener pourrait permettre d'aider à améliorer la vie sur le territoire. Agir au plus près, c'est comprendre que la situation est peu adaptée à la vie des Guyanais. Agir au loin c'est défendre les besoins des Guyanais au palais Bourbon.


[Avec mon équipe], nous voulons apporter notre expérience de la chose publique. Pour favoriser l'accès à l'éducation, à la santé, à l'économie, l'accès aux soins. Par exemple, on sait que la population est assez jeune, il faut des écoles, un accès à la connaissance. Ce qui nécessite un peu plus d'autonomie des maires et des recteurs. Bien sûr d'autres actions peuvent être menées, l'action publique se fait sur tout le territoire. D'autres avant moi ont essayé, mais nous pensons pouvoir apporter une réponse beaucoup plus précise aux besoins. Gérer l'immigration, la démographie et l'évolution statutaire."
Quelle action est au cœur de votre programme ?
 
" Notre objectif principal c'est l'évolution statutaire de la Guyane, qui pourrait donner plus de manoeuvre à nos actions. Le système actuel n'est pas adapté aux réalités du pays, du bassin amazonien, à notre culture, à notre vie. Dès 1964, Charles de Gaulle disait que la Guyane doit avoir un système adapté. Ce sont des combats anciens qui reviennent régulièrement, n'aboutissent pas. On le voit, en 2017, les collectifs se battaient pour ce changement statutaire. Il faut rassembler les collectifs, les syndicats, tous les corps intermédiaires et œuvrer, manœuvrer pour pouvoir atteindre ce changement statuaire.

C'est important, parce que les problèmes d'accès aux besoins de base font face à des problème s administratif. Le système jacobin ne peut pas s'appliquer aux Outre-mer. On veut une république plus décentralisée qui permettrait de prendre des mesures, de mettre en place des lois qui permettent de répondre aux nécessités de la problématique guyanaise. Quand on applique les règles de manière purement administrative, ça ne fonctionne pas. Il faut donner plus de liberté à des compétences locales, que l'Etat partage. Créer ensemble un système plus adapté à notre réalité."
Êtes vous allé à la rencontre des élus, des grands électeurs qui voteront lors des Sénatoriales ?
 
" Je commence la semaine prochaine, je vais faire presque toutes les communes. Je vais aller dans les mairies, mais aussi auprès de la population, parce que même si ce sont les grands électeurs qui votent, la population doit être au courant de l'élection. Je reçois beaucoup d'encouragements pour ma candidature, notamment via les réseaux sociaux."
Vous militez depuis longtemps pour un CHU en Guyane. Avec le Covid-19, ce besoin se fait encore ressentir ?
 
" En tant que médecin, qu'universitaire, j'essaie déjà depuis longtemps de sensibiliser l'Etat à différents problèmes. Il y a aujourd'hui quatre bassins de santé de santé en Guyane. Je proposais d'en mettre un cinquième. Afin notamment d'aider l'accès aux soins pour les habitants de villes comme Papaïchton ou Maripasoula.

Il faudrait cinq hôpitaux en Guyane, gérés par un CHU. D'autant plus que nous avons une démographie importante et un niveau de médecine très élevé. Donc en faisant de la formation, la Guyane pourrait être le miroir de la France au niveau de la santé. S'il y a une évolution statutaire, ça pourrait être beaucoup plus rapide pour le mettre en place, justement. Nous voulons lever les handicaps de notre système administratif pour pouvoir agir."
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

BCHR 13.09.2020

Est-ce que Mr Bellony sait que le Palais Bourbon, c'est l'Assemblée Nationale et pas le Sénat ?

Répondre Signaler au modérateur
philsa973 12.09.2020
FAVORITISME ?

France Guyane fait campagne pour ce candidat. Vous êtes son directeur de communication ? Vous n'arrêtez pas de faire des articles sur lui ?

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 12.09.2020
On dirait bien

J'ai la même impression que vous. Avant l'annonce de sa candidature, FG avait republié des articles de 2017 concernant Mr Bellony et sa position de "visionnaire", notamment sur la création d'un CHU.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
1 commentaire
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos