• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Que peut-on attendre de la venue du Premier ministre ?

Hermann ROSE-ELIE Vendredi 10 Juillet 2020 - 18h19
Que peut-on attendre de la venue du Premier ministre ?

Comme annoncé, Jean Castex se rend en Guyane ce dimanche dans un contexte de crise sanitaire sans précédent. Analyse des enjeux d’une visite éclair.

L’évènement de ce voyage réside surtout dans le fait que ce soit le premier déplacement officiel du Premier ministre hors de l’hexagone.

Une semaine après sa nomination à Matignon, Jean Castex a donc choisi la Guyane pour un séjour très court mais très attendu sur place.

C’est que les Guyanais(es) veulent un cap et des perspectives claires sur l’issue de cette crise qui fait des ravages depuis la fin du mois de mai, avec près de 6000 personnes contaminées et 23 morts recensés au 10 juillet 2020.

L’arrivée récente et pour un mois du préfet, Patrice Latron aux commandes du Centre Interministériel de Crise est un premier signe de la volonté des autorités de jouer la transparence.
La confiance entre l’Etat et la population

L’intérêt pour l’état est surtout de retrouver la confiance d’une population aux abois, face au virus qui peine à ralentir sa progression et dans l’incompréhension de la stratégie mise en place.

Justement, le nouveau chef du gouvernement devra définir des orientations stratégiques pour les prochains jours et surtout le pic annoncé par les acteurs sanitaires.

Le « spectre » d’un reconfinement stricte de la Guyane, semble maintenant s’éloigner tant les divergences entre élus sont aussi vives que nombreuses.

Les conséquences économiques et sanitaires étant aussi particulièrement redoutées, on peut imaginer que si l’on doit confiner ce sera par quartiers ou communes à l’instar de ce qui est envisagé dans l’hexagone en prévision d’une seconde vague.

L’hôpital militaire style Mulhouse tant réclamé par le président de la Collectivité Territoriale de Guyane, ne sera pas déployé chez nous. C’est le ministre de la santé lui-même qui l’a annoncé publiquement la semaine dernière. Olivier Véran qui fait partie de la délégation officielle pourrait en revanche annoncer l’arrivée de plusieurs dizaines de soignants.

Les besoins en effectifs humains sont criants sur les trois hôpitaux que compte le département. « Nous avons besoin de près de 200 personnes en plus », c’est le cri d’alarme d’un professionnel pour le seul Centre Hospitalier de Cayenne. Il redoute le moment où « il faudra choisir de sauver les patients en fonction de leur âge, par manque de lits de réanimation ».

L’autre demande de Rodolphe Alexandre n’est pas à non plus à l’ordre du jour. Les médecins Cubains ne seront pas ici de sitôt, en tous cas pas sous l’égide de l’Etat. Les formalités administratives à remplir ainsi que la barrière de la langue pour ces soignants, sont autant d’aspects à traiter et qui nécessitent du temps. Trop de temps sans doute pour renforcer les professionnels locaux qui ont besoin d’aide « en urgence ».

Les annonces attendues du Premier ministre

Dans le contexte actuel, c’est donc de moyens humains et matériels dont la Guyane a besoin et Jean Castex « a entendu le message » de source Parisienne.

Arrivera-t-il dans ses bagages avec des forces de l’ordre supplémentaires pour contenir notamment le flux frontalier qui malgré les barrages officiels est bien réel?

Parviendra-t-il à rassurer les équipes soignantes qui souffrent progressivement d’un manque de repos ? D’autant que ce n’est pas le plan blanc déclenché récemment dans nos hôpitaux qui arrangera la situation, ce dispositif permet entre autres aux directions hospitalières de réquisitionner ces personnels sur leurs congés si besoin.

A toutes ces questions et aux autres que se posent les élus, le monde économique et les acteurs sanitaires, le Premier ministre devra apporter des réponses précises.

On n’ose à peine imaginer qu’un tel « poids lourd » du gouvernement ne prenne le temps de faire 9000 km pour de la figuration.
La présence à ses côtés des ministres de la santé et de l’Outre-mer, nourrit l’espoir en tous cas de mesures neuves et concrètes.

Plus que des paroles, la Guyane a désormais un besoin vital d’actes clairs et visibles.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Sarah Maca 11.07.2020

Amis guyanais, merci de préparer les meilleurs mets pour le 1er ministre : poulet décongelé et recongelé plusieurs fois, poisson au mercure, eau turbide du Maroni (à consommer avec modération). Il sera accueilli par le commandant Stubing (La Croisière s'amuse), tout de blanc vêtu.

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 11.07.2020
Qui vivra....verra

En regardant le journal TV ce soir, je sais déjà Que le megaphone à lunette et il est beau, il est beau mon poisson ont prévu un Mayouri ...comme d’habitude et j’espère que cette fois, pour une fois, ils ne seront pas reçus ; car c’est leurs donner trop d’importance juste parce qu’ils crient forts, mais surtout ne représentent qu’un quarteron d’indépendantistes surfant sur la crise et les problèmes historiques de la guyane pour espérer un jour avoir le pouvoir et dépouiller le peu de ressources qu’ils nous restent tels au surinam.
Idem pour nos élus, qui se gaussent d’un etat colonial mais toujours prêts à prendre l’avion en business pour aller à paris se pavaner, au lieu d’être ici à régler nos problèmes quotidiens, d’insécurité, de squats, d’immigration illégale, d’orpaillage illégal, de boucher les trous des routes, de réouvrir les bars et restaurants, de soutenir les agents hospitalier toujours au front, etc, etc....
Ce premier ministre semble ne pas avoir sa langue dans sa poche, espérons qu’il sera aussi efficace que son accent rocailleux qui sens si bon le sud-ouest, où l’art de vivre à un sens, et la libre pensée une seconde nature.
Au final, confiné, je vais travailler ce week-end à preparer les statuts de mon collectif associatif economico-socialo-musico-carnavalesque guyanais, avec ca je devrais avoir un autographe du premier ministre dimanche et serai reçu sur le plateau TV et je serai dans le journal avec mes peluches qui ne me contredisent pas,
;-)

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 12.07.2020

Vendeta, arrêtez de sautiller sur les Mayouris. Ces gens ne sont pas les responsables de ce bordel ni d'autres, ces gens sont ceux qui râlent contre les inaptes aux postes, surpayés en plus.
Ces gens font ce qu'ils peuvent, ils râlent et de désespoir. Ils sont la voix de la citoyenneté ou de ce qui en reste.

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 13.07.2020
La voix de la citoyenneté ...mais pas Élus

Alors qu’ils se présentent aux prochaines elections territoriale et gagne enfin une légitimité qu’il leurs fait tant défaut.

On n’a que les élus que l’on mérite

Répondre Signaler au modérateur
Ergo sum 14.07.2020

Et si pas élus, pas le droit à la parole non plus ? Pas le droit de tenter, au moins, de pressionner leurs stupides élus ?
La citoyenneté consiste à fermer sa gueule et de ramper ?
Mais enfin, quelle conception de la civilisation avez-vous ?

Répondre Signaler au modérateur
Vendeta973 14.07.2020
Civilisation ?!

Juste une notion d’état de droit, ou une majorité Élie ses représentants, et la minorité doit respecter ce choix en ce conformant à la légitimité du peuple qui s’est prononcé au travers des urnes et non de groupuscules sonnants et virulents cherchant par un mode de communication agressif à impressionner et imposer leurs idées qui ne représentent pas la pensée et la voix du peuple qui s’est exprimé librement et en son âme et conscience dans l’isoloir.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
6 commentaires
11 commentaires
A la une
Une

Saint-Georges de l'Oyapock : une pirogue rentre...

Rédaction - Mardi 4 Août 2020