France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • Partager cet article sur Google +

PS : « Nous agissons »

Philippe CHAUVIN Lundi 16 septembre 2013
PS : « Nous agissons »
Les élus socialistes avaient décidé de réunir les forces vives à Kourou pour préparer les élections à venir (PhCh)

Les principaux responsables de la Fédération guyanaise du Parti socialiste ont dressé, samedi, la feuille de route du mouvement pour les mois à venir. Ils ont affirmé leur projet politique.

Face aux échéances électorales à venir, la Fédération de Guyane du Parti socialiste avait décidé de réunir ses forces vives, samedi à Kourou, afin d'évoquer et de repréciser son projet politique. Devant un parterre de sympathisants, la députée Chantal Berthelot, Alex Weimert, deuxième adjoint à la mairie de Cayenne, Albéric Benth, vice-président du conseil général, Isabelle Niveau, adjointe au maire à Kourou et David Riché, maire de Roura et conseiller général ont préparé le terrain pour les élections à venir. Et ont tenté de rassurer. « Nous administrons le pays et prenons nos responsabilités en essayant d'adapter au contexte guyanais les dispositions gouvernementales » , affirme sans détours Chantal Berthelot en parlant, notamment des contrats d'avenir. « Ne me dîtes pas que cela est rien quand 150 contrats ont d'ores et déjà étaient signés dans le département. Nous agissons. » Et lorsqu'il s'agit d'évoquer d'éventuelles alliances à gauche, la députée insiste sur l'importance d'une entente sur un projet politique commun : « Il nous faut d'abord clairement définir nos propositions avant de nous tourner vers les autres. » Les débats nationaux font écho localement et les différences d'appréciation entre la ministre de la Justice et celui de l'Intérieur tout comme la radicalisation du vote des seniors font débat. Mais les participants n'oublient pas d'évoquer le contexte guyanais. « Notre rôle, en tant qu'élus de terrain, est à la fois de faire remonter les réalités guyanaises au sommet de l'État afin que les bonnes décisions soient prises mais aussi de veiller à leur application concrète sur nos territoires » , conclut Isabelle Niveau. Un parti résolument aux manettes. Dont acte.