France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Matoury

Nouveau lycée : Gabriel Serville met les pieds dans le plat

Propos recueillis par Bernard DORDONNE Lundi 01 avril 2019
Nouveau lycée : Gabriel Serville met les pieds dans le plat
Gabriel Serville et Younous Omarjee débattent sur l'Europe - BERNARD DORDONNE

Gabriel Serville, président de Péyi Guyane, fustige la gestion du maire de Matoury, qui, selon lui, va engendrer une mise sous tutellede la commune pour budget non voté avant le 15 avril. Il s’explique sur son soutien au candidat de la France insoumise Younous Omarjee aux élections européennes.

Vous avez été maire de Matoury, quel est votre positionnement sur le choix du terrain pour le futur lycée ?

Les Matouriens connaissent mon engagement personnel en faveur de la jeunesse et je ne connais aucun adulte, de surcroît élu, qui serait défavorable à la construction d’un nouveau lycée. Toutefois, la question du choix du terrain qui doit l’accueillir a été très mal posée par le maire Serge Smock qui s’est pris les pieds dans le tapis, à trop vouloir s’entêter à ne pas entendre les propositions de son conseil. Par ses choix de communication et de gestion, il a démis les élus de leur souveraineté. Il est donc urgent de convoquer un conseil municipal spécialement dédié à cette question qui, selon moi, ne relève d’aucune complexité particulière.

Allez vous tout faire pour que le budget de la commune soit voté pour éviter une mise sous tutelle par le préfet de la ville ?

Je suis très inquiet quant à la capacité du maire à réunir sa majorité en vue de boucler correctement cette fin de mandat. En effet, le débat d’orientations budgétaires, qui est une étape substantielle avant le vote du budget primitif, a déjà capoté lors de trois conseils successifs. Nous avons démontré notre volonté de participer à la co-construction du budget 2019. Néanmoins, il devra se conformer aux attentes de la population. C’est la condition nécessaire et indispensable pour que je me prononce favorablement. 

Pourquoi Péyi Guyane soutient un candidat du parti des insoumis aux élections européennes ?

La conférence-débat sur l’Europe que j’ai organisé avec Younous Omarjee, député européen sortant (lire ci-dessus) n’était pas un meeting de campagne, mais un moment privilégié au cours duquel les électeurs présents ont pu davantage se familiariser avec les rouages de l’Union européenne et soupeser les avantages et inconvénients de notre statut de région ultra périphérique. Au-delà des logiques de partis, je partage avec Younous de très nombreux combats et il se fait systématiquement le relais de nos dossiers et de nos préoccupations à Bruxelles. On ne peut pas en dire autant de beaucoup de nos représentants au sein des institutions européennes.

Êtes-vous un député insoumis ou préparez-vous un rapprochement avec  Jean-Luc Mélenchon ?

Je suis député, membre du groupe de la Gauche démocrate et républicaine. Je siège donc dans l’opposition. Il y a des valeurs et des dossiers sur lesquels je suis en convergence également avec les collègues de la France insoumise. En ce sens, nous démontrons régulièrement notre capacité à travailler ensemble. Tout aussi bien d’ailleurs avec les autres groupes de l’opposition. En réalité, sur les dossiers ultramarins, nous intervenons de manière transpartisane avec tous les collègues de gauche comme de droite. Cependant, travailler ensemble sur des sujets qui nous rassemblent n’implique pas nécessairement un soutien ou un blanc- seing lors des prochaines élections. 

Êtes vous sur la liste de la France Insoumise ?

Je ne figurerai sur aucune liste pour les élections européennes du 26 mai. Le député Omarjee, qui a été élu meilleur député européen en 2018, se bat avec talent et pugnacité pour faire reconnaître les spécificités de nos territoires. Il a un bilan extrêmement positif à défendre. C’est pourquoi, à titre personnel, je souhaiterais qu’il soit réélu afin de poursuivre le travail entamé.

[[816730]]
Gabriel Serville et Younous Omarjee débattent sur l'Europe - BERNARD DORDONNE
Gabriel Serville à propos du lieu d'implantation du nouveau lycée de Matoury - BERNARD DORDONNE

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Gérard Manvussa 01.04.2019

Et France-Guyane lui cire les pompes !

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
2 commentaires
1 commentaire