• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
COLLECTIVITÉS

Nicolas Pietrus : une reconversion pour la formation des élus

Xavier-Paul Le Pelletier Lundi 26 Avril 2021 - 18h26
Nicolas Pietrus : une reconversion pour la formation des élus
Les élus d'Iracoubo en pleine séance de formation autour de la gestion budgétaire d'une commune - DR

 Journaliste bien connu des Guyanais qui l’ont vu durant de très nombreuses années officier à la télévision en Guyane. Nicolas Pietrus a désormais délaissé les plateaux de télé pour se consacrer à un public qu’il connait déjà très bien : les élus ultramarins. En ce mois d’avril, il était en Guyane, entre deux avions, pour se consacrer aux compétences budgétaires des équipes municipales d’Iracoubo et de Roura.

C’est à la suite d’une formation à l’ILERI (Institut libre d’étude des relations internationales) que Nicolas Pietrus a pris un virage en direction de l’Institut Supérieur des Élus pour venir en aide à ceux qui représentent les collectivités d’Outre-Mer. Une manière pour lui de participer à l’amélioration du tissu politique local de la Guyane -et d’ailleurs- en accompagnant des élus de proximité dans leur apprentissage des bonnes pratiques de gestion des collectivités. Il ne passe pas par quatre chemins pour présenter le besoin de montée en compétences de ces derniers.
LES "ÉLUS-COPAINS"
« Aujourd’hui c’est terminé l’époque des outre-mer avec les “élus-copains”. 90% de ceux qui votent un budget en ignorent encore aujourd’hui ses composantes. Une collectivité ne se gère plus comme il y a 20 ou 30 ans. Cela se gère comme une entreprise ou un ménage, avec le cordon de la bourse comme fil rouge. 80% du budget d’une commune part dans son fonctionnement (le salaire de ses employés et ses frais généraux, ndlr). Ça ne laisse pas grand-chose pour investir ! déplore le spécialiste de coopération dans les outre-mer. Quand on sait bien qu’une élection se remporte d’abord grâce à la popularité des candidats et non grâce à leurs compétences, il vaut mieux les encourager à se former » souligne celui qui estime que l’élu ne découvre sa responsabilité civile, pénale ou sociale qu’au moment de sa première prise de poste.

Pour pouvoir appliquer correctement les politiques qu’une équipe souhaite mettre en œuvre, il est indispensable selon Nicolas Pietrus que l’ensemble des membres de cette dernière bénéficient des mêmes enseignements : « On ne peut pas les laisser aller au petit bonheur la chance ! Il ne s’agit pas que de veiller uniquement aux compétences du nom en tout en haut en tête de liste, mais bien à l’ensemble des élus qui y figurent. Tous sont responsables, c’est aussi ça que nous leur enseignons. La cohésion de groupe, la réussite du premier édile : c’est la réussite de toute son équipe. Nous sommes là aussi pour leur expliquer combien il est important de lutter contre les dissidences » poursuit l’ancien présentateur de JT.

Nicolas Pietrus entouré de sa formatrice et de Jean-Claude Labrador, maire de Roura - DR

Nouvelle Calédonie, Polynésie, La Réunion, autant de destinations tout aussi éloignées de Paris pour lesquelles des collectivités font appels aux services de l’institut. « Avant pour un élu ultramarin, partir en formation était synonyme de balade à Paris, c’est fini ! L’institut qui est une structure privée prend en charge l’ensemble de la logistique de la formation grâce à un budget mis à disposition par la Caisse des dépôts et consignations après qu'elle nous ait délivré un agrément. L’idée est qu’ils se retrouvent dans des conditions optimales pour apprendre. Il y a encore quelques absents -ce que je ne trouve pas normal lorsqu’il s’agit d’argent public- mais nous avons désormais plus de 60% de nos élus locaux  qui font de nos jours une formation. Alors qu'il y a encore quelques années à peine cela oscillait autour de zéro » conclut celui qui explique toujours demeurer journaliste dans son coeur, malgré son éloignement avec le monde de la presse guyanaise que lui imposent ses nombreux déplacements.

Nul doute que le résultat des prochaines élections territoriales saura créer de nouveaux besoins en formation des élus pour pallier le manque d’expérience de certaines des têtes qui devraient être nouvellement élues.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
4 commentaires
2 commentaires
2 commentaires
A la une
2 commentaires
5 commentaires