France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Négociations difficiles pour financer les filières de diversification agricole

Samedi 27 juillet 2019
Négociations difficiles pour financer les filières de diversification agricole
Les responsables de l'agriculture attentent au ministère de l'Agriculture. - FXG

« La réunion n’était pas fermée, mais on n’a pas eu d’annonce », a déclaré un des nombreux participants reçus mardi après-midi pendant près de trois heures par Isabelle Chmitelin, directrice de cabinet du ministre de l’Agriculture, Didier Guillaume, et ancienne directrice de l’office de développement de l'économie agricole d’outre-mer.

Acteurs du monde agricole de la Martinique, la Guadeloupe, la Guyane et La Réunion, ils étaient une quarantaine et ont parlé d’une seule voix pour plaider la réévaluation de l’enveloppe budgétaire du comité interministériel des Outre-mer (Ciom) dans le prochain budget du ministère de l’Agriculture. Cette enveloppe a été créée lors en 2009 avec un montant de 40 millions d’euros. L’objectif était alors de venir en aide aux filières de diversification agricole pour qu’elles assurent de mieux en mieux la couverture des besoins alimentaires de chaque population dans son territoire.

La particularité de ces aides est qu’elles sont couplées à l’évolution de la production. Ainsi pour répondre à la demande croissante, le fonds Ciom est arrivé à son plafond en 2018, sachant que depuis 2015, Mayotte y est éligible sans pour autant que l’enveloppe ait été augmentée en conséquence. De ce fait, après un montant progressif pendant dix ans, l’enveloppe est arrivée au maximum de ses capacités. Selon Eurodom, il manquerait désormais de 10 à 20 millions d’euros pour que les filières continuent leur progression selon les projets stratégiques de chaque territoire. Ces plans ont été établis pour les années 2020-2025 et sont parfaitement connus du ministère de l’Agriculture. Mais ce ministère est pris lui aussi par les contraintes budgétaires qui lui baissent son budget 2020 de 100 millions d'euros.. quand il demandait 300 millions d'euros de plus.

Menaces sur la couverture des besoins alimentaires

Leur hôte leur a donc rappelé « l’effort que fait déjà l’État » avec les 38 millions pour la canne et les a assurés du maintien du fonds Ciom à défaut de sa réévaluation. « Mme Chmitelin, relate Joël Sorres, président de la Fédération réunionnaise des coopératives agricoles, nous a longuement écoutés et a partagé les diagnostics avec nous, mais elle nous a confié qu’elle n’avait pas de ligne directrice particulière donnée par les ministres ni de chiffres à nous annoncer. » Pour appuyer encore leur demande, les représentants des filières ont fait valoir que les conséquences seraient dommageables pour l’installation des jeunes agriculteurs. « On ne pourrait pas leur garantir un revenu suffisant par rapport aux investissements qu’ils devront faire, argumente encore M. Sorres, mais il y aurait encore des conséquences directes sur la production. Car s’il n’y a plus d’accompagnement, forcément la production risque de chuter tant sur le plan de la qualité que celui de la régularité des approvisionnements ». Mme Chmitelin n’a pu que leur assurer que l’enveloppe telle qu’elle est aujourd’hui n’est pas remise en cause, mais elle indique qu’il y aura des négociations éventuelles selon les remontées que chaque filière pourra lui adresser par rapport au projet stratégique de chaque territoire.

Côté Eurodom, qui accompagnait les acteurs des filières, il s’agit d’anticiper désormais le débat parlementaire et budgétaire, car ce n’est pas la directrice de cabinet du ministère de l’Agriculture qui sera en mesure d’arbitrer quoique ce soit. Pour l’heure, ils devraient se revoir, mais aucune date n’a été fixée.

FXG, à Paris

Les responsables de l’agriculture attendent au ministère de l'Agriculture / photo FXG

La proposition du monde agricole au ministre de l’Agriculture

Puisque l’Outre-mer vient de rendre au budget général 100 millions d’euros de crédits de paiement, il y a donc au moins 100 millions d’euros qui auraient du être consommés outre-mer. Une partie de cette enveloppe pourrait donc venir abonder l’enveloppe du comité interministériel des Outre-mer (Ciom). Histoire, bien sûr, de respecter les engagements du président Macron qui a encore dit le 8 juillet dernier qu’il n’y aurait pas d’économie sur les Outre-mer. Car la couverture des besoins alimentaires, c’est aussi quelque chose qui peut vraiment « changer la vie des gens », pour citer le président.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
4 commentaires
A la une