France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Municipales : un deuxième tour à hauts risques en Guyane

Herman ROSE-ELIE Vendredi 22 Mai 2020 - 09h22
Municipales : un deuxième tour à hauts risques en Guyane

Le second tour des municipales devrait se tenir le 28 juin prochain comme l’a confirmé le premier ministre ce vendredi.
La situation sanitaire qui se dégrade chez nous laisse planer des interrogations.

« La vie démocratique doit reprendre tous ses droits » a d’emblée indiqué Edouard Philippe de manière solennelle ce vendredi matin depuis l’hôtel Matignon.

Cependant la confirmation d’un deuxième tour le dimanche 28 juin, s’accompagne d’un ensemble de réserves émises par le chef du gouvernement.

Ainsi le choix de cette date est « réversible » a-t-il prévenu.

En fonction des dernières recommandations du conseil scientifique attendues dans deux semaines, la position de l’état pourrait changer.
Situation à risque 

Dès l’annonce de cette décision gouvernementale des voix se sont élevées en Guyane pour afficher leurs craintes.

Joint par France-Guyane, le président de l’association des maires est sceptique : « je n’ai pas de conseil scientifique à ma disposition mais quand je regarde les chiffres de moins en moins bons chez nous, quand je constate que la pandémie progresse ici j’espère que nous ne serons pas dans la même dynamique en juin ».
Report du second tour en Guyane ?
Pour David Riché, « tout est gérable mais avec des moyens et surtout au bon moment. Il faut absolument éviter le fiasco du premier tour ».

Le patron des maires de Guyane reconnait qu’il faut organiser ce deuxième tour le plus tôt possible, mais s’inquiète du risque sanitaire qui pourrait peser sur l’élection alors que la Guyane connait depuis quelques jours, une recrudescence des cas de covid-19.

Le dernier point de la préfecture fait état de 249 cas confirmés, dont 12 nouveaux en 24 heures.

David Riché, président de l'association des maires de Guyane -

Dans ce contexte, David Riché estime que nous avons un décalage avec la situation dans l’hexagone et que c’est maintenant que l’épidémie s’accentue sur notre territoire.

Ce dernier n’exclue pas une consultation de ses collègues dans les prochains jours pour livrer une position commune sur une éventuelle demande de report de ce second tour en Guyane.

Pour rappel, 15 communes ont élu leur maire dès le 15 mars dernier.

Sont concernées par le second tour, les villes de Roura, Awala-Yalimapo, Iracoubo, Matoury, Rémire-Montjoly, Papaïchton
et Saul.

Quoiqu’il en soit, si le scrutin est maintenu le 28 juin, de nombreuses mesures seront imposées dans les bureaux de vote.
Le port du masque sera par exemple obligatoire, l’état souhaite aussi « tout faire pour faciliter le recueil des procurations ».

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
5 commentaires
6 commentaires
2 commentaires
A la une
2 commentaires
1 commentaire