• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

Municipales : Prime aux sortants à Awala, Matoury et Papaïchton; le maire de Rémire balayé; second tour nécessaire à Iracoubo

Samir Mathieu Lundi 19 Octobre 2020 - 09h04
Municipales : Prime aux sortants à Awala, Matoury et Papaïchton; le maire de Rémire balayé; second tour nécessaire à Iracoubo
Le dépouillement s'est déroulé dans le calme à Matoury où Serge Smock a été élu avec plus de 61% des voix dès le 1er tour ce dimanche. - Samir MATHIEU

France-Guyane fait le point sur le premier tour des élections municipales où 5 maires ont été élus dès ce dimanche. Ce fut le cas de Serge Smock à Matoury, de Claude Plenet à Rémire-Montjoly, de Jean-Claude Labrador à Roura, de Jules Deie à Papaïchton et de Jean-Paul Ferreira à Awala-Yalimapo. Seule Iracoubo n'a pas réussi à départager ses candidats au terme d'une campagne très virulante. Il reste aussi un siège à pourvoir à Saül.

 5 maires élus dès le 1er tour des élections municipales dimanche. Le scrutin a été plié dès le premier tour pour les communes de Matoury, Rémire-Montjoly, Roura, Awala-Yalimapo et Papaïchton. Pour Awala, Matoury et Papaïchton, ce sont les maires sortants qui ont été réélus. À Roura, c’est un nouveau maire puisque le sortant ne se représentait pas. À Rémire-Montjoly en revanche, le maire sortant a été battu dès le premier tour, malgré la présence de trois listes. Il faudra revoter par contre à Iracoubo et Saül dimanche prochain.
Serge Smock dans un fauteuil
Dans le détail, Serge Smock a été largement élu dimanche soir dès le 1er tour. Le maire sortant a été élu avec 61,08 % des suffrages. Serge Smock a battu Jean-Victor Castor, leader du MDES, qui a recueilli 29,14 % des voix et Jean-Marc Aimable, de l’Udeg, 9,78 %.

Serge Smock a amélioré son score du 15 mars, où il avait râté l’élection à une centaine de voix près. Cette fois-ci, il y avait deux listes en moins après le retrait de Roland Léandre et d’Hubert Contout. Ce dernier avait fusionné avec la liste de Jean-Victor Castor. Cette victoire va permettre à Serge Smock de disposer enfin d’une réelle et confortable majorité au conseil municipal, ce qui n’était pas le cas depuis qu’il avait été élu à la suite de la démission de Gabriel Serville en septembre 2017 en raison de la loi sur le cumul des mandats. Serge Smock avait du faire face à la division de la majorité de l’époque et avait face à lui plusieurs oppositions dans son conseil. Un fonctionnement qui avait rendu les choses plus compliquées pour celui qui a donc été élu pour la première fois sur son nom en tant que tête de liste.
Jean Ganty et Nahel Lama battus par Claude Plenet
Dans la deuxième plus grosse commune concernée par ces élections, le maire sortant de Rémire-Montjoly, Jean Ganty a été balayé dès le premier tour. C’est Claude Plenet qui a été élu. Le conseiller territorial a remporté 56,74 % des suffrages devant donc la liste emmenée par Jean Ganty et Nahel Lama 30,26 % des voix. Aline Charles a terminé troisième avec 12,99 % des suffrages exprimés. Là aussi ce résultat confirme la tendance qui s’était dégagée le 15 mars dernier où Claude Plenet était arrivé en tête. Il a aussi montré l’échec de l’alliance faite entre Jean Ganty et Nahel Lama. Les deux hommes avaient fusionné leurs listes et Nahel Lama s’était rangé derrière le maire sortant. Jean Ganty était maire de Rémire-Montjoly depuis 13 ans.
La débâcle de Roseline Gaillou
À Roura, la bataille était atypique aussi et c’est le vice-président de la CTG Jean-Claude Labrador qui l’a remporté haut la main. Jean-Claude Labrador a obtenu 64,41 % des suffrages dans une triangulaire où il était opposé à la première adjointe du maire sortant David Riché. Roseline Gaillou a réalisé 22,91 % des voix, en net recul par rapport à mars et Christian Noko, 12,68 %.

Roseline Gaillou a payé cher les divisions au sein de son équipe, au sein même de la majorité sortante. Son numéro 2 sur la liste, qui était le deuxième adjoint de la commune, Michel Ly Phong, a fait défection en septembre et a rejoint l’équipe de Jean-Claude Labrador. Michel Ly Phong a emporté avec lui l’ensemble des représentants du bourg de Cacao et d’autres membres de l’équipe de Roseline Gaillou sont également partis. Ils dénonçaient l’absence de présence sur le terrain de la première adjointe. Cette dernière a accusé le maire David Riché d’avoir été à la manœuvre.

En tout cas ce dimanche, le résultat a été sans appel. Alors qu’ils étaient au coude à coude le 15 mars dernier, Jean-Claude Labrador a gagné près de 20 points alors que Roseline Gaillou a perdu près de 20 points dans les urnes. Jean-Claude Labrador a donc eu un boulevard pour son élection à la tête de la mairie de Roura.
Prime aux sortants à Awala et Papaïchton
Dans l’ouest, la campagne a été très vive. A Awala-Yalimapo, le maire sortant Jean-Paul Ferreira, en poste depuis 19 ans, a eu face à lui une coalition des opposants, qui ont fusionné leur liste. Et si l’écart était large en mars, il fut bien plus serré ce dimanche. Jean-Paul Ferreira a été réélu avec moins de 30 voix d’avance sur son rival Hervé Robineau.

Même cas de figure à Papaïchton où le maire sortant Jules Deie a vu se former une alliance de deux de ses opposants du premier tour.

On se retrouvait donc dans un duel entre le maire sortant et l’ancien maire Richard Lobi. Jules Deie a été finalement assez largement réélu avec 54,85 % des suffrages face à Richard Lobi (45,15%). La campagne avait été, comme à Awala-Yalimapo, très virulante. Les opposants avaient dénoncé une campagne massive de radiation sur les listes électorales de la part du maire sortant selon eux. Ils avaient organisé une grande manifestation, en vue de bloquer la commune en septembre dernier pour protester. Mais ce dimanche, Jules Deie a été réélu et pourra compter sur une majorité renouvelée. Jules Deie avait en effet vu sa majorité s’étriquer au sein du conseil municipal, à tel point que le dernier budget a été retoqué par les élus.
Second round à Iracoubo
Mais si il y a finalement une commune où la campagne a été la plus agressive, c’est probablement à Iracoubo. La maire sortante Cornélie Sellali était en grande difficulté. Elle n’avait réussi à conserver que deux membres de sa majorité pour sa liste qu’elle a donc quasi entièrement renouvelée. Et comme en mars, elle a terminé 3e du scrutin, largement distancée par le pasteur Enrico William, arrivé en tête avec 43,46 % des voix devant Céline Régis 34,28 %. Il y aura donc un second tour pour départager les trois candidats dimanche prochain à Iracoubo, la seule commune de plus de 1 000 habitants où l’on devra revoter. À voir si des jeux d’alliance se nouent d’ici là où si les traces de la campagne brutale que la commune vient de vivre feront qu’aucun rapprochement ne sera possible…

Enfin, un mot de Saül pour terminer, il y avait trois postes à pourvoir, pour un scrutin à panachage. Seul deux candidats ont été élus : Lionel Demailly et Patrie-Judes Benoît. Il faudra revoter pour élire un seul conseiller dimanche prochain à Saül.

On retiendra enfin de ce premier tour, la belle opération pour le président de la CTG Rodolphe Alexandre, qui après sa démonstration de force aux sénatoriales, a vu les candidats qu’il a soutenu être élus dès le premier tour. C’est le cas en particulier pour Claude Plénet à Rémire, Jean-Claude Labrador à Roura mais aussi pour Serge Smock à Matoury dont il est proche ou encore Jules Deie à Papaïchton.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
Politique

Municipales : Il y aura un deuxième tour à...

P.R - Dimanche 18 Octobre 2020

3 commentaires
A la une
2 commentaires