France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Macron annonce une hausse du smic de 100 euros par mois

P.R. & AFP Lundi 10 Décembre 2018 - 16h28
Macron annonce une hausse du smic de 100 euros par mois
Emmanuel Macron à l'ELysée, le 10 décembre 2018 - LUDOVIC MARIN (POOL/AFP)

Emmanuel Macron a décrété "l'état d'urgence économique" et a annoncé plusieurs mesures touchant au pouvoir d'achat des Français en réponse au mouvement des "gilets jaunes", assurant entendre une colère "juste à bien des égards" et faisant un mea culpa sur ses propos polémiques qui ont pu "blesser".

Le chef de l'Etat a pris la parole ce lundi en direct de l'Élysée. Durant treize minutes, Emmanuel Macron a réagit à la crise des Gilets Jaunes. Il a débuté en condamnant les violences commises ces dernières semaines pour lesquelles l'État n'aura "aucune indulgence", quand bien même elles seraient l'expression d'une "colère sincère".
"40 ans de malaise"
"Quand la violence se déchaîne, la liberté cesse", a-t-il déclaré, appelant au calme et à la paix civile. "Je n'oublie pas qu'il y a une indignation", a-t-il poursuivi. "Une détresse qui ne date pas d'hier" à laquelle "nous avons fini lâchement par nous habituer".

Évoquant "40 années de malaise qui ressurgissent", le chef de l'Etat a déclaré: "je sais qu'il m'est arrivé de blesser certains d'entre vous par mes propos".

De nombreux "gilets jaunes" ont accusé le président d'être "méprisant" et "hautain" avec ses "petites phrases" sur les "Gaulois réfractaires", les "fainéants" ou les gens qui ne "sont rien".
"Je prend ma part de responsabilité"
Le président a ensuite annoncé quelques mesures "fortes et concrètes" :

• augmentation mensuelle du Smic de 100 € dès 2019.

• suppression de l'impôt et des charges sur les heures supplémentaires dès 2019.

• Primes de fin d'année sans impôts ni charges "pour les employeurs qui le peuvent".

• Exemption de la hausse de la CSG pour les retraités gagnant moins de 2.000 euros par mois. "L'effort qui leur a été demandé était trop important et n'était pas juste", a-t-il dit. Jusque-là, seuls les retraités gagnant moins de 1.200 euros environ étaient exemptés.
"Les citoyens les plus fortunés aident la Nation"
Emmanuel Macron a déclaré qu'il ne reviendrait pas sur la suppression de l'Impôt Sur la Fortune (ISF) comme demandé par les Gilets Jaunes.

Le président a également annoncé une "réforme profonde de l'État", faisant face à la "dette climatique et budgétaire".

Quant au grand débat local de trois mois qui doit débuter la semaine prochaine, "il doit être beaucoup plus large", a affirmé le chef de l'Etat.

Emmanuel Macron ira "rencontrer les maires, région par région" pour bâtir le socle d'un "nouveau contrat pour la nation", estimant qu'il faut aborder "toutes les questions essentielles", liées notamment à une meilleure représentation des courants d'opinion ou à la prise en compte du vote blanc.

"Nous ne reprendrons pas le cours normal de nos vies", a fini Macron sur un ton grave, soulignant le "moment historique".

• Revisionner ici l'intervention d'Emmanuel Macron :




Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
7 commentaires

Vos commentaires

zizoupila 11.12.2018

Mélenchon l'hypocrite c qui l'intéresse c de prendre la place, lui mm fait parti des nantis à gros revenu, c un faux c...comme tous les autres, Marine...
Ils dénoncent pour être calife à la place du calife !

Répondre Signaler au modérateur
xxl 11.12.2018
MOLI

MACOUMBA t'es grave

Répondre Signaler au modérateur
xxl 11.12.2018
@ Lenaïk ADAN DEPUTE

Si vous rencontrez votre président de la république française, demandez lui pourquoi les personnes âgées qui ont cotisé toutes leurs vie ne perçoivent pas eux aussi des primes comme ceux et celles qui ne foutent rien de leurs vie sauf à faire des enfants.

Répondre Signaler au modérateur
FLAMBI 11.12.2018

BRAVO

Répondre Signaler au modérateur
zizoupila 11.12.2018

Pas à faire des enfants mais à "koké"

Répondre Signaler au modérateur
xxl 11.12.2018
FOUTAGE DE GUEULE

et dire que la première dame de france à pratiquement l'âge de la retraite, elle aurait pu convaincre son mari de faire un geste pour ses semblables.

Répondre Signaler au modérateur
Macoumba 11.12.2018
Retraite

Cette vieille grive aux mollets sec a eu le droit à la retraite depuis l'âge de 57 ans en qualité de professeur, avec plusieurs enfants, si elle était agrégé c'est au moins trois le smic en retraite....

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
2 commentaires
A la une