France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les maires d’Outre-mer ont la parole

Jeudi 21 Novembre 2019 - 03h05
 Les maires d’Outre-mer ont la parole
Les présidents d'associations des maires des territoires d'Outre-mer / photo FXG - FXG

La journée de lundi leur était consacrée dans le cadre du congrès des maires. Ils se sont entretenus avec Annick Girardin, ministre des Outre-mer.

Cette fois, les maires d’Outre-mer n’ont pas parlé dans le vide ! Pour la première fois depuis de nombreuses années, la ministre des Outre-mer a assisté à l’intégralité des débats tenus lundi, lors de la Journée des maires d’Outre-mer au palais de la Mutualité à Paris, préambule au 102e congrès des maires de France. Habituellement, les maires parlent entre eux et, à l’issue, le ministre en titre vient donner sa parole pour clôturer les débats. Cette fois, Annick Girardin était au côté du président de l’Association des maires de France, François Baroin, pour les entendre.

Le premier à parler a été Maurice Bonté, de l’Association des maires de la Martinique. Il a lancé un cri d’alerte sur les impacts du changement climatique sur les petits pays insulaires de la Caraïbe, mettent en garde contre une « modification permanente des conditions climatiques dans la zone intertropicale ». Sson deuxième cri d’alerte a été pour les moyens financiers qu’il faut pour agir. Il a plaidé pour le maintien de l’octroi de mer avec une révision des seuils pour une durée de dix ans.

David Riché : « Le maire que je suis est un peu dépouillé »

Stéphane Fouassin, de l’association des maires de La Réunion, a rappelé au gouvernement son refus de compenser la perte de la taxe d’habitation par dégrèvement. Il a ensuite lâché tout de go la perte de 45 000 emplois aidés, fiancés à 80 %, représentant 400 millions d’euros, pour 12 000 nouveaux contrats aidés, financés à 50 %, et ne rapportant plus que 70 millions... Il a conclu son intervention ainsi : « Laissez l’eau aux communes, pas aux intercommunalités ! »

Jean-Claude Pioche (maire de la Désirade, Guadeloupe) est venu parler de différenciation, de « décentralisation à la carte », d’adaptation des communes et surtout d’autonomie financière. David Riché, pour les maires de Guyane, a plaidé pour remettre le maire au cœur de la République : « Le maire que je suis est un peu dépouillé de l’eau, de l’assainissement, des déchets, de la voirie, du PLU qui ont été transférés... Même les cimetières peuvent passer aux interco ! Il ne reste bientôt plus grand chose à se mettre sous la dent... »

Déplorant les retards structurels qu’il attribue à l’éloignement et au passé colonial et l’esclavage), il a lancé : « Vaut mieux éviter de faire un AVC à l’hôpital de Cayenne en ce moment ! » Il a enfin déclenché l’hilarité de la salle, sauf du premier rang (celui des officiels) lorsqu’il a moqué la formule « Les Outre-mer sont une chance pour la France ». Enfin, laissant entendre son souhait de voir enfin éclore le projet Montagne d’or, il a conclu : « Il faut redonner le pouvoir aux élus. »

FXG, à Paris

Olivier Serva, député de Guadeloupe, François Baroin, président de l'Association des maires de France, et Annick Girardin, ministre des Outre-mer. - FXG
La réponse d’Annick Girardin

« Vous êtes le premier relais des colères mais aussi des attentes des citoyens, a répondu la ministre des Outre-mer. Être en première ligne, cela veut dire être sous le feu des critiques, mais cela signifie aussi être le porte-voix des aspirations. Dans la perspective des prochaines municipales de mars 2020, nous avons une responsabilité commune : remettre les citoyens au cœur de l’action publique. » C’est-à-dire aussi du beurre dans les épinards. La ministre a évoqué le Fonds exceptionnel d’investissement (110 millions d’euros) qui doit financer l’électrification de villages à Camopi en Guyane, la construction de la maison de l’artisanat et de la famille de la commune de Chirongui à Mayotte, la construction d’un groupe scolaire à Goyave en Guadeloupe, le désenclavement de quartiers dans la commune de Morne-Vert en Martinique ou encore la construction d’une école élémentaire dans la commune de La Possession à La Réunion. Elle a évoqué les efforts faits pour la sécurité des citoyens (371 postes supplémentaires de la police de sécurité du quotidien (PSQ) déployés Outre-mer), le doublement du fonds Associations à 3 millions d’euros par an, l’emploi qui s’améliore, le chômage qui baisse, le micro-crédit, les crèches, l’école... Mais surtout, Annick Girardin leur a dit :  « Le président de la République a tenu à inviter l’ensemble des maires d’Outre-mer mercredi (hier) à l’Élysée. »