• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Les élus de Guyane adoptent une nouvelle motion sur la situation sanitaire

G.T Samedi 30 Octobre 2021 - 14h16
Les élus de Guyane adoptent une nouvelle motion sur la situation sanitaire
Elus et membres de Caravane de la liberté étaient réunis ce jour pour un séminaire. Une nouvelle motion a été adoptée. - GT

Un séminaire des élus de Guyane sur la situation sanitaire a eu lieu ce 30 octobre. Des représentants de la Caravane de la liberté étaient également présents. Ensemble, ils ont débattu et ont mis au point une nouvelle motion destinée à être envoyée au gouvernement.

En application de la motion votée le 23 septembre dernier, les élus de toute la Guyane se sont réunis une nouvelle fois aujourd'hui pour mettre au point un nouveau document. Des représentants de la Caravane de liberté étaient également présents ce 30 octobre au sein de la CTG.

Après de longues paroles introductives, l'Assemblée débutait enfin. Gabriel Serville se prononçait ainsi : "la question qui est posée aujourd'hui est de savoir quelles solutions on met en place. Et de ne pas juger ceux qui veulent, ou ne veulent pas se faire vacciner".

Sur la composition de cette nouvelle motion, Lénaïck Adam, député de la 2ème circonscription de Guyane déclarait également : "j'espère qu'à l'issue de ce séminaire nous pourrons apporter des propositions concrètes et efficaces qui nous permettraient de défendre la réalité de notre territoire".

La discussion tourne pendant de nombreuses minutes autour de l'offre médicale et des options disponibles pour que les soignants puissent continuer à travailler, et ce, au moment où beaucoup d'entre eux ne sont pas encore vaccinés.

Tour de table effectué, et prises de positions entendues, l’Assemblée sort puis revient. Le nouveau texte est présenté.... Si certains aspects de la formulation seront encore débattus, la motion adoptée est déclinée sous ces différents points :
Etant donné le “contexte particulier” en Guyane, l’Assemblée appelle ainsi le gouvernement à "agir d'urgence en faveur d'un renforcement de l'offre de soins, en particulier dans le secteur hospitalier public".

L'Assemblée souligne, “que dans ce contexte de pénurie de personnel qualifié, l’application de mesures conduisant à exclure de leurs fonctions des personnels visés à l’article 12 de la loi du 5 août 2020 en capacité à travailler, constitue un danger pour le maintien du système de santé local déjà disparate, défaillant et par suite, une menace pour l’économie”.

Elle demande à l’Etat et aux partenaires sociaux : "de préserver les conditions d'une activité économique, culturelle, sportive et de loisirs en recourant en tant que besoin à un protocole adapté afin d'éviter les conséquences sociales potentielles d'une vague massive de disparition d'entreprises".

"L'ensemble de la population” est également appelée à "lutter contre la propagation du virus en utilisant, selon sa conviction et avec rigueur, les protocoles identifiés comme efficaces, à savoir entre, autres : les gestes barrières, la pratique régulière des tests, la vaccination et les traitements".

L’Assemblée affirme enfin dans cette motion : “la primauté du libre-choix et l’importance d’une approche pédagogique pour accompagner la démarche vaccinale notamment en direction des personnes à risque”.
 

De tous ces points, le quatrième aura été le plus difficile à faire passer. La mention du mot vaccination faisant réagir les membres de la Caravane pour la liberté comme d’autres personnes présentes. L’ajout du mot “traitement” a été effectué à la toute fin. Bien qu’il “n’existe pas encore de traitements contre la Covid-19”, comme le font remarquer certains. Cette mention “laisse un choix plus large”, insistent d’autres.

Ainsi un consensus a été trouvé. Cette motion sera envoyée au Gouvernement français sous peu.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
21 commentaires

Vos commentaires

g6d 02.11.2021

Une lettre ouverte sur ce sujet mise en ligne a disparu. Censure, pression contre le politiquement incorrect version Guyane ?

Répondre Signaler au modérateur
Rédaction France-Guyane 02.11.2021

https://www.franceguyane.fr/opinions/tribune/

Répondre Signaler au modérateur
Vado 01.11.2021
Guyanité

La Guyane est le royaume d’Ubu. Entre Oyapock et Maroni se joue la fameuse pièce d’Alfred Jarry. Mais les acteurs croient qu’ils sont dans le monde réel. Et à cause de leur absolue ignorance ils ne peuvent avoir conscience que leur guyanité est une farce grotesque, et que la Guyanité, la vraie, leur sera à jamais inaccessible.

Répondre Signaler au modérateur
cap40 01.11.2021
Autoélection...

Autoélection: définition
Spécificité guyanaise étroitement liée à la notion de "caravane" L'autoélection consiste à s'élire soi-même en utilisant un nombre de décibels supérieur à celui du voisin; l'autoélection permet de siéger à la CTG et de faire passer des amendements aussi absurdes qu'inexistants au mépris de toutes les lois républicaines.

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 31.10.2021

Le putsch a débuté au balcon de la mairie de Cayenne en 2017.

Répondre Signaler au modérateur
spar fell 31.10.2021
PRÉOCCUPANT, TRÈS PRÉOCCUPANT...

Bonjour,

Cet article me préoccupe pour deux raisons: d'abord, il me semblait qu'au sein de l'hémicycle d'une collectivité publique, ne pouvaient siéger que des personnes dûment élues à la suite d'un processus électoral rigoureusement encadré. D'autres personnes peuvent bien sûr être présentes (médias, staff technique, accueil...) mais n'ont pas la possibilité de s'exprimer. C'est une règle communément admise pour, je pense, l'équilibre et la sérénité des débats inhérents au fonctionnement de toute collectivité publique. En clair, donc, ne peuvent s'exprimer dans ce type d'enceinte que des personnes ayant eu mandat de le faire, par tel ou tel groupe de citoyens les ayant élues. Je m'étonne donc de la présence dans l'hémicycle de la CTG de personnes de la caravane de la liberté et je pose la question : que représentent ils? Au nom de qui et de quoi ont-ils eu l'autorisation d'infléchir le rendu de la motion dont parle l'article? Qui leur a donné la permission de s'exprimer? J'attends avec impatience une réponse à cette interrogation.
Seconde préoccupation, plus légère,et qui m'a bien fait rire, c'est l'ajout du mot traitement après celui de vaccination. Ainsi, en Guyane, il existe un traitement contre le Covid 19? Chers amis caravanesques, s'il vous plaît, faites m'en part le pus vite possible, j'irai me le procurer aux adresses que vous voudrez bien m'indiquer. Grémési!

Répondre Signaler au modérateur
Benkwa973 01.11.2021

Je déteste ces gens mais de fait si les élus de la CGT, représentants élus, les écoutent, ras...c'est beau la démocratie. Vous l'avez dans l'os ! Le problème c'est pas ces idiots de la caravane, ce sont les élus... comme quoi les guyanais...

Répondre Signaler au modérateur
spar fell 31.10.2021
PRÉOCCUPANT, TRÈS PRÉOCCUPANT...

Bonjour,

Cet article me préoccupe pour deux raisons: d'abord, il me semblait qu'au sein de l'hémicycle d'une collectivité publique, ne pouvaient siéger que des personnes dûment élues à la suite d'un processus électoral rigoureusement encadré. D'autres personnes peuvent bien sûr être présentes (médias, staff technique, accueil...) mais n'ont pas la possibilité de s'exprimer. C'est une règle communément admise pour, je pense, l'équilibre et la sérénité des débats inhérents au fonctionnement de toute collectivité publique. En clair, donc, ne peuvent s'exprimer dans ce type d'enceinte que des personnes ayant eu mandat de le faire, par tel ou tel groupe de citoyens les ayant élues. Je m'étonne donc de la présence dans l'hémicycle de la CTG de personnes de la caravane de la liberté et je pose la question : que représentent ils? Au nom de qui et de quoi ont-ils eu l'autorisation d'infléchir le rendu de la motion dont parle l'article? Qui leur a donné la permission de s'exprimer? J'attends avec impatience une réponse à cette interrogation.
Seconde préoccupation, plus légère,et qui m'a bien fait rire, c'est l'ajout du mot traitement après celui de vaccination. Ainsi, en Guyane, il existe un traitement contre le Covid 19? Chers amis caravanesques, s'il vous plaît, faites m'en part le pus vite possible, j'irai me le procurer aux adresses que vous voudrez bien m'indiquer. Grémési!

Répondre Signaler au modérateur
Smet 31.10.2021
On propose un traitement ?

Je lis bien la résolution, le fruit du travail de la CTG:
"L'ensemble de la population” est également appelée à "lutter contre la propagation du virus en utilisant, selon sa conviction et avec rigueur, les protocoles identifiés comme efficaces, à savoir entre, autres : les gestes barrières, la pratique régulière des tests, la vaccination et les traitements".
Mais de quels traitements parlent ils ?
Herb à Pik, kouachi, ok ça ne fait pas de mal, même si on ne sait pas au juste si ça soigne quelque chose.
Chloroquine ? ça a été tenté durant plus de 9 mois au brésil, résultat un génocide de plus de 1 million de morts (dont 600 000 déclarés)
Il faut cesser de jouer au sorcier, on en est plus à la médecine du moyen age, il faut que les élus de la CTG, en particulier son président prenne le courage d'inviter la population à se vacciner, il n'y a pas à l'heure actuelle d'autre alternative pour limiter le nombre de décès, 2 tous les jours, c'est beaucoup trop, surtout que ça aurait pu être évité.

Répondre Signaler au modérateur
cap40 31.10.2021
Pitoyable...

Pitoyable et pathétique représentation guyanaise...qui accouche d'une motion d'une médiocrité surréaliste. Oui, le 15 Novembre devient de plus en plus proche...

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 01.11.2021
Oui, mais

Je vous rejoins sur le fait que cette motion finira, à mon avis, à la corbeille.
Mais le problème reste entier : que fait-on si une grande part du personnel hospitalier s'obstine ?
J'ai l'impression qu'il reste assez de non-vaccinés dans l'hexagone pour bien occuper les soignants pendant l'hiver et par conséquent, que nous ne pouvons pas compter sur eux.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
5 commentaires
2 commentaires
8 commentaires
A la une
1 commentaire

Vidéos

Voir toutes les vidéos