France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
Législatives 2022

Oroyo : Tan fè tan !

Gérôme GUITTEAU ; g.guitteau@agmedias.fr Dimanche 19 Juin 2022 - 17h20

Ce dimanche matin, la Guyane se lève après une nuit festive mêlée de joie et d'incrédulité. Le mot changement est sur toutes les lèvres.

Jean-Victor Castor tombe dans les bras de Maurice Pindard à l'annonce de sa victoire aux législatives dans la première circonscription à Cayenne, samedi soir. © G. Guitteau

La participation n'a pas décollé. Elle reste stable à 30% dans la première circonscription, et chute dans la seconde avec 33,58% contre plus de 35% en 2017. © G. Guitteau

Yvane Goua lors de son retour au QG de campagne samedi 18 juin au soir. © GT

Fabien Canavy, secrétaire général du MDES et codirecteur de campagne de Jean-Victor Castor, Éline Grand-Émile, remplaçante du député et Samantha Cyriaque, VP et cheffe du groupe Réussir à la CTG savourent leur victoire aux législatives dans la première circonscription, samedi soir. © G. Guitteau

Karine Cresson-Ibris, VP de la CTG, membre du MDES depuis 2015 et René-Serge Avril, membre historique du parti commencent à sourire au fur et à mesure que les résultats tombent en faveur de leur candidat. "On franchit un cap", estime Karine Cresson-Ibris dont l'anniversaire était vendredi. © G. Guitteau

Jean-Victor Castor, à gauche, Éline Grand-Émile et René-Serge Avril éclatent de joie. Les électeurs ont décidé de les suivre. La remplaçante sera sur le terrain pendant les cinq ans du mandat afin de rassembler la population et de contrôler les actions du gouvernement et les actions des administrations de l’État. © G. Guitteau

Davy Rimane entouré de militants de La France insoumise, essentiellement de Kourou apportera un siège de plus à l'Union populaire. Si LFI à Paris avait écouté ses militants guyanais, elle aurait pu compter un député apparenté de plus avec Jean-Victor Castor. © DR

Davy Rimane a voté à Kourou, samedi matin. Il a gagné 5 700 voix entre les deux tours. Le report des voix de Manuel Jean-Baptiste et Christophe Yanuwana Pierre a fonctionné.Il avait 1253 voix de retard et termine avec 1200 voix d'avance. Une belle remontada. © DR

Nora et Élie Stephenson encadrent Jean-Victor Castor, le nouveau député de la première circonscription, samedi soir devant les Chaînes-Brisées. "Une longue lutte qui a commencé avec mon père, puis mes aînés comme Serge patient, Turenne Radamonthe et moi j'arrive après. Et cet engagement se transmet. On continue. La politique ce n'est jamais fini", glisse le poète et dramaturge guyanais. © G. Guitteau

René-Serge Avril ne peut retenir son émotion. Il célèbre avec Samantha Cyriaque la victoire de son camarade, jean-Victor Castor, à la députation. Le MDES rentre au palais Bourbon. © G. Guitteau

La communication a été une arme importante lors de ces élections législatives. Celle du MDES composée de neuf personnes a su alterner le terrain, le digital et la presse. Une équipe de trentenaire et moins menée par Rayline Robeiri (sur la photo) puis Xavier Nelson, Marline Momo, Jean-Georges Maias, Lesly Jean-Charles, Vanessa Alphonsine, Rodrigue Tisserand, Marc Agesilas, Eddy Coupin. © G. Guitteau

Jean-Victor Castor tombe dans les bras de Maurice Pindard à l'annonce de sa victoire aux législatives dans la première circonscription à Cayenne, samedi soir. - G. Guitteau
La participation n'a pas décollé. Elle reste stable à 30% dans la première circonscription, et chute dans la seconde avec 33,58% contre plus de 35% en 2017. - G. Guitteau
Yvane Goua  lors de son retour au QG de campagne samedi 18 juin au soir. - GT
Fabien Canavy, secrétaire général du MDES et codirecteur de campagne de Jean-Victor Castor, Ãline Grand-Ãmile, remplaçante du député et Samantha Cyriaque, VP et cheffe du groupe Réussir à la CTG savourent leur victoire aux législatives dans la première circonscription, samedi soir. - G. Guitteau
Karine Cresson-Ibris, VP de la CTG, membre du MDES depuis 2015 et René-Serge Avril, membre historique du parti commencent à sourire au fur et à mesure que les résultats tombent en faveur de leur candidat. "On franchit un cap", estime Karine Cresson-Ibris dont l'anniversaire était vendredi. - G. Guitteau
Jean-Victor Castor, à gauche, Ãline Grand-Ãmile et René-Serge Avril éclatent de joie. Les électeurs ont décidé de les suivre. La remplaçante sera sur le terrain pendant les cinq ans du mandat afin de rassembler la population et de contrôler les actions du gouvernement et les actions des administrations de lâÃtat. - G. Guitteau
Davy Rimane entouré de militants de La France insoumise, essentiellement de Kourou apportera un siège de plus à l'Union populaire. Si LFI à Paris avait écouté ses militants guyanais, elle aurait pu compter un député apparenté de plus avec Jean-Victor Castor. - DR
Davy Rimane a voté à Kourou, samedi matin. Il a gagné 5 700 voix entre les deux tours. Le report des voix de Manuel Jean-Baptiste et Christophe Yanuwana Pierre a fonctionné.Il avait 1253 voix de retard et termine avec 1200 voix d'avance. Une belle remontada. - DR
Nora et Ãlie Stephenson encadrent Jean-Victor Castor, le nouveau député de la première circonscription, samedi soir devant les Chaînes-Brisées. "Une longue lutte qui a commencé avec mon père, puis mes aînés comme Serge patient, Turenne Radamonthe et moi j'arrive après. Et cet engagement se transmet. On continue. La politique ce n'est jamais fini", glisse le poète et dramaturge guyanais. - G. Guitteau
René-Serge Avril ne peut retenir son émotion. Il célèbre avec Samantha Cyriaque la victoire de son camarade, jean-Victor Castor, à la députation. Le MDES rentre au palais Bourbon. - G. Guitteau
La communication a été une arme importante lors de ces élections législatives. Celle du MDES composée de neuf personnes a su alterner le terrain, le digital et la presse. Une équipe de trentenaire et moins menée par Rayline Robeiri (sur la photo) puis Xavier Nelson, Marline Momo, Jean-Georges Maias, Lesly Jean-Charles, Vanessa Alphonsine, Rodrigue Tisserand, Marc Agesilas, Eddy Coupin. - G. Guitteau
  La joie explose, tant retenue depuis trente ans. Une joie tellurique, profonde qui fait jaillir les larmes des hommes les plus placides. Des hommes qui s'étaient convaincus qu'ils ne gagneraient jamais, que la Guyane n'était pas prête pour entendre des mots toujours tabous : indépendance, autonomie, rapports de force.
  Samedi 18 juin, la Guyane leur a dit : “OK. Vous voulez ce chemin depuis trente ans ? Alors allons-y, montrez-nous car on a tout essayé et rien ne va.”
  Davy Rimane dans la seconde circonscription et Jean-Victor Castor dans la première sont les nouveaux députés de la Guyane.
Tous les deux étaient pourtant en ballottage défavorable, il y a une semaine. Mais quelque chose nous disait que les mathématiques électorales étaient plutôt en leur faveur (lire ici et ici).
  Alors samedi matin, la journée commençait sous un soleil de plomb. Les bureaux de vote étaient peu fréquentés. Le rythme était lent, proche de la torpeur. Personne n'osait le jeu des pronostics.
La participation n'a pas décollé. Elle reste stable à 30% dans la première circonscription, et chute dans la seconde avec 33,58% contre plus de 35% en 2017. - G. Guitteau

A la mairie de Rémire-Montjoly, aucun nom ne sort. Les électeurs préfèrent utiliser ce qui est presque devenu le surnom de Jean-Victor Castor en moins de sept jours. “J'ai voté pour l'expérience. “J'ai choisi l'expérience”. “Je fais confiance à l'expérience.”
La candidature d'Yvane Goua a fait bouger les lignes, a interrogé mais finalement, la militante associative présentait trop d'inconnues pour sa première campagne. Dans cinq ans, si elle continue, avec Trop'Violans son travail de terrain, les urnes pourraient répondre différemment.
"Aujourd’hui, c’était tous contre Yvane Goua. Ils se sont associés, ils se sont organisés : je suis fière aussi de ce résultat-là. Ils se sont mis en œuvre pour pouvoir gagner. Cette victoire les engage à écouter la voix de la population. Elle les engage à travailler avec la société civile et les engage à obtenir des résultats à l’Assemblée nationale,prévient l'activiste depuis son QG, cité Bonhomme, à Cayenne.
Yvane Goua lors de son retour au QG de campagne samedi 18 juin au soir. - GT

La victoire aurait été mieux, mais ne gâchons pas ce que nous avons réussi à faire parce que derrière il y a d’autres combats, d’autres batailles, d’autres dossiers, et je tiens à dire que l’on nous entendra encore", scande, celle qui a quitté son confort parisien après le mouvement social de mars et avril 2017 pour revenir ici.
La Guyane est donc prête au changement mais pas à renverser la table
   La Guyane est donc prête au changement mais pas à renverser la table. “Nous nous voulons comme un parti révolutionnaire mais nous ne sommes pas là pour renverser la table. Nous allons aux élections. Nous sommes pour une indépendance préparée par une phase de décolonisation. Il s’agit d’une révolution progressive. Alors, si on entend par révolution : le changement, nous sommes révolutionnaires mais nous ne sommes pas pour un changement brutal”, décrivait Fabien Canavy, secrétaire général du Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale (MDES), en 2019, dans les colonnes de Guyaweb, au sujet du projet politique de son parti.
Fabien Canavy, secrétaire général du MDES et codirecteur de campagne de Jean-Victor Castor, Éline Grand-Émile, remplaçante du député et Samantha Cyriaque, VP et cheffe du groupe Réussir à la CTG savourent leur victoire aux législatives dans la première circonscription, samedi soir. - G. Guitteau

    Hier soir, tout à sa joie, l'amateur de basket appréciait le rebond offensif pris par son camarade et ami : Jean-Victor Castor. Ce dernier passe de 2601 voix à 9033 voix entre les deux tours.
   “Les deux victoires de notre camp, même si Davy Rimane n'est pas du MDES, c'est un camarade dont nous sommes proches, représentent un basculement. Les Guyanais ont senti le mépris avec lequel ils ont été traités. Il y a un ras-le-bol. Le point de vue des Guyanais ne compte pas. On nous impose des décisions liberticides. On ne peut plus creuser le trou dans lequel nous sommes. Il faut remonter. Nous commençons avec la victoire d'un homme, Jean-Victor Castor. Cette victoire ne dépend pas du MDES. Nous ne pouvons pas dire ce soir que notre parti compte 9 000 voix”, estime l'ancien conseiller général.
"Cette victoire nous fait passer un cap"
  
Karine Cresson-Ibris, VP de la CTG, membre du MDES depuis 2015 et René-Serge Avril, membre historique du parti commencent à sourire au fur et à mesure que les résultats tombent en faveur de leur candidat. "On franchit un cap", estime Karine Cresson-Ibris dont l'anniversaire était vendredi. - G. Guitteau

   Pourtant les signes sont plutôt positifs pour les militants du parti trentenaire. Leurs thèmes favoris sont sur la table depuis 2017, leurs constats sont largement répandus dans l'opinion publique. Ils ont déboulonné Rodolphe Alexandre et son parti Guyane Rassemblement, avec l'union des gauches en 2021 et maintenant, ils envoient un député sur Paris.
  “Ce n'est pas notre première victoire mais celle-ci nous fait passer un cap. La députation c'est une autre dimension”, reconnaît Karine Cresson-Ibris, vice-présidente à la Collectivité territoriale et membre du MDES depuis 2015.
Jean-Victor Castor, à gauche, Éline Grand-Émile et René-Serge Avril éclatent de joie. Les électeurs ont décidé de les suivre. La remplaçante sera sur le terrain pendant les cinq ans du mandat afin de rassembler la population et de contrôler les actions du gouvernement et les actions des administrations de l’État. - G. Guitteau

   Dans le tumulte du QG du candidat, situé au bout de la rue Schoelcher, la rue des quatre députés*, à Cayenne, les partisans de Jean-Victor Castor, plus nombreux que la semaine dernière, prennent d'assaut les Chaînes-Brisées, un meeting, entrecoupé par des interludes musicaux s'improvise.
Gabriel Serville conforté
   Les représentants de la majorité territoriale se présentent en ordre dispersé. Nouvelle Force de Guyane arrive groupée autour de sa présidente et sénatrice Marie-Laure Phinéra-Horth, qui siège dans un groupe apparenté à la majorité présidentielle : “Je suis très heureuse. Nouvelle Force de Guyane a soutenu Jean-Victor Castor au second tour. C'est un nouveau collègue que j'aurai plaisir à accueillir. Je vais l'accompagner. Je serai à Paris le 28 juin pour la nouvelle magistrature. J'ai toujours prôné l'union des parlementaires. Cela se fera aussi avec Davy Rimane. Je soutenais Lénaïck Adam mais Davy est une connaissance avec qui j'ai l'habitude de travailler. Je ne changerai pas de groupe, j'y suis bien accueillie. J'ai des réponses à mes interrogations. Je peux prendre la parole quand je le souhaite. Je ne vais pas renier mon groupe, en revanche, je vais sûrement agir différemment.
  A côté de NFG, José Blezes profite de l'ambiance. “Jean-Victor c'est mon pote. Je lui écrivais tous les jours pour lui dire de ne pas avoir peur, d'y aller. Je suis heureux pour lui”, sourit le journaliste sportif.
  A peine élu, l'objectif premier du nouveau député, celui de rassembler commence. Des personnes loin des idéaux et des objectifs du MDES sont présentes autour des Chaînes-Brisées.
  Dans le QG, le calme revient. Il est presque minuit et la pression retombe mais pas la tension de quelques partisans. Deux malaises sont gérés par les pompiers. Gabriel Serville, président de la Collectivité territoriale (CTG) est venu accompagné de son épouse. Fabien Canavy le salue plutôt chaleureusement. Le scrutin de ce samedi 18 juin le conforte dans sa politique. Il a laissé s'affronter toutes les composantes de sa majorité.
  Un test grandeur nature
pour connaître enfin sur qui devait s'appuyer sa liste d'union. Lui-même a fait preuve de loyauté et a soutenu son ancien collaborateur au Palais Bourbon, Thibault Lechat-Vega. Il voulait sans doute aussi tester son jeune parti Peyi Guyane, fondé en 2018.
  Finalement, le MDES gagne dans la première circonscription, parti à qui il a déjà donné de fortes responsabilités puisque Samantha Cyriaque est la cheffe du groupe Réussir, ensemble à l'assemblée territoriale et Karine Cresson-Ibris est VP à la formation, l'emploi et l'insertion professionnelle et présidente de l'opérateur public régional de formation (OPRF), une belle épine dans le pied de la mandature.
Davy Rimane l'homme décisif
  
Davy Rimane a voté à Kourou, samedi matin. Il a gagné 5 700 voix entre les deux tours. Le report des voix de Manuel Jean-Baptiste et Christophe Yanuwana Pierre a fonctionné.Il avait 1253 voix de retard et termine avec 1200 voix d'avance. Une belle remontada. - DR

   A l'Ouest, Davy Rimane qui a été sûrement l'acteur principal voire décisif du rapprochement des gauches en 2021 l'emporte aussi.
Jean-Paul Fereira, le premier VP de la CTG, avec qui Gabriel Serville devait former un duo à la tête de l'exécutif, ne comptabilise via la candidature de Rudy Stephenson dont il était le directeur de campagne que 383 voix. Loin des 23,34% de 2021.
   La polémique lancée par Philippe Bouba, le 5e VP à l'encontre de Thibault Lechat-Vega, le 3e VP n'a pas pris. Les 5,40% réalisés au premier tour par le leader des insoumis de Guyane, loin d'une qualification au second tour, l'ont fait passer pour un mauvais perdant aux yeux du public.
Davy Rimane entouré de militants de La France insoumise, essentiellement de Kourou apportera un siège de plus à l'Union populaire. Si LFI à Paris avait écouté ses militants guyanais, elle aurait pu compter un député apparenté de plus avec Jean-Victor Castor. - DR

Ce n'est pas ma majorité qui gagne ce soir. C'est un idéal, un état d'esprit qui gagne. Celui de dire que la Guyane doit être portée par les enfants d'ici qui croient qu'on mérite davantage de considération de la part de ceux qui gouvernent ici et de ceux qui président à nos destinés depuis Paris depuis la France hexagonale.
Il y a une convergence de points de vue entre la CTG et sa tendance majoritaire et les deux députés. C'est une chance inespérée de nous mettre ensemble pour travailler
”, retient le président de la CTG.
"La Guyane est en SOS comme il y a soixante ans"
   Ce samedi soir, Jean-Victor Castor fête avec ses proches la victoire, malgré des cordes vocales fatiguées et un rhume tenace, mais il n'oublie pas l'abstention et l'exigence qu'impose les urnes.
Nora et Élie Stephenson encadrent Jean-Victor Castor, le nouveau député de la première circonscription, samedi soir devant les Chaînes-Brisées. "Une longue lutte qui a commencé avec mon père, puis mes aînés comme Serge patient, Turenne Radamonthe et moi j'arrive après. Et cet engagement se transmet. On continue. La politique ce n'est jamais fini", glisse le poète et dramaturge guyanais. - G. Guitteau

C'était une candidature dans un contexte d'urgence. La Guyane est en SOS comme le disait Justin Catayée, il y a soixante ans. Tout s'effondre. Quand on a l'impression de faire un pas en avant, on en fait trois en arrière. L'abstention ne nous interroge pas, elle nous oblige à faire plus, à être en contact en permanence avec la population, à renforcer nos institutions dont celle qui est la mienne dorénavant”, promet le député.
René-Serge Avril ne peut retenir son émotion. Il célèbre avec Samantha Cyriaque la victoire de son camarade, jean-Victor Castor, à la députation. Le MDES rentre au palais Bourbon. - G. Guitteau

   A quelques pas de lui, on retrouve René-Serge Avril, un militant inlassable du MDES, un stoïcien pur jus dans la vie. Pourtant l'émotion l'a submergé à l'annonce des résultats. Les larmes ont coulé, la chemise est un tantinet débraillée mais le sourire impérissable : “Cette victoire a un goût particulier. Elle vient après plusieurs défaites. On voit un bouleversement pour le pays avec le score de Davy Rimane aussi. C'est génial pour le pays. Le travail continue, la victoire donne de l'élan. Ce n'est pas un raz-de-marée mais c'est bien. Comme on dit en créole, Piti-piti, toti ka monté montann”.
    Après ces législatives, il faut croire que Jean-Victor Castor, l'ancien spécialiste des sauts en athlétisme a appris à la tortue les secrets du triple bond. La montagne Sainte-Geneviève a été avalée d'un saut électoral mais derrière c'est l'Himalaya étatique jacobin qui s'offre aux deux nouveaux députés.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

Mathy 20.06.2022
DRH ?

Je propose qu'Yvane exerce ses talents de DRH aux Bus à Haut Niveau de Service, si ca pouvait nous éviter de futurs grèves !!!

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
3 commentaires
2 commentaires
6 commentaires
Politique

Gabriel Serville : "Unir nos forces pour parler...

Propos recueillis par Gaetan Tringham (g.tringham@agmedias.fr) - Samedi 18 Juin 2022

 Une première réaction, à chaud, sur l’élection de ces deux nouveaux...

A la une
1 commentaire
Social

Les offres d’emploi de la semaine

France-Guyane avec Pôle emploi - Samedi 25 Juin 2022