France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le préfet satisfait de son action en Guyane

Samir MATHIEU Vendredi 2 Août 2019 - 03h20
Le préfet satisfait de son action en Guyane
Le préfet Patrice Faure lors d'une cérémonie en l'honneur des cadets de la gendarmerie le samedi 13 juillet dernier à la préfecture à Cayenne. - Samir MATHIEU

Patrice Faure a dressé un bilan de son action depuis deux ans en Guyane. Le préfet en partance s'est exprimé sur la réforme des services de l'Etat, la lutte contre l'immigration clandestine, la lutte contre l'orpaillage illégal ou encore la lutte contre les mules.

L’heure du bilan a sonné pour Patrice Faure. Préfet de Guyane depuis près de deux ans, il s’en va. Il vient d’être nommé préfet du Morbihan, à Vannes, en Bretagne. à cette occasion, Patrice Faure revient longuement sur tous les dossiers et enjeux majeurs qui concernent le département. Et pour commencer, Patrice Faure a tenu à rendre un hommage appuyé aux trois militaires d’Harpie, décédés le mercredi 17 juillet dernier.

En ce qui concerne son parcours en Guyane, le préfet a rappelé qu’il est arrivé après les événements de mars-avril 2017. Des événements qui «  avaient largement dégradé la relation qui existait entre les services de l’état et la population  ». C’est pourquoi le président de la République Emmanuel Macron, lors de sa venue en octobre 2017 en Guyane, lui a demandé de «  reconstruire cette relation  ». Il a donc fallu réinventer les services de l’état en Guyane. Cette réforme sera mise en place au 1er janvier. Elle consiste, en autres, à centraliser les pouvoirs à travers des directions générales. Le préfet aura donc encore plus de pouvoir dans cette nouvelle réorganisation des services de l’état «  pour mieux s’adapter au territoire  », justifie Patrice Faure.

Suivi du plan d’urgence

Le second axe de travail du préfet Patrice Faure a reposé sur le suivi du plan d’urgence pour la Guyane. «  Nous avons suivi pas à pas les engagements pris par l’ancien gouvernement  » sous François Hollande a rappelé le préfet. Ce suivi se poursuit actuellement avec le projet de transferts sur le foncier «  le travail revient maintenant aux collectivités — à la CTG et aux communes  » indique Patrice Faure pour qui, il ne faut pas «  précipiter la rétrocession des quelque 250 000 hectares  » en question.

Le troisième gros chantier qu’a eu à suivre le préfet reposait sur la construction des investissements. «  Le travail a commencé. On le voit sur la rivière Cayenne pour le nouveau pont du Larivot. » Il reste encore de gros chantiers majeurs comme «  le doublement de la RN 1, l’accélération des constructions de structures scolaires, l’application du contrat de convergence et de transformation 2019-2022 signé début juillet  », rappelle Patrice Faure. Le préfet aura également à sa portée une enveloppe de 280 millions d’euros afin de «  soutenir des projets  » et «  assurer une linéarité de la commande publique  ».

En ce qui concerne la lutte contre l’immigration illégale, Patrice Faure explique qu’elle a été divisée par quatre avec une multiplication des reconduites à la frontières. Sur la lutte contre les mules, près de 400 personnes ont été concernées par les arrêtés qui interdisent préventivement des habitants de l’ouest de prendre l’avion à Félix-éboué. Selon Patrice Faure, «  2 000 personnes ne se sont pas présentées à l’aéroport  » ce qui «  prouve le succès de cette politique  » selon le plus haut représentant de l’état en Guyane. Samir MATHIEU

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
2 commentaires

Vos commentaires

Gérard Manvussa 02.08.2019

L'auto-satisfaction tout le monde sait faire. Le média qui avale le bon bloublou qu'on lui sert, c'est autre chose...

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 02.08.2019

Un bel article de complaisance alors que la Guyane est dans une situation pas possible et inacceptable

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une