France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
politique

Le nouveau préfet rencontre le maire de Saint-Laurent

Vendredi 23 Août 2019 - 03h05
Le nouveau préfet rencontre le maire de Saint-Laurent
Sophie Charles et le préfet Marc Del Grande sur les enjeux de Saint-Laurent - BERNARD DORDONNE

Depuis sa prise de fonction, le 5 août, le nouveau préfet de Guyane Marc Del Grande multiplie les prises de contact avec les élus du département.

Samedi, Marc Del Grande, nouveau préfet, a rencontré Sophie Charles, le maire de Saint-Laurent du Maroni. Le 1er magistrat de la capitale de l’Ouest a sensibilisé le représentant de l’État sur les enjeux et les besoins de sa commune. Elle a aussi abordé les sujets du logement, des grands programmes d’aménagement urbain en cours et à venir, la scolarisation, la sécurité, ainsi que les besoins en matière d’équipements publics.

Action cœur de ville

Dans le cadre du nouveau programme de rénovation urbaine de Saint-Laurent (NPNRU) et du programme Action cœur de ville, Sophie Charles a indiqué au préfet que la phase des travaux d’aménagement va commencer à partir de l’année 2020 et va permettre de rénover les secteurs centre-ville et Charbonnière.

Toujours dans le cadre de cette politique d’aménagement urbain, une réflexion commune va être menée entre l’État et la commune sur l’aménagement de l’entrée de ville ainsi que sur l’implantation d’un futur aéroport dans ce secteur.

Sur le volet de la scolarisation, l’élue a insisté sur les charges importantes que fait peser l’augmentation constante et soutenue des effectifs à scolariser sur les finances de la commune. Elle a rappelé que Saint-Laurent construit en moyenne l’équivalent d’une école tous les huit mois et que pour l’année scolaire 2019-2020, la municipalité gèrera 30 établissements scolaires du premier degré pour plus de 9 800 élèves.

Résorber l’habitat illégal

Cette situation, exceptionnelle, requiert des moyens financiers supplémentaires car, selon le maire, malgré le soutien qu’apporte déjà l’État à la commune, les charges de construction, d’extension et d’entretien des écoles grèvent lourdement les finances de la ville.

Elle a ainsi indiqué au préfet la proposition de lotissement d’auto-construction encadrée portée auprès du gouvernement pour résorber l’habitat illégal et permettre aux familles aux revenus modestes d’accéder, sous conditions, à la propriété.

B. D.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
3 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une