• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
GUYANE

Le monde économique, agricole et le patronat de Guyane écrivent au 1er ministre pour demander le maintien du préfet

Samir MATHIEU Mardi 24 Novembre 2020 - 16h05
Le monde économique, agricole et le patronat de Guyane écrivent au 1er ministre pour demander le maintien du préfet
Le monde socio économique, agricole, artisanal, et le patronat, de Guyane, réclament le maintien du préfet Marc Del Grande. - Samir Mathieu

Après le député Gabriel Serville, c'est au tour du monde socio-économique de se mobiliser contre le limogeage du préfet. La Chambre de commerce et d'industrie, la Chambre des métiers et de l'artisanat, la Chambre d'agriculture, le Medef, la CGPME, le MPI et le Comité régional des pêches, viennent de co-signer une lettre adressée au Premier ministre, au ministre de l'intérieur et au ministre des outremers, afin de demander le maintient de Marc Del Grande dans ses fonctions. 

 Le monde économique, agricole et le patronat de Guyane unis pour demander le maintien à son poste du préfet de Guyane Marc Del Grande. Ils ont, dans une démarche inédite, envoyé une lettre officielle au Premier ministre Jean Castex, en copie au ministre de l'intérieur Gérald Darmanin et au ministre des outremers, Sébastien Lecornu. Dans ce courrier, les acteurs économiques s'alarment de ce choix du gouvernement. Ils parlent d'un "départ prématuré". Ce courrier est co-signé par Carine Sinaï-Bossou, Thara Govindin, Stéphane Lambert, Albert Siong, Joëlle Prévot-Madère, Ernest Prévot et Georges-Michel Karam.

Dans cette missive, les acteurs économiques guyanais reviennent sur l'action du préfet et son rôle joué notamment dans la crise du Covid : "il a fait preuve d'une grande écoute. (...) Il a su maintenir un équilibre entre les attentes du monde économique, les exigences  de préservation de la santé publique et le respect des libertés publiques fondamentales". 
"Travail, présence, écoute et ouverture d'esprit"
Les décideurs guyanais mettent aussi en avant le contact du préfet avec la population : "Sa parole, dans un contexte anxiogène, était attendue et écoutée. Elle engageait l'État, et rassurait la population, comme le monde économique". Et le monde économique de saluer "son travail, sa présence, son écoute, son ouverture d'esprit et pour tout dire son action militante en faveur de l'économie guyanaise".
Le risque de "faire perdre à la Guyane des opportunités précieuses"
Les signataires de ce courrier demandent ainsi expressément au Premier ministre de retarder le départ du préfet jusqu'à la fin de la pandémie du Covid19. Pour ces responsables guyanais "l'arrivée d'un nouveau préfet, dans un contexte extrêment sensible, risque de faire perdre à la Guyane des opportunités précieuses, sans doute irrattrapables, de concilier gestion de la crise sanitaire et gestion de l'activité économique". Et les décideurs guyanais d'expliquer au gouvernement, comme l'a déjà fait hier le député Gabriel Serville qui est lui aussi monté au créneau dans cette affaire, que "la situation de la Guyane nécessite une stabilité de l'action publique incompatible avec des mouvements fréquents des représentants de l'État".

Comme France-Guyane vous le révélait dès hier, c'est ce mercredi que l'arrêté portant "cessation de fonctions" du préfet Marc Del Grande, devrait être présenté en Conseil des ministres. Depuis notre annonce, les réactions se sont multipliées sur les réseaux sociaux rendant, dans leur très grande majorité, "hommage" à l'action de Marc Del Grande, et dénonçant les choix du gouvernement en la matière. Le député Gabriel Serville a été le premier à monter au créneau dès hier après-midi. Et ce mardi, ce sont donc les acteurs sociaux  économiques, agricoles et le patronat qui tentent de sauver la peau du soldat Marc Del Grande.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

bozo 25.11.2020
Laissez nous le préfet, prenez plutôt l'ars...

Il est inconcevable de changer le capitaine d'un bateau qui a l'expérience d'un tsunami, juste au moment où le navire va être frappé par un nouveau tsunami.

C'est un peu comme si on laissait un ministre annoncer à la télévision que le port du masque était contre-productif pendant que les morts s'entassent dans des conteneurs par manque de place...

La sagesse voudrait que le préfet actuel reste à son poste, ils peuvent changer la responsable de l'ars si ils veulent, mais il ne faut pas changer de préfet, surtout en ce moment !
C'est une énorme erreur stratégique prise contre les intérêts de la population de guyane.
Prenez les gens de l'ars si vous voulez retirer des gens, mais laissez nous nôtre préfet !

Répondre Signaler au modérateur
Laguya2020 24.11.2020
Que fait le patronat pour la Guyane

Le patronat de Guyane est corrompu jusqu'à la moelle...chez ces gens là on ne paie pas un rond d impôt, mais on profite à fond des aides et des crédits!!!!
Pendant ce temps là Cayenne et ses trottoirs défoncés voire impraticables est sillonné de miséreux !
Il n'y a pas de démocratie sans consentement à l'impot!disait un obscur ministre des finances mitterandien.
Ce genre de message n effleure pas les amateurs de 4/4 et de villas somptueuses ..
La Guyane peut crever..tout pour ma gueule de patron!

Répondre Signaler au modérateur
jesaispas 25.11.2020
??

Une ville a des recettes notamment taxes foncières et habitations que tout le monde paye en fonction de ses revenus pour la dernière plus d'autres dotations de l'état ..plus.. plus..
Ensuite la ville a des dépenses regardons quelles sont elles ?
Je ne vois pas ou le patronat est responsable des trous dans les trottoirs ? Et les miséreux touchent le RSA et autres allocs. Vous nous faites un Hold Up.

Répondre Signaler au modérateur
jesaispas 24.11.2020
??

Et on lui a demandé si il voulait rester ?

Répondre Signaler au modérateur
stefdecayenne 24.11.2020
orthographe

Je sais que c'est futile compte tenu du contexte mais France-Guyane, s'il vous plaît, pourriez-vous investir dans un correcteur d'orthographe ?

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 24.11.2020

Je viens de faire de même.
Je vous invite à en faire tout autant si vous le pensez aussi :
https://www.gouvernement.fr/contact/ecrire-au-premier-ministre
https://www.elysee.fr/ecrire-au-president-de-la-republique/

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
6 commentaires
3 commentaires
A la une
1 commentaire