France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Le gouvernement interrogé sur l'avenir du groupe France-Antilles

Mercredi 16 Octobre 2019 - 15h07
Le gouvernement interrogé sur l'avenir du groupe France-Antilles
Le sénateur de La République en Marche Dominique Théophile a alerté le gouvernement sur l'avenir du groupe France-Antilles. - Photo d'archives

Interrogé par le sénateur guadeloupéen Dominique Théophile, Annick Girardin, la ministre des Outre-Mer a énoncé trois décisions prises par le gouvernement concernant les quotidiens des Antilles et de la Guyane mais aussi de La Réunion, eux aussi en difficulté.

Lors de la séance de Questions au gouvernement au Sénat, ce mercredi 16 octobre 2019, Dominique Théophile a interpellé le gouvernement sur la survie de ces journaux et pour les 285 salariés menacés en Martinique, en Guadeloupe et en Guyane.

Alertant l'État de la possible liquidation, à la fin du mois de novembre, de "l'unique quotidien régional" des Antilles-Guyane. Il a notamment demandé la mobilisation de "l'ensemble des aides au pluralisme de la presse périodique régionale", rappelant que "le conseil constitutionnel et le conseil d'État ont [...] admis qu'un soutien public accru devrait être apporté à la presse d'information politique et générale".


La réponse du gouvernement est venue de la ministre des Outre-Mer, Annick Girardin, qui a tenu à inclure la presse régionale de La Réunion, elle aussi en difficulté, dans sa réponse. Lors de sa prise de parole la ministre a énoncé trois décisions prises par le gouvernement :
- " Une inspection IGA-IGAC doit formuler des propositions avant la fin de l'année sur un soutien que nous devons apporter à ce secteur."
- "La mise en place d'outils pour faciliter la trésorerie. Nous avons décidé de pouvoir échelonner dans le temps les dettes fiscales et sociales pour certains de ces organismes."
- "Troisièmement, il faut que le comité interministériel de restructuration industrielle puisse agir sur ce sujet, le premier ministre l'a acté et c'est aujourd'hui chose faite."
Annick Girardin a conclu son allocution en rappelant que " Le dynamisme d'une presse régionale est fondamental dans nos territoires d'Outre-Mer, comme partout, c'est le droit à l'information et c'est aussi la vie démocratique qu'il nous faut défendre".



Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
3 commentaires

Vos commentaires

Gérard Manvussa 18.10.2019

C'est sûr avec ses premières pages cuisine, miss et ses interviews complaisantes du préfet et d'élus, c'est pas un journal qui dérange les dominants...

Répondre Signaler au modérateur
Kikiwideguyane 17.10.2019
Lamentable

Pourquoi faut il aider un journal qui a besoin de plus de 250 personnes pour imprimer 5 pages utiles d articles bacles et sans interets. Le reste se sont les pages turf les petites annonces et des articles piques a la presse nationale

Répondre Signaler au modérateur
m&ms 17.10.2019
Super

Enfin ! Pourvu que ce ne soit pas que des mots et que les aides seront suffisantes...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une