• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
APATOU

L'élection municipale d'Apatou annulée par la justice : révélation sur "la manœuvre" de Paul Dolianki

Samir MATHIEU Mardi 29 Septembre 2020 - 12h03
L'élection municipale d'Apatou annulée par la justice : révélation sur "la manœuvre" de Paul Dolianki
Le tribunal administratif vient d'annuler l'élection de Paul Dolianki le 15 mars dernier à Apatou - Samir MATHIEU

L'élection municipale d'Apatou vient d'être annulée par la justice ce mardi matin. Il s'agissait de la réélection pour un troisième mandat de Paul Dolianki le 15 mars dernier. La justice a constaté une "manœuvre politique" qui a "porté atteinte à la sincérité du scrutin". Pas d'inégibilité par contre à l'encontre de Paul Dolianki car la manœuvre n'est pas considérée comme frauduleuse. 

Le tribunal administratif de Cayenne vient d'annuler l'élection municipale d'Apatou. Le 15 mars dernier, Paul Dolianki avait été réélu pour un troisième mandat. Il avait obtenu la majorité avec seulement une quinzaine de voix lui permettant d'être élu dès le premier tour. Paul Dolianki avait obtenu 50,46% des suffrages, soit 649 voix sur 1286 suffrages exprimés. Deux recours avaient été déposés par ses opposants, dont un portant sur des attestations signées du maire concernant des habitants qui ne résident pas sur la commune, selon la justice qui a donc annulé l'élection. La justice a regroupé les deux recours en un seul et s'était prononcé, par la voie de son rapporteur, pour l'annulation du scrutin.
Les faits reprochés à Paul Dolianki
Dans leur recours, les opposants Moïse Edwin et Jean-Luc Michel Inschaspe avaient soutenu que 162 personnes avaient été inscrites par le maire sur la liste électorale d'Apatou dans les semaines ayant précédé le scrutin sur la seule foi d'attestation de résidence signées par Paul Dolianki en personne. Sur ces 162 attestations, la justice a vérifié 20 d'entre elles. Et parmi ces 20 cas étudiés, la justice estimé que pour 16 d'entre elles, les habitants ne résidaient pas sur la commune et qu'il s'agissait donc "d'une manoeuvre".

La justice a considéré que "la délivrance en nombre conséquent par le maire sortant d'attestations de résidence ne correspondant pas à la situation objective puis l'inscription irrégulière des personnes bénéficiaires de ces attestations sur la liste électorale de la commune d'Apatou antérieurement à l'élection ont constitué une manoeuvre, qui a été de nature, compte tenu de la très faible majorité dont a été créditée la liste conduite par Paul Dolianki, à avoir alteré la sincérité du scrutin". Cette manœuvre qui concernait au moins 16 personnes était suffisante pour faire perdre la majorité au maire, ce qui a pesé lourd dans la décision de justice. Une fois retiré les 16 bulletins litigieux, le maire n'obtenait plus que 49,84% des voix, insuffisant pour l'élire et lui fournir une majorité absolue au sein de conseil.

La justice estime que des actes ont été accomplis qui ont altéré la sincérité du scrutin. Le tribunal administratif parle de "manœuvre", mais pas de "manœuvre frauduleuse", donc la justice n'a pas déclaré inéligible Paul Dolianki. Le maire a un mois pour interjeter appel. Si il ne le fait pas, la décision sera définitive et une nouvelle élection devra être organisée dans les trois mois qui suivent. Si Paul Dolianki fait appel, c'est le conseil d'État qui tranchera, dans les six mois (généralement c'est bien plus rapide) et une délégation sera mandatée par le préfet pour administrer la commune, en attendant la tenue, là aussi dans les trois mois suivant, de nouvelles élections. Cela pourrait faire coïncider le scrutin avec celui de la CTG en mars prochain.
Période troublée pour le maire d'Apatou
Cette annulation clôt une période particulièrement agitée pour le maire d'Apatou, un peu plus d'un mois après son arrestation à l'aéroport d'Orly pour le transport d'une valise contenant 2,5 kilos de cocaïne. Dans cette affaire, Paul Dolianki a échappé à la prison et n'a pas été poursuivi pour trafic de drogue, mais pour délit douanier. Mais cette arrestation a été très médiatisée. Le maire d'Apatou a été sous le feu des critiques pendant un long moment, et TF1 est même venu l'interviewer en septembre pour un reportage sur les mules en Guyane pour l'émission 7 à 8.

Tous les autres recours déposés en annulation des élections sur Cayenne, Macouria, Kourou, Saint-Laurent et Maripasoula ont été rejetés par le tribunal administratif. 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
4 commentaires

Vos commentaires

xxl 30.09.2020
STUPIDITE

COKAÏNEMAN SERA SUREMENT REELU ETRE MULE EN GUYANE EST UN TRUC BANAL

Répondre Signaler au modérateur
siage 29.09.2020

Cela lui laissera plus de temps pour les voyages lucratifs vers la Métropole.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 29.09.2020

il ne s'agit pas de "manœuvre frauduleuse"...
Il ne s'agissait pas non plus d'une valise bourrée de cocaïne...
Bref, la marmotte qui enveloppe le chocolat dans le papier alu a encore de beaux jours devant elle !

Répondre Signaler au modérateur
kiki973 29.09.2020
Est ce le maire coca ?

Le roi de la triche ???

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
10 commentaires
3 commentaires
A la une
2 commentaires
1 commentaire