• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
POLITIQUE

« Je soutiendrai Rodolphe Alexandre aux élections de la CTG »

Propos recueillis par Pierre ROSSOVICH Lundi 22 Mars 2021 - 08h04
« Je soutiendrai Rodolphe Alexandre aux élections de la CTG »
Marie-Hélène Charles, maire de Saül, entame son deuxième mandat.

Réélue maire de Saül, puis élue vice-présidente du Parc Amazonien, Marie-Hélène Charles ne participera pas aux prochaines élections territoriales, ce qui ne l’empêche pas de se positionner. Interview exclusive.

(Extrait de notre hebdo du 19 mars)
Vous avez été réélue maire de Saül en octobre dernier. Quelles ont été vos priorités au cours de ces six premiers mois ?

C’est en effet mon deuxième mandat, après celui de 2014 à 2020. Nous avions mis des choses en place avec l’ancien conseil municipal que nous poursuivons aujourd’hui. Parmi mes priorités, celui du chantier de l’école de Saül. Ce chantier s’était arrêté après que nous ayons eu des soucis avec l’entreprise en charge. Aujourd’hui je suis soulagée de pouvoir dire que le chantier va reprendre. Nous avons travaillé en ce sens avec les services de la PACT (Plateforme d’appui aux collectivités territoriales, ndlr). Les enfants de Saül méritent d’avoir une école qui soit digne d’eux. Le projet c’est la construction de deux classes, une classe élémentaire à niveau multiple, et une classe de collège à niveau multiple.
L’école ne s’est pourtant jamais arrêtée de fonctionner ?

L’école est bien restée ouverte et la rentrée de septembre s’est déroulée normalement. Nous accueillons 15 élèves de primaire et six collégiens. Pour ces derniers, nous voulons qu’ils puissent rester à Saül lorsqu’ils passent au collège.

J’ai cédé mon bureau de la mairie, où se tient désormais la classe de collège. Les élèves de la 6e à la 3e, qui sont inscrits au CNED (Centre national d’enseignement à distance, ndlr), y ont cours avec la maitresse de la commune, Mirabelle Nugent. Ça fonctionne très bien !
C’est important de pouvoir suivre une scolarité normale à Saül ?

Oui, parce que les enfants quittaient généralement Saül à l’entrée au collège. Débarquer sur le littoral c’est un gros changement pour eux. Les parents d’élèves étaient en demande. Nous avons donc monté ce projet avec le rectorat. Aujourd’hui on peut parler de réussite, puisque Saül a même connu sa première bachelière, il y a deux ans !
Vous êtes aujourd’hui une mairesse sans hôtel de Ville ?

Oui, la mairie principale de la commune doit être réhabilitée. Le conseil municipal se réunit en ce moment à la maison des jeunes. Ce qui nous permet de travailler. La population a besoin de pouvoir venir à la mairie. Notamment pour nous rencontrer ou pour faire leurs démarches administratives. Que tout ne se passe pas à Cayenne, où nous avons une annexe-mairie.
Vous venez également d’être élue vice-présidente du Parc Amazonien. Pourquoi avoir brigué ce mandat ?

Saül est la porte d’entrée du Parc ! J’ai sollicité ce poste car c’est dans notre commune que le Parc Amazonien a politiquement débuté : son premier président a été Herman Charlotte, alors maire de Saül. Nous sommes la première commune à avoir voté la charte du Parc. L’administration du Parc ne peut pas être gérée uniquement à Montjoly ! Il faut que les réunions se fassent partout sur le territoire. Il faut que les administrateurs se déplacent à Maripasoula, Saül, Papaïchton etc. Je suis contente que la présidence revienne au maire de Papaïchton, Jules Deie. Il faut que ça tourne, et surtout que ça revienne aux communes !
Saül est un haut-lieu touristique de la Guyane. Comment avez-vous traversé la crise Covid ?

Bien que nous n’ayons eu aucun cas de Covid à ce jour, les hébergeurs de la commune ont beaucoup souffert de la crise sanitaire. Durant un an, ils sont restés sans activité. Ce sont donc autant de retombées en moins pour la commune. Les touristes commencent à peine à revenir. Avant le Covid, nous recevions 3 000 touristes par an. En 2020, quelques dizaines uniquement… La CCOG (Communauté de communes de l’Ouest Guyanais, ndlr) a mis en place une aide pour les hébergeurs. Maintenant qu’Air Guyane va reprendre les vols normalement, je pense que ça va redémarrer.
La liaison aérienne avec le littoral reste vitale pour Saül. Comment accueillez-vous l’obtention de la délégation de service public (DSP) par Air Guyane ?

La DSP est une très bonne nouvelle pour la commune. Je profite de vos colonnes pour inviter le PDG d’Air Guyane Christian Marchand à Saül, pour rencontrer la population.

Nous aimerions qu’il y ait des vols tous les jours. On avait auparavant deux vols par jour du lundi au jeudi, un vol le vendredi, pas de vol le samedi et un vol le dimanche. Souvent lorsque l’avion arrive à Saül après être passé par Maripasoula, il n’y a plus de place pour les Saüliens.
Avez-vous avancé sur le dossier du foncier ? On sait que la commune cherche depuis longtemps à accueillir de nouveaux habitants…

Il faut que la mairie puisse acquérir des parcelles de terrain. Nous voulons augmenter la population. Nous avons 155 habitants, dont 80 qui vivent à l’année au bourg. Nous avons beaucoup de demandes de terrains, mais les parcelles appartiennent à l’État. Il faut que l’on trouve un consensus, afin que la Ville acquière du terrain et puisse le revendre aux personnes qui souhaitent s’installer. Nous sommes en bonne voie. Nous allons très prochainement arrêter les modalités d’attribution, puis nous réunirons les demandeurs. C’est quelque chose qui verra le jour en 2021.
Dans trois mois se tiendront les élections territoriales. Pensez-vous y participer ?

En tant que maire, je veux me consacrer à ma commune. Je ne serai ni candidate, ni présente sur une liste. Je ne veux pas me disperser. Je suis déjà vice-présidente à la CCOG et au Parc Amazonien.
Et qui allez-vous soutenir ?

Je soutiendrai Rodolphe Alexandre aux élections de la CTG. Il faut le dire, lorsque l’on a eu des difficultés, il a répondu présent. Par exemple, pour l’acheminement du gasoil pour le groupe électrogène qui alimente les carbets, il a pu débloquer la situation.
Vous considérez-vous de gauche ou de droite, et est-ce que cela veut dire quelque chose pour vous ?

Je suis adhérente au parti Nouvelle Force de Guyane (NFG) de Marie-Laure Phinera-Horth. Je précise que la liste avec laquelle j’ai été élue à la mairie n’avait pas d’étiquette. Mais comme 90% de Guyanais, vu notre histoire, on peut dire que je suis de gauche.
 
 Dernière minute
Lionel Demailly et Patrice Benoit, deux conseillers municipaux de la liste de Marie-Héléne Charles, ont vu leurs élections annulées par le tribunal administratif. Une nouvelle élection pour les remplacer aura lieu les 23 et 30 mai prochain.
 
 


Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

RAPHI 22.03.2021

ni de droite ni de gauche. elle est la ou on la pose

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
4 commentaires
4 commentaires
A la une
2 commentaires
5 commentaires
1 commentaire
2 commentaires