France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

« Je retiens que le parti d’Emmanuel Macron est arrivé avant La France Insoumise »

Mercredi 29 mai 2019
« Je retiens que le parti d’Emmanuel Macron est arrivé avant La France Insoumise »
Rodolphe Alexandre président de la CTG réagit sur les résultats des élections européennes - BERNARD DORDONNE

Rodolphe Alexandre, président de la Collectivité territoriale de Guyane, dresse la stratégie pour conquérir les nouveaux eurodéputés.

Comment interprétez-vous la pole position du Rassemblement national en Guyane ?

Ce n’est pas un vote d’adhésion. Mais un vote de colère, de contestation ou encore de mise en garde. Personne n’a fait campagne en Guyane. Incontestablement, il y a une crise structurelle, des problèmes d’immigration, des promesses qui ne sont pas tenues, l’incertitude vis-à-vis de l’Europe et peut-être que les réformes du gouvernement sont précipitées. De ce résultat, je retiens que le parti d’Emmanuel Macron, La République en marche, est arrivée avant La France insoumise.  

Quel a été le rôle de la CTG ?

D’une manière générale, les Guyanais ne se déplacent pas pour voter pour les élections européennes. Même si la CTG a fait une campagne de communication pour inciter la population et pour expliquer l’enjeu et l’intérêt d’aller voter. L’Europe, aujourd’hui, c’est 660 millions d’euros. C’est la Guyane qui a déposé le mémorandum pour l’ensemble des territoires de l’Outre-mer. C’est la Guyane qui a défendu la réforme du règlement général d’exemption par catégorie (RGEC) et l’octroi de mer. Grâce à l’Europe, nous avons obtenu la modernisation de la flotte navale et la participation des fonds européens pour la construction des lycées, des collèges, des routes, du doublement du pont du Larivot et bien d’autres infrastructures.

Connaissez-vous les eurodéputés des régions ultrapériphériques, RUP, élus ?

Les Açores gardent un eurodéputé social-démocrate mais perdent un eurodéputé du Parti populaire européen (PPE). Madère garde deux eurodéputés, un Socialists & Democrats et un PPE. Les Canaries gardent leur eurodéputé S&D, Juan Fernando Lopez Aguilar qui était venu en Guyane pour la conférence des présidents des régions ultrapériphériques, en 2017. Leur eurodéputé PPE, Gabriel Mato, ne sera élu que si le Brexit a lieu. C’est une mauvaise nouvelle car il était chargé du rapport sur le Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche post-2020. Les RUP françaises gardent trois eurodéputés mais avec un déséquilibre important dans la représentation des territoires. Il y a deux Réunionnais et une Guadeloupéenne et un pouvoir d’influence réduit car aucun ne siégera dans les deux principaux groupes politiques, S&D et PPE. Au total, les RUP seront représentées par sept eurodéputés (huit si Brexit), contre neuf sous la précédente mandature. Les pays et territoires d’Outre-mer ne seront plus représentés au Parlement européen. Alain Cadec (Les Républicains) qui était président de la commission PECH et qui nous avait soutenus sur la question du renouvellement de la flotte n’a pas été réélu.

Quelle stratégie allez-vous mettre en place pour faire passer vos dossiers ?

Un travail de sensibilisation devra être mené dès le début de mandat auprès des sept nouveaux eurodéputés RUP. Avec tous les présidents de région et de collectivités territoriales, on va devoir rencontrer les nouveaux eurodéputés pour leur présenter les dossiers en instance. On va devoir les convaincre pour le maintien des grandes dotations, pour combattre les dégagements d’office et pour relancer l’agriculture.

Quel que soit le nouveau président de la Commission, il faut qu’on lui explique nos spécificités et qu’on lui demande de respecter l’article 349 du traité de fonctionnement de l’Union européenne qui maintient nos privilèges et nos particularités.

 Propos recueillis par Bernard DORDONNE

Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

xxl 30.05.2019
SERPENT

Ce guignol pense quoi de la décision de macron concernant la montagne d'or ?

Répondre Signaler au modérateur
xxl 30.05.2019
SERPENT

Ce guignol pense quoi de la décision de macron concernant la montagne d'or ?

Répondre Signaler au modérateur
xxl 30.05.2019
SERPENT

Ce guignol pense quoi de la décision de macron concernant la montagne d'or ?

Répondre Signaler au modérateur
joko973 30.05.2019

Il retient ce qui l'arrange. Les perdants seraient les gagnants. C'est de la politique comme on n'en veut plus.

Répondre Signaler au modérateur
Kikiwideguyane 29.05.2019

Et il ne fait pas la remarque que la liste EELV est arrivee en seconde position montrant ainsi l interet des Guyanais pour l ecologie. Bien evidemment le «journaliste» de FG ne lui a fait remarque..pour le reste l argent europeen dans l avenir comme dans le passe a defaut de dossiers serieux a presenter

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
3 commentaires