• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Fin des troubles au Suriname : le 8 août 1992 le traité de Venetiaan est ratifié

MA Lundi 8 Août 2022 - 11h41
Fin des troubles au Suriname : le 8 août 1992 le traité de Venetiaan est ratifié

 Il y a trente ans, le 8 août 1992, le président du Suriname Ronald Venetiaan ratifie l'accord de paix entre le gouvernement surinamien et les deux principaux groupes rebelles armés. Trente ans après, la date du 8 août est tombée aux oubliettes, on estime pourtant à près de 10 000, les réfugiés du Suriname qui migrent vers la France en cette période de troubles.

  Il y a trente ans, le 8 août 1992, après six ans de conflits, un accord de paix est signé à Paramaribo entre les Jungle commando de Brunswijk et les Tucajana Amazone. Dès novembre 1986, les noirs marrons du Suriname, fuyant les conflits, émigrent en masse vers la Guyane française ; à la signature du traité de paix, beaucoup font le choix de rester en France.
En effet, cet accord de paix prévoit que les deux principaux groupes rebelles rendront leurs armes en échange d'une amnisitie gouvernementale. Cette entente consacre un déni d'histoire qui touche les membres de ces communautés, encore trop souvent marginalisées de part et d'autre du Maroni.

Trente ans en terres françaises

La ratification du traité entraîne la fermeture progressive des camps de réfugiés installés à Mana et à Saint-Laurent du Maroni mais trente ans après les conflits certains n'ont jamais pu quitter la zone de Charvein.
Le barrage d’Iracoubo, installé d’abord provisoirement alors que les conflits de l'autre côté du Maroni poussent de nombreux Surinamiens à l'exil et officiellement pour « protéger le centre spatial des PPDS », est finalement pérennisé en 1997. Les anciens PPDS (personnes provisoirement déplacées du Suriname) sont concentrés à l'ouest du territoire et leurs déplacements sont contrôlés. Pour ceux qui ont fait le choix de rester et qui ne sont plus en âge d'êtres scolarisés, se déplacer, se former et subvenir à ses besoins relèvent du défi.

Brunswijk au pouvoir depuis juillet 2020

L'ancien chef des Jungle Commando, Ronnie Brunswijk accède à la vice-présidence du pays le juillet 2020 à la tête du Parti général de la libération et du développement, parti qu'il a fondé en 1990. L'avenir nous dira si l'accession à la vice-présidence de ce personnage politique controversé consacrera une amélioration des conditions de vie de l'ensemble des noirs marrons du Suriname.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
A la une
1 commentaire