• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
MUNICIPALES 2020

Sophie Charles investie maire de Saint-Laurent-du-Maroni

Samuel Zralos Lundi 25 Mai 2020 - 16h42
Sophie Charles investie maire de Saint-Laurent-du-Maroni
Lénaïck Adam (gauche) et Sophie Charles discutent sous le regard de l'avocat de la commune Patrick Lingibé, lors d'une pause du conseil municipal d'investiture de Saint-Laurent-du-Maroni, lundi 25 mai. - Samuel Zralos

Deux mois après sa victoire au premier tour des municipales 2020, Sophie Charles a été élue maire de Saint-Laurent-du-Maroni ce matin. A l'unanimité des voix exprimées, puisque l'opposition a préféré soit s'abstenir, soit ne pas prendre part au vote.

 10h sont passées de quelques minutes ce lundi, au stade municipal René Long de Saint-Laurent-du-Maroni. Situation sanitaire oblige, c’est là que la mairie a délocalisé son conseil municipal d’investiture, ce lundi. Pour les participants – conseillers municipaux comme administratifs ou journalistes – c’est chacun sa table, masque et distanciation sociale obligatoires.

Pas d’union sacrée face à la crise en revanche : à peine l’appel terminé, Lénaïck Adam réclame la parole à Bernard Sellier, de la majorité municipale, qui préside la séance en tant que doyen. Le candidat malheureux remet en cause la légitimité d’un conseil ce jour, en raison d’une erreur typographique « sur la liste officielle de proclamation des élus » : son nom et celui de Sophie Charles y sont absents, ce qui a poussé le préfet à saisir le tribunal administratif pour clarifier la situation. De quoi justifier à ses yeux un report des procédures jusqu’à la décision du juge.

Un « problème de forme » pour Bernard Sellier, qui demande tout de même à Maître Patrick Lingibé, avocat de la commune, de s’exprimer. Sauf que cette décision, à son tour, fait polémique. Jessi Américain, autre candidat malheureux aux municipales, ne comprend pas la prise de parole d’un magistrat venu à l’initiative de la majorité et trouve le geste déplacé. 
« Le temps du travail commence maintenant »
Malgré ces débuts chaotiques, les us et coutumes de la République reprennent bien vite leurs droits : chacun leur tour, les élus viennent élire leur maire, puis désigner leurs adjoints. Un vote d’autant plus aisé que seule la majorité présente une candidate – Sophie Charles – et une liste d’adjoints. Le groupe de Lénaïck Adam refuse de prendre part aux votes, tandis que Jessi Américain, qui « accepte le choix de la population » préfère s’abstenir. Refusant « de valider un projet que nous ne connaissons pas », tout en reconnaissant la « légitimité » de la mairesse, il annonce son intention de voter au cas par cas en tant que conseiller municipal.

Les adjoints désignés, les remerciements et félicitations offertes, les 12 nouveaux adjoints (dont 8 étaient déjà présents lors de la précédente mandature) peuvent s’adonner à la traditionnelle photo de groupe. Il s'agit, dans l'ordre, de Mickle Papayo (auparavant conseiller spécial), Bénédicte Fjeke, Manuel Jean-Baptiste, Marie-Chantal Toupouti, Ferdinand Boisrond, Josette Lo-A-Tjon, Dominique Castella, Linda Afoedini, Bernard Sellier, Sharon Voorthuizen, Franck Thomas et Yvonne Dolle épouse Velayoudon.

« Le temps du travail commence maintenant », nous affirme la mairesse au sortir de la cérémonie. A commencer par la désignation « des délégations des différents adjoints » et surtout la préparation de « la rentrée scolaire ». Sans compter les nombreux défis qui attendent, on le sait, la capitale de l’Ouest dans les prochaines années, entre développement économique et préservation écologique.

• Revivez le conseil municipal de Saint-Laurent diffusé en direct sur notre page Facebook :
Publiée par France-Guyane sur Lundi 25 mai 2020

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
1 commentaire
A la une