France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Encore un pas vers la consultation populaire

Mercredi 15 janvier 2020
Encore un pas vers la consultation populaire
Les élus réunis à la Collectivité Territoriale de Guyane - DR

Le congrès des élus qui s’est tenu hier matin, à la collectivité territoriale, a permis d’avancer sur un schéma bien précis, devant mener à une éventuelle évolution statutaire.

Ceux qui voulaient de l’animation ont été servis. Près de huit heures de débats pour aboutir à une résolution adoptée à l’unanimité hier, en fin d’après-midi.

Pourtant, une longue interruption de séance survenue peu après le début de ce congrès a laissé craindre le pire sur la suite des échanges.

C’est une panne technique, au niveau du son des projecteurs placés dans le hall public, qui a contraint Rodolphe Alexandre, a interrompre les travaux. Le même président de la Collectivité territoriale passablement remonté par des propos tenus quelques minutes plus tôt par Olivier Goudet, le leader du collectif Trop’ Violans.

Échange très vif aussi à la reprise entre le président de l’association des maires, David Riché et la conseillère territoriale, Audrey Marie, cette dernière insistant de manière nominative sur l’absence de certains élus lors des réunions de la commission ad hoc pour le projet Guyane.

Plus de 8 heures d’échanges pour s’entendre

Des passes d’armes et plus généralement des positions variées qui ont finalement mené à un consensus autour d’une évolution statutaire pour la Guyane.

En clair, le congrès propose de soumettre au gouvernement un projet sui généris, «  à la carte  » pour faire simple.

Ce qui conduira à une consultation populaire sur la base des pistes définies.

Le travail ne fait que commencer

Une commission composée de quelques parlementaires, chefs coutumiers, conseillers économiques et sociaux et autres élus territoriaux ou municipaux devra élaborer une base d’orientations. Elle sera accompagnée pour ce faire d’un cabinet spécialisé.

C’est dire que l’on repart dans un long processus de travaux sur lesquels les décideurs concernés devront plancher.

Une période qui sera entre temps marquée par l’élection municipale qui pourrait aussi «  crisper  » les discussions.

En attendant, la tenue d’un congrès exceptionnel a été actée. Ce dernier devant intervenir avant la fin du mois de juin.

HRE


Infographie : CTG - DR


Infographie : CTG - DR


Infographie : CTG - DR


Infographie : CTG - DR

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

joko973 15.01.2020

Certains feraient bien d’arrêter de s'écouter parler, d'autres d'apprendre à lire, ou à minima comprendre, un texte qui n'est visiblement pas d'eux. Il serait temps de cesser les enfantillages et de passer aux choses sérieuses...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
A la une