France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
David Riché, maire de Roura

Crique Bagot : « Il y a intérêt que ça bouge ! »

Samir MATHIEU Lundi 29 avril 2019
Crique Bagot : « Il y a intérêt que ça bouge ! »
David Riché, maire de Roura - DR

La pollution, crique Bagot, créé la polémique depuis plus de dix jours. Le maire de Roura, David Riché, reste vigilant et veut que les choses bougent en ce qui concerne la lutte contre l'orpaillage illégal.

Roura est au cœur de l’actualité depuis une dizaine de jours avec l’alerte à la pollution sur la crique Bagot. Une plainte a été déposée par une association pour atteinte à l’environnement. Quelle est la solution aujourd’hui ?

Roura est une commune très aurifère, donc on n’échappe pas à l’orpaillage illégal, de même que le Haut-Maroni. J’ai écrit au préfet puisque, en tant que maire, dès que je suis au courant d’une affaire, je me dois d’avertir le représentant de l’État. Maintenant, que faire ? Je n’en sais rien. C’est un territoire énorme. Roura c'est quatre fois la superficie de la Martinique. Pour moi, la réponse est dans la loi et pas ailleurs. Un orpailleur en forêt, il n’a rien à perdre. Par contre, en face, les gendarmes ont une épouse, des enfants... Ils peuvent perdre leur vie à tout moment. Maintenant, il faut changer la loi pour donner plus de pouvoir à nos forces de l’ordre. On n’est pas à Paris, à Marseille, on est en Guyane. Face aux orpailleurs clandestins, il faut une loi adaptée.

La plainte dresse un constat de pollution. Y a-t-il un péril, un danger imminent ?

Je veux qu’il y ait des prélèvements faits au robinet, au Degrad de Cacao parce qu’il y a des gens et des touristes qui s’y baignent. Je veux un prélèvement au niveau de la Bagot et peut-être plus haut, pour qu’on sache dès aujourd’hui ce qu’on boit, ce qu’on met sur notre peau... Mais pour l’instant, il n’y a rien de fait. J’attends, mais il y a intérêt que ça bouge !

L’autre très grosse actualité de la commune, c’est l’affaire Yago. Où en sommes-nous ?

Pour tout ce qui est de l’enquête, je n’ai pas plus d’informations. Je me suis rapproché de la famille, en essayant d’améliorer leur situation. Je me suis rendu sur place. J’ai appelé un cabinet expert pour vérifier si le bâtiment du dessous était habitable. C’est le cas. Donc tant mieux. La vie s’organise. Je crois que la dame a trouvé un logement avec la Sensamar. L’électricité a été rétablie. C’était le boulot du maire d’intervenir là-dessus, et nous l’avons fait. C’est dramatique pour nous de vivre une telle situation, mais ça en dit long sur les maux de notre pays. Ce n’est pas un faits divers comme les autres. Qu’il arrive jusqu’à Roura, ça veut dire qu’on est bien malade. On a intérêt à vite trouver du boulot à nos jeunes pour pas qu’ils tombent dans ces trafics.

Propos recueillis par Samir MATHIEU

Le maire David Riché réclame des contrôles. Une association a déposé plainte pour atteinte à l’environnement. Les autorités, de leur côté, ont indiqué qu'il s’agissait d'un accident. Une « rupture de digue sur une mine légale » a provoqué ces changements dans les eaux de la Bagot. Mais les autorités l'assurent : « Il n'y a pas eu de pollution et le problème est en train d'être réglé » selon la Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement de la Guyane (Deal) qui a tout de même averti l'Agence régionale de la santé (ARS).

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
5 commentaires

Vos commentaires

jml973 30.04.2019

" Les autorités, de leur côté, ont indiqué qu'il s’agissait d'un accident. Une « rupture de digue sur une mine légale »"

Donc d'un côté nous avons Montagne d'Or qui nous explique que les ruptures de digues ne peuvent avoir lieu comme au Brésil grâce aux contraintes de la loi française et d'un autre côté, la digue d'une mine légale cède cette fois-ci en France sans que personne n'en soit averti avant la plainte de l'association, personne ne dit rien mais la pollution est bien réelle, comme au Brésil. Encore un argument de Montagne d'Or qui tombe à l'eau ... et cette fois ils ne peuvent plus dire que la loi française sur l'environnement nous protège de tels accidents.

Répondre Signaler au modérateur
dtc97300 30.04.2019

Bravo Sherlock. Encore une affaire résolue. Un complot démantelé. Trop forts les Guyanais...lol

Répondre Signaler au modérateur
Paassy 29.04.2019
Maire = officier de police judiciaire !

Monsieur le maire aurait-il oublié qu'il est également officier de police judiciaire et qu'il peut à ce titre dresser un procès-verbal de constat d'infraction en matière de pollution de l'eau et des milieux aquatiques ?
C'est tout à fait anormal que ce soit une association qui se bouge et que la mairie s'en tienne à un constat d'impuissance !

Répondre Signaler au modérateur
Affreux Jojo 29.04.2019

M. Le maire ne peut-il faire faire les prélèvements par ses services et les faire analyser aux frais de la mairie (je sais que c'est injuste, mais il y a urgence)

Répondre Signaler au modérateur
Gérard Manvussa 29.04.2019

La Deal dans le droit fil de la stratégie de minimisation des réalités par l'Etat en Guyane...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
A la une
1 commentaire
1 commentaire