• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
épidémie de covid-19

Collectif PLPG : une plate-forme unitaire pour sortir de la crise

P.R Mercredi 8 Juillet 2020 - 16h28
Collectif PLPG : une plate-forme unitaire pour sortir de la crise

Les collectifs “ENSEMBLE POUR LA SECURITÉ”, “PANGA LASANTÉ PEP GWIYANÈ-A” (PLPG) et “LE CLUB DES ENTREPRISE” ont présenté leur stratégie pour lutter contre la crise sanitaire à travers une plate-forme unitaire :

« C’est le document le mieux disant qui existe aujourd’hui, estime Armand Achille du PLPG, articulé en trois parties : sanitaire, sociale, économique».
 
1. Le reconfinement strict pour «casser la courbe et éviter plus de morts»
Les collectifs demandent un reconfinement accompagné de mesures économiques : exonération totale des charges sociales et fiscales, et la mise en place d’un fond de compensation pour les charges fixes inhérentes à l’activité des entreprises.
« Emmanuel Macron a dit qu’aucune entreprise ne doit rester sur le bord de la route. Ces paroles doivent se transformer en mesures », commente Armand Achille qui dit avoir du mal à comprendre les socio-professionnels qui veulent absolument reprendre leurs activités alors que celles-ci sont partiellement dégradées. « Beaucoup d'entreprises fonctionnent aujourd’hui à peine à 30%. Avec un confinement total, l’État devra tout prendre à sa charge. Mais à vouloir fonctionner en dégradé, ils seront perdants au final ».
 
2. La mise en place de 4 brigades actives sur l’ensemble du territoire, avec l’appui des CCASS communaux et/ou d’associations de terrain :
•  Une brigade alimentaire : pour répondre aux besoins alimentaires des foyers démunis. 
•  Une brigade sanitaire : pour assurer la pérennité des soins et le traitement des personnes autres que les malades du covid. « Certains patients hors covid-19 ne se rendent plus à l’hôpital pour suivre leur traitement par peur d’attraper le virus ».
Une brigade sociale : pour porter assistance aux personnes isolées suite au confinement qui rencontreraient des difficultés administratives ou autres.
•  Une brigade psychologique : pour apporter un soutien aux personnes en difficultés pendant le confinement. « On sait que le nombre de cas de violences domestiques a explosé depuis le confinement ».

Le collectif PLPG se positionne également pour un dépistage massif et le traitement à la chloroquine pour les patients qui le souhaitent : « Personne ne doit s’interférer entre le médecin et son patient. Les malades guyanais doivent pouvoir bénéficier de toutes les molécules qui ont prouvé leur efficacité s’ils le souhaitent ».
3. Respect des accords de Guyane
« 2 milliards 100 sont prévus dans les accords de Guyane. Que l’on mette en place un plan d’investissement sur trois ou cinq ans à hauteur de 700 millions d’investissement par an, à l’issue de la pandémie et une fois que les sociétés seront remises à niveau, propose Armand Achille. Pour l’État ces 2 milliards c’est du "pipi de chat" quand on voit les milliards injectés chez Air France ou Renault, mais pour la Guyane c’est la voie du développement. Ils nous ont été promis en 2017 et c’est le moment où jamais de les obtenir ».
• La visite du 1er ministre
« C’est plus de la communication politique qu’autre chose, répond Armand Achile. Au moins il a reconnu que la Guyane va mal. Mais c’est de moyens dont nous avons besoin pas de visite ministérielle. On a vu ce que celle de l’ex ministre des outre-mer a donné… Je voudrais savoir si le premier ministre valide notre plate-forme et s’il accepte de libérer les 2 milliards 100 que l’on nous doit depuis 2017 ».
• Les médecins non européens
« Chaque Guyanais doit avoir un médecin compétent en face de lui. Ce sont 400 voire 500 médecins qui sont nécessaires. 20 ce n’est pas assez. Avec la réserve sanitaire, on va atteindre les 150 maximum… Concernant les médecins cubains, c’est l’ARS qui refuse de décrire précisément les besoins de la Guyane. Alfred Marie-Jeanne (ndlr, président de la Collectivité de Martinique) a réussi à faire une demande exhaustive avec l'ARS de Martinique et a obtenu gain de cause ».
• RETROUVEZ LA PLATE-FORME UNITAIRE COMPLÈTE ICI:
 
PLATE-FORME UNITAIRE - SAUVONS DES VIES PROTÉGEONS NOS GANGAN
Les différentes stratégies des autorités dans le cadre de la crise sanitaire qui frappe lourdement la Guyane ont montré leur inefficacité à endiguer la propagation de la Covid-19.

Le peuple Guyanais a consenti aux couvre-feux imposés, variables et de plus en plus restrictifs, depuis le 11 mars, au détriment de ses libertés individuelles fondamentales. Un effort vain au constat des plus de 5000 cas officiellement avérés, des plus de 150 personnes hospitalisés dont 23 en réanimation et 10 évacuations sanitaires ainsi que 16 décès recensés en milieu hospitalier.

Cette mesure seule montre toute l’incohérence de la stratégie en place, le virus du Corona n’ayant pas moins de faculté de propagation le jour que la nuit.

Nous notons également que la mesure de confinement sélectif des quartiers populaires est inopérante, faute de moyens adéquat pour contrôler hermétiquement plus d’une trentaine de clusters actifs sur toute la Guyane.

C’est pour cela que nous préconisons un confinement total et strict pour une durée d’au moins 3 semaines afin d’abaisser de manière drastique le taux de reproduction du virus qui est à 2,95 (ce qui signifie qu’un malade contamine 3 personnes en moyenne) et le taux d’incidence de 20 (c’est-à-dire le nombre de nouveaux cas rapportés à la population pour 100 000 habitants) qui est particulièrement élevé. Notre objectif est de non seulement réduire le nombre de morts mais aussi le nombre personnes qui garderont des séquelles toutes leur vie.

Cette période de confinement devrait aussi permettre d’optimiser les capacités d’accueil sanitaires de notre pays pour faire face à la pandémie.

Nos préconisations sont à deux niveaux.
1°) Les actions immédiates AVEC LE CONFINEMENT TOTAL DE LA GUYANE :
- Mise en place de 4 brigades actives sur l’ensemble du territoire :

•  Une brigade alimentaire (répondre aux besoins alimentaires des foyers démunis).
•  Une brigade sanitaire (assurer la pérennité des soins et traitement des personnes autres que les malades de la COVID-19).
• Une brigade sociale (porter assistance aux personnes isolées suite au confinement qui rencontreraient des difficultés administratives ou autres).
•  Une brigade psychologique (apporter un soutien aux personnes en difficultés pendant le confinement).

- Des mesures économiques doivent être prises. Elles seront destinées aux entreprises Guyanaises (PME/PMI, artisans, etc.) sur la base des déclarations du Président de la république française, E. Macron selon lequel « ... aucune entreprise ne doit rester sur le bord de la route, aucune entreprise ne doit faire faillite suite à l’épidémie » :

• Exonérations des charges sociales.
• Compensation pour les charges fixes.
• Indemnisation du manque à gagner sur la période.

- Autres dispositions :

• Appel aux médecins cubains dans le cadre des brigades international Henry REEVE.
• Aide et assistance particulière aux communes de l’intérieur.
•  Un contrôle plus efficient des frontières qui devront être totalement fermées (APATOU, CAMOPI, MARIPASOULA, PAPAICHTON, SAINT-GEORGES, SAINT-LAURENT, etc.).
•  Deux véritables hôpitaux de campagne (à l’est et à CAYENNE).
•  Multiplication des tests de dépistage.
•  Application de protocoles de soin de la maladie qui ont fait leur preuve.
•  Les foyers seront autorisés à faire les courses une fois par semaine.
• Le dispositif des attestations sera maintenu pour les activités essentielles.
•  La pratique sportive individuelle pourra être de deux heures quotidienne dans un rayon de 5 km du domicile.
2°) Les actions à court et moyen terme :
•   Réalisation d’un véritable CHU à CAYENNE.
•   Constructions de deux nouveaux hôpitaux à MARIPASOULA et SAINT-GEORGES.
•   Respect des accords de GUYANE de 2017 (octroie des 2 milliards cents).
 
 

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
6 commentaires

Vos commentaires

Vendeta973 09.07.2020
3 pour le prix d’un

C’’est incroyable cette propension locale à créer des collectifs qui ne représentent qu’eux-mêmes.
Encore plus étonnant la caisse de résonance donner par FG à ces groupuscules.
Je devrais peut être créer l’inter-syndicale associative des YaKA FoKon qui glandent confinés aux frais de la princesse.
Sur que l’on y retrouverait nos pieds nickelés ;-)

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 08.07.2020
ahou! ahou ! ahou!

Ah ben voilà, l'union fait la force ! Là ils seront au moins heu... 18 ???? clampaings lors des réunions, de quoi imposer avec force le concept de confinement au bon peuple guyanais décidément testard.
Saluons l'arrivée du petit nouveau “LE CLUB DES ENTREPRISE” !
Et comme on n'est jamais mieux servi que par soi-même, un petit coup d'autopromotion : "c’est le document le mieux disant qui existe aujourd’hui"
Pas de manières entre nous, appelez-moi Modeste.

Répondre Signaler au modérateur
Garimpo 08.07.2020

Et bien sûr pas un mot sur l’orpaillage illégal et la porosité de la frontière,deux fléaux que vous devriez dénoncer avec force ( compétences de l’état colonial) la les gars ça devient vraiment suspect cet oubli !
A croire que...

Répondre Signaler au modérateur
g6d 08.07.2020

Toujours plus d'argent depuis la Métropole pour que nos chers indépendantistes stes

Répondre Signaler au modérateur
jayjay5 09.07.2020
Attaque ?

Vous avez eu une attaque en essayant de finir votre phrase ? C'est le COVID qui vous a fauché ?

Oui, il faut plus d'argent pour la Guyane. Pas normal qu'en arrivant en Martinique ou en Guadeloupe, mon fils me dise qu'ils ont 20 ans d'avance sur nous. C'est une honte alors que la Guyane a plus d'atout que les Antilles avec le centre spatial qui génère des milliards sans compter la puissance géopolitique de la Guyane (seul territoire de l'UE en Amérique du Sud !).

Si vous n'aimez pas les indépendantistes, c'est que soit vous préférez vivre sous tutelle ou alors que vous n'êtes pas d'ici. Dans ce cas, il y a 6 vols par semaine pour regagner vos pénates.

Répondre Signaler au modérateur
Nespresso 10.07.2020

Fort heureusement la demi poignée d'illuminés indépendantistes n'ont aucune incidence sur le quotidien ou l'avenir de la Guyane Française. Personnellement je ne les déteste pas, je les ignore. Je suis heureux de vivre "sous tutelle" et non, il n'est absolument pas question de prendre un quelconque avion, surtout par les temps qui courent.
Mes pénates sont ici et "this land is my land".

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
3 commentaires
A la une
2 commentaires

Vidéos

Voir toutes les vidéos