France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Ce qu’il faut retenir de la visite de Jair Bolsonaro au Suriname

Eric GERNEZ, à Paramaribo Vendredi 21 Janvier 2022 - 10h08

« Le Brésil a beaucoup d’expérience dans le domaine de l’exploration pétrolière et veut la mettre à la disposition du Suriname ». Jair Bolsonaro et Irfan Ali, les chefs d’Etat des deux pays souverains voisins du Suriname y étaient en visite officielle. Les relations avec le Guyana sont resserrées et fréquentes, une visite d’Etat brésilienne est plus rare. Intéressons-nous à celle-ci.

 
Dernière minute

La visite du président Bolsonaro voit son agenda bouleversé par l'annonce du décès de sa mère.
Jaïr Bolsonaro a dû quitter le Suriname ce matin, en direction du Brésil, interrompant sa visite et annulant celle prévue au Guyana.
 
 
Visite en grande pompe
Hier dans la journée et tôt ce matin, le bruit des sirènes a retenti dans Paramaribo. Arrivé en milieu de journée à l’aéroport international de Zanderij, le président Bolsonaro a été salué par une garde d’honneur et accueilli par le vice président du Suriname Ronnie Brunswijk.

Sur le chemin qui le conduisait à Paramaribo, le cortège officiel à été arrêté par des groupes de brésiliens résidents au Suriname qui souhaitaient saluer leur président.

Les voitures ont fait un arrêt et le président du Brésil à salué et donné quelques accolades. A Paramaribo, Jaïr Bolsonaro était attendu par le président Santokhi au présidentiel, alors qu’une suite spéciale avait été aménagée au Royal Torarica pour héberger le président du Brésil et son entourage.
Peu de contestation
Bolsonaro est un personnage qui prête à polémique, les autorités du Suriname le savent et étaient très attentives à éviter un incident issu des rangs de la contestation environnementale. Finalement, quelques timides démonstrations ont eu lieu pour faire valoir les droits des peuples autochtones sur l’Amazonie mais elles sont restées marginales.

Une seule polémique à un moment enflée sur les réseaux sociaux avec le fait que l’entrée du Suriname est normalement réservée aux personnes vaccinées contre le Covid et Bolsonaro ne l’est notoirement pas.
Coopération historique
Les relations du Brésil avec son jeune voisin du Suriname sont historiques. Dès 1976, des échanges de visites officielles ont permis la conclusion de trois traités bilatéraux sur la coopération culturelle, commerciale et technique. En 2020, les pays ont signé deux accords de coopération sur la lutte contre le paludisme et la maladie de Chagas ainsi que l’assistance du Brésil dans le domaine de la cybersécurité. La lutte contre la criminalité transfrontalière, le trafic de drogue et la création d’une région plus sûre sont également quelques-uns des points à l’ordre du jour.
L’agenda pétrolier
« Le Brésil a beaucoup d’expérience dans le domaine de l’exploration pétrolière et veut la mettre à la disposition du Suriname. Je salue les consultations que nous avons eues et nous espérons que Petrobras sera également visiblement présent pour coopérer sur l’exploration pétrolière et gazière surinamaise », a déclaré le chef de l’État brésilien. Il est clair que le sujet pétrolier représente un intérêt majeur pour les intérêts brésiliens. Deux autres sujets stratégiques ont également été abordés en présence du président du Guyana, la liaison routière avec le Brésil et le port en eau profonde au Guyana, ainsi que le volet énergétique qui expose le projet d’une interconnexion entre Brésil et Guyana.

Cette visite était une visite d’État, la Guyane n’y avait donc pas rang. Il est cependant important que la France reste vigilante aux potentialités de développement actuelles de cette zone. D‘autres l’ont bien compris et y travaillent.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

g6d 21.01.2022

la Guyane, zone protégée, n'a pas besoin des conseils de ses voisins. Ici on consomme, on ne produit pas. On pollue par nos importations, pas par notre production, inconsistante.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
2 commentaires
A la une