France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Bélizon-Saül, la route des anciens

Lundi 4 Novembre 2019 - 03h00
 Bélizon-Saül, la route des anciens
Dans la salle de réception de la ville de Cayenne une centaine de personnes était venue voir le film de Kiko. Des élus de tous bords politiques: Serge Bafau, Fabien Canavy, Marie-Hélène Charles, Gauthier Horth, Gisèle Jean-Louis, David Riché… et des personnalités de la société guyanaise David Donzenac, Jean-Marie Prévoteau, Gueguette… étaient présents et ont pris la parole pour commenter ou poser des questions sur le film. - Serge Ravin

Pierre Rey a défendu à la mairie de Cayenne l’aménagement de la piste Bélizon-Saül, en présentant un film tourné en 2005 et 2010.

Serait-ce le signe que les relations sont apaisées ou une provocation ? Voici onze ans, Pierre Rey, dit Kiko, a été condamné, mais dispensé de peine, pour des travaux illégaux sur la piste de Bélizon (lire notre édition du 24 janvier 2008). Le 23 octobre, il a présenté le film qu’il avait tourné à l’époque (et d’autres images de 2010), à la mairie de Cayenne. À l’époque, il lui avait été reproché la construction d’un pont sans autorisation, sur le domaine privé de l’état, dans la réserve des Nouragues.

L’opérateur minier voulait relier sa concession. Il s’était aussi présenté comme un « soldat du développement » du territoire. Il a repris cette formule en présentant son film Sur la route des anciens, Bélizon-Saül. Le tout devant un public où figuraient de nombreuses personnalités, notamment politiques : Serge Bafau, Fabien Canavy, Marie-Hélène Charles, Gauthier Horth, Gisèle Jean-Louis, David Riché, David Donzenac, Jean-Marie Prévoteau, Guéguette...

À la fin de la projection, le public a longuement salué ces aventuriers qui se sont lancés à l’assaut de la forêt et ont progressé mètre par mètre durant des semaines dans des conditions difficiles pour rejoindre Saül en partant de Bélizon. Le tout pour emmener sur son site minier pelleteuses et tracteurs qui s’enlisaient ensuite sur les pistes de latérite.

Les nuits dans les bivouacs, les approvisionnements par hélicoptère, les réparations mécaniques avec des moyens de fortune, tous ces efforts, Kiko les fait vivre sur l’écran, suscitant des applaudissements du public chaque fois que les équipes arrivaient à bout d’un obstacle majeur.

À l’heure du débat, les uns abordèrent la notion d’aménagement du territoire alors que d’autres vantaient les mérites des sols de Saül sur lesquels tout pousserait.

Pour Kiko, il convenait de montrer aux générations suivantes la nécessité de participer au développement de la Guyane. « C’est une chronique d’un convoi exceptionnel, d’un voyage, une sorte de carnet d’aventure des temps modernes mais qui interroge et laisse ouverte la question du développement de la Guyane. La route de Bélizon-Saül a été inspirée dans les années 1950, notamment par le préfet Vignon. Plus tard, dans les années 2000, on ne pouvait même pas y aller en avion et les habitants de Saül étaient pris en otage. Cette route suscite beaucoup de passion. Il y a du pour, il y a du contre. En tout cas, c’est une route qui m’est chère. J’ai été un nouveau pionnier à la rouvrir en 1998. J’ai dû la parcourir une demi-douzaine de fois avec mon équipe dont une partie est dans le film. Depuis Justin Catayée, la question d’un chemin de fer était déjà posée. On n’a pas progressé depuis. »

Serge RAVIN & P.-Y. C.

Pierre REY dit KiKo à l’origine du film et Eugène Epailly historien qui a apporté son concours pour répondre aux questions des spectateurs sur l’origine de la piste de Bélizon ouverte par le Bureau Minier Guyanais en 1952, sur la piste d’aviation de Saül ou sur d’autres événements historiques de la région. - Serge Ravin
REY père et fils. Un grand nombre de personnes se souvient de ce professeur d’éducation physique qui a longtemps exercer au collège Eugène Nonnon. - Serge Ravin

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

mikeromeo 04.11.2019

Une étude avait chiffré il y a quelques années à quelques dizaines de millions d'euros cette route. Pour des 4x4.
Pour des voitures, rajouter un zéro, sans parler de l'entretien.
Bref, encore un projet pharaonique.

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
1 commentaire
1 commentaire
A la une