• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Application du pass vaccinal, vie chère, évolution institutionnelle… Ce qu’il faut retenir de la réunion du jour avec Emmanuel Macron

S.R. & FXG Jeudi 27 Janvier 2022 - 13h28
Application du pass vaccinal, vie chère, évolution institutionnelle… Ce qu’il faut retenir de la réunion du jour avec Emmanuel Macron
Quelques élus de Guyane réunis autour du préfet. - S.F.

Cet après-midi le chef de l’Etat a échangé pendant plus de 2h30 avec les élus, préfets et directeurs régionaux de la santé en outre-mer. En Guyane, plusieurs annonces concernant le pass vaccinal ou encore la sécurité ont été rappelées.

Le président de la République, accompagné de Sébastien Lecornu, ministre des Outre-mer, et d’Olivier Véran, ministre des Solidarités et de la Santé, a participé depuis l’Elysée à une visioconférence avec les parlementaires et les présidents des exécutifs des départements et collectivités d’Outre-mer actuellement en état d’urgence sanitaire, dont la Guyane fait partie.

 
Gabriel Serville, président de la CTG, Lénaïck Adam, député de la 2e circonscription, Clara de Bort, directrice générale de l’ARS, le préfet de Guyane Thierry Queffelec et le président de l’association des maires de Guyane François Ringuet étaient ainsi tous attablés, face au président de la République en visioconférence, et ce dès 11h30. Les échanges ont duré au total plus de 2h30.

Au cours d’un point presse, l’Elysée a estimé que ces discussions s’inscrivaient dans la « continuité » des actions du président Emmanuel Macron depuis le début de la crise sanitaire. Ce dernier a trouvé l’occasion de « réaffirmer sa volonté de travailler en association avec les élus » ou encore « de réaffirmer sa confiance aux préfets et responsables des Agences régionales de santé ».

« Plusieurs départements et collectivités ultra-marines qui se trouvent toujours sous l’état d’urgence sanitaire, certaines depuis très longtemps, pourront connaître des évolutions vers la sortie du dispositif, a annoncé l’Elysée, évoquant de possibles allègements des mesures sanitaires actuellement en cours en fonction de l’évolution de l’épidémie ».

La Guyane, comme la plupart des départements et territoires d’outre-mer, est de nouveau sous le joug de l’état d’urgence sanitaire depuis le 5 janvier. Le plan blanc a été déclenché en début d’année par l’ARS dans les établissements de santé publics et privés pour faire face à l’épidémie galopante de Covid-19, alors que le variant Omicron est devenu largement majoritaire sur le territoire.

« C’était une réunion au cours de laquelle on devait parler de la crise sanitaire mais il se trouve que les sujets sont tellement prégnants qu’on a débordé. », lance Gabriel Serville, président de la Collectivité Territoriale de Guyane. Comme souligné à l’issue de cette réunion, Gabriel Serville, qui a déjà reçu la semaine passée le ministre des Outre-mer pour concrétiser l’octroi d’une nouvelle aide de l’Etat, retient « deux temps » dans cet échange. Le premier concerne la vie chère et plus globalement les problématiques du monde économique : « le ministre des Outre-mer s’engage à faire un gros travail avec l’accompagnement des collectivités sur l’aide au fret, la fiscalité, la concurrence, sur le prix du carburant également. »

Une inspection des finances avait été réclamée par la CTG après plusieurs mouvements sociaux qui protestaient contre l'augmentation du prix des carburants. « Le ministre des Outre-mer s’est engagé à mettre en place très rapidement les modalités qui vont permettre d’aller vers une amélioration du coût de la vie en Guyane. » félicite le président de la CTG.


Macron « prêt à discuter » de l’évolution institutionnelle

Le président de la République a assuré à Gabriel Serville qu’il était « prêt à discuter de l’évolution institutionnelle », a expliqué le président de la CTG. Et d’ajouter : « il nous a donné un délai de 4 à 6 semaines pour pouvoir lui remonter un certain nombre de propositions qui permettraient qu’on se repositionne par rapport à cette question qui, sans être l’alpha et l’omega, est de nature à améliorer de façon substantielle la relation qu’on entretient avec Paris ».
Le pass vaccinal attendra encore un peu

Comme annoncé au début du mois, sur le volet sanitaire, la date de mise en application du pass vaccinal, qui se substitue au pass sanitaire, relèvera des décisions prises en cellule interministérielle de crise dans les Antilles et en Guyane. Les préfets décideront ainsi de l'adaptation dudit pass localement. Thierry Queffelec, préfet de Guyane, a certifié à l'issue de la cellule interministérielle de crise de ce jeudi 27 janvier que « dans moins de deux mois on devrait avoir un pass vaccinal totalement opérationnel ».

LIRE AUSSI : Du pass sanitaire au pass vaccinal, qu'en sera-t-il en Guyane ?

Quant au vaccin Novavax, nouveau venu dans l'arsenal anti-covid, le gouvernement a promis ce jour la priorisation des Outre-mer au niveau des livraison. Le préfet de Guyane a tenu à féliciter le nombre de doses réservées sur le territoire, « environ 500 », pour l'instant. 
Un escadron de gendarmerie revient en Guyane

Pendant la crise sociale antillaise, un escadron de gendarmerie avait été envoyé en Guadeloupe. « ll va être redéployé ici, en Guyane, très rapidement », rajoute le député Lenaïck Adam, qui a fait de l’insécurité un des sujets phares de cet échange avec le chef de l'Etat. « Sur la question des armes, le président de la République dit qu’il y aura une mesure ad hoc pour qu’on puisse répondre à cette question puisque c’est un véritable fléau sur notre territoire », poursuit-il.

Après plusieurs interventions dans l’enceinte du Palais Bourbon à ce sujet, celui qui s'est déclaré candidat aux prochaines échéances électorales a également mis sur la table le sujet de l’obligation vaccinale des soignants : « il y a une telle pression qu’aujourd’hui ceux qui restent, ceux qui sont vaccinés, sont proches du burnout parce qu’ils vivent des situations compliquées. »

L’objectif de ces discussions était d’avoir un échange « franc et direct », selon l’Elysée, qui a invité les journalistes d’Outre-mer à une conférence de presse post-visioconférence, au téléphone.
Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
3 commentaires
1 commentaire
A la une