• Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr
moise edwin

Apatou : "Nous allons tout faire pour qu’il n’y ait qu’une seule liste face au maire sortant"

Propos receuillis par M.L Samedi 19 Septembre 2020 - 14h25
Apatou : "Nous allons tout faire pour qu’il n’y ait qu’une seule liste face au maire sortant"
Moise Edwin entend constituer une lise de rassemblement. - M.L

Jeudi dernier, une première audience du Tribunal administratif concernant les recours en annulation du résultat des dernières élections municipales dans six communes de plus de 9.000 habitants en Guyane, livrait ses premières conclusions.

Le rapporteur public a retenu un seul recours en annulation comme étant fondé : celui de la Commune d’Apatou où le maire, Paul Dolianki avait été réélu au premier tour avec 50.8% des voix mais où le résultat avait été immédiatement contesté par l’opposition au vu du nombre important d’inscriptions irrégulières sur les listes électorales.

Moïse Edwin, opposant au maire, candidat de la liste arrivée en seconde position (« Alliance citoyenne pour le renouveau d’Apatou » 28.46% des voix) et à l’origine du recours en annulation fait le point sur la situation pour France -Guyane.

Le rapporteur public a jugé fondé le recours en annulation déposé auprès du tribunal administratif, concernant le premier tour des élections municipale à Apatou, le jugement est mis en délibéré jusqu’au 29 septembre prochain. Quelle est votre réaction ?

"C’est une réaction de satisfaction personnelle mais également collective pour la population d’Apatou parce que nous attendons cette décision depuis plusieurs mois. Il y a un certain soulagement chez les habitants qui échangent avec moi. Le rapporteur public a jugé que ce recours en annulation était fondé. Maintenant la finalité c’est que les élections soient annulées officiellement le 29 septembre prochain."
Justement, vous êtes à l’origine de ce recours juridique. Lors de l’élection, le maire M. Dolianki avait été élu avec 50.8% des voix, pourquoi avoir demandé une annulation de cette élection ?
"Parce que nous avons constaté un nombre très élevé de personnes inscrites de manière irrégulière sur les listes électorales sans avoir aucune attache avec la commune.

C’est un phénomène que nous constatons depuis que M. Dolianki est élu maire (2008), il a complétement falsifié la liste électorale d’Apatou pour l’organiser en sa faveur. Il est très difficile de le battre lors des élections puisqu’il modifie les listes électorales pour inscrire des gens acquis à sa cause et éliminer des adversaires.

Très vite, lors de la commission de révision des listes électorales qui s’est réunie le 7 février 2020, on s’est rendu compte qu’il y avait un peu plus de 150 personnes qui ont été inscrites sur la liste entre novembre 2019 et février 2020 grâce à des attestations de résidence délivrées par la mairie et signées par le maire. Or ce document-là est un document qui ne donne pas droit à une inscription sur les listes électorales. A partir de là, j’ai décidé de déposer une plainte contre X, avant même les élections, pour faux et usage de faux."

Le principal élément de contestation de votre recours porte donc sur l’inscription d’électeurs qui ne résideraient en réalité pas sur la commune ?
"Oui, c’est une pratique que M. Dolianki avait déjà utilisé en 2014, mais à ce moment-là, je ne siégeais pas à la commission de révision des listes électorales, je n’avais donc pas les documents pour prouver ce qu’il faisait.

Cette année j’ai pu constater quelles étaient les personnes inscrites sur les listes avec une attestation de résidence qui normalement ne le permet pas. Mais je savais que le simple fait d’avancer cela ne constituait pas une preuve assez solide pour annuler ces élections. J’ai donc demandé le concours d’un huissier de justice qui est venu sur la commune.

Nous avons sillonné le territoire d’Anaoelendo jusqu’à Providence, village par village et elle-même a pu constater que les électeurs, inscrits grâce aux attestations de la mairie, que nous avions listés, ne vivaient pas ici. Nous avons même constaté avec elle que deux villages où des attestations de résidence avaient été établies n’existaient pas : les villages de Santonia et de Kwakakampoe.

Dans les villages qui existent ces électeurs sont inconnus. On parle de tous petits villages qui compte quelques dizaines d’habitants, nous avons fait la démarche pour chaque électeur qui a bénéficié de l’attestation de résidence pour s’inscrire sur les listes, nous avons auditionné les habitants de ces villages et nous demandions s’ils connaissaient ces personnes et on nous répondait toujours « Non, nous ne connaissons pas », « Inconnu dans le village », « Ce nom de famille ne nous dit rien dans ce village ». Alors qu’ici les habitants connaissent très bien les familles qui vivent dans les villages. On s’est donc rendu compte que nos soupçons s’avéraient vrais et qu’ils s’agissaient de faux.

Or tous ces gens là sont venus voter le jour des élections. Les habitants eux-mêmes se sont rendus compte que ces personnes ne connaissaient pas la commune. Lorsqu’on leur demandait simplement où se situait leur village, ils répondaient « Non, moi je ne suis pas de ce village-là », lorsqu’on leur demandait s’ils habitaient à Providence, ils répondaient « Non, moi j’habite à Kourou » ou « Saint-Laurent ».

Certains ne se sont même pas déplacés et ont voté par procuration. Mais ces personnes ne se rendaient pas compte que ce qu’ils faisaient état illégal. M. le maire lui connaît très bien la loi puisqu’il procède aussi aux radiations des personnes qui n’ont plus d’attache avec la commune ou qui ne peuvent plus justifier d’une adresse dans la commune."

Si ces élections sont annulées et à nouveau organisées, comment voyez-vous les choses, il y avait trois listes en mars dernier, dont deux listes d’opposition : la vôtre et celle de M. Romarick Baya, le scénario sera-t-il le même si les apatouciens doivent revoter ?
"Il est prévu que je rencontre la tête de liste, M. Romarick Baya, mais j’ai déjà échangé avec quelques membres de son groupe et tous sont d’accords pour faire un front commun si l’élection est officiellement annulée.

Pour qu’on ne s’éparpille pas, qu’on ne divise pas nos forces puisque le fait d’avoir présenté deux listes face au maire sortant l’a plus renforcé qu’autre chose. Nous apprenons de nos erreurs, si la justice nous donne une deuxième chance, nous allons tout mettre en œuvre, échanger, faire des propositions et des consensus pour qu’il n’y ait qu’une seule liste face au maire sortant."

Avez-vous un dernier message à adresser aux apatouciens ?
"Le message que je souhaite adresser à la population est de garder espoir, tout n’est pas perdu, nous aurons l’occasion de pouvoir changer les choses très prochainement car je suis optimiste sur la décision finale de la justice. D’ores et déjà je lance un appel à tout le monde, ensemble, nous pouvons faire front commun pour remporter les prochaines élections et apporter le changement dont la commune d’Apatou a besoin."




Pour en savoir plus :

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
1 commentaire

Vos commentaires

tronokar 20.09.2020

Passation de valise en vue à Apotou...

Répondre Signaler au modérateur
Sur le même thème
6 commentaires
7 commentaires
A la une