France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

XV de France: "Sincèrement, c'était foutu" pour la Coupe du monde, estime Gabrillagues

Mardi 10 septembre 2019
XV de France: "Sincèrement, c'était foutu" pour la Coupe du monde, estime Gabrillagues
Le deuxième ligne du XV de France, Paul Gabrillagues, lors d'un test-match face à la Nouvelle-Zélande, à Auckland, le 9 juin 2018 - MICHAEL BRADLEY (AFP/Archives)

"Sincèrement, c'était foutu": le deuxième ligne du XV de France Paul Gabrillagues a déclaré mardi à la presse, à Fujiyoshida, avoir fait une croix sur sa participation à la Coupe du monde au Japon lorsqu'il a été suspendu six semaines le 20 août.

Cette sanction, qui lui faisait manquer les trois premières rencontres de la compétition, a finalement été réduite de moitié en appel. Et le Parisien, bien que suspendu pour le match d'ouverture face à l'Argentine, le 21 septembre, a été retenu par l'encadrement.

QUESTION: Vous devez être l'un des joueurs les plus heureux d'être ici...

REPONSE: "Oui. Quand j'ai pris six semaines, sincèrement c'était foutu car ça me faisait louper les trois premiers matches de poule (sur quatre). Ils (le staff) ne pouvaient pas se permettre de prendre quelqu'un qui ne pouvait jouer les deux matches rapprochés en quatre jours, contre les Etats-Unis et les Tonga (2 et 6 octobre). Ce que je trouve tout à fait normal, et j'aurais été embêté de prendre la place de quelqu'un sachant que je n'allais pas jouer. Ca, non. (Les membres de la commission de discipline) avaient jugé que j'avais visé sa tête (au joueur écossais John Barclay, le 17 août, NDLR). Alors que non, il est en position de +grattage+ et, pour l'enlever, j'étais obligé d'arriver avec force, sinon je ne le bouge pas."

Q: L'encadrement vous a-t-il dit que vous aviez commis une erreur?

R: "Non non. Ils m'ont soutenu. Ils ont trouvé que j'avais plutôt fait un bon déblayage, le problème c'est qu'au ralenti... Maintenant ils (les membres des commissions de discipline) font vachement attention: si tu touches la tête, les sanctions peuvent être assez piquantes."

Q: Vous ont-ils dit qu'ils ne vous prendraient pas à la Coupe du monde si la suspension de six semaines était maintenue?

R: "Je n'ai pas eu une discussion nette, mais je ne me faisais pas d'illusions."

Q: Une fois la suspension réduite, avez-vous tout de même douté sur votre présence dans la liste finale? Ou l'encadrement vous avait donné des garanties?

R: "Non, le staff ne m'a donné aucune certitude. Je ne pouvais pas savoir, avec cette sanction. Mais selon la préparation, le match qui s'était bien passé, tu as une petite idée."

Q: Entre votre sanction en première instance et l'appel, la semaine a dû être longue...

R: "Oui, mais vu que je continuais à m'entraîner avec les autres, ça passait plus vite. Les copains à côté ont été top, super gentils. Ca aide à penser à autre chose. Mais j'ai eu quand même un petit coup (au moral): tu es arrivé en premier à la préparation (fin juin, comme tous les joueurs n'ayant pas participé à la phase finale du Top 14, NDLR) et là tout peut s'arrêter..."

- Toujours sans "retenue" -

Q: Allez-vous désormais arriver avec retenue pour déblayer?

R: "Il ne faut pas. Tu ne peux pas douter ou avoir de la retenue avant un point d'impact ou un déblayage. Si tu te mets à réfléchir, tu ne seras pas efficace. Après, bien sûr, il faut être intelligent, ne pas faire n'importe quoi. Mais il faut toujours mettre de la vitesse et avoir l'envie de dominer la collision. Dans la règle."

Q: Vous étiez remplaçant lors des tests de novembre 2018, puis non retenu dans la liste initiale pour le Tournoi-2019. Pourtant, et malgré cette suspension, vous avez été sélectionné. A quoi l'attribuez-vous?

R: Ca va vite dans un sens comme dans l'autre. Ce sont des choix de coaches, c'est difficile pour moi (d'en parler)... Je pense que c'est un tout. Peut-être (grâce à ce que j'ai) fait à l'entraînement, sur le match amical."

Q: Entre joueurs, vous êtes-vous promis de ramener la Coupe du monde en France?

R: "Il y a des choses qui restent entre nous. C'est important. Mais vous vous doutez bien qu'il n'y a que des compétiteurs ici, donc (l'objectif est d') aller le plus loin possible. La vérité sera sur le terrain, de toutes façons."

Propos recueillis lors d'un point presse

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une