France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Tour de France: Alaphilippe n'est "pas nécessairement un adversaire", assure Thomas

Mardi 16 juillet 2019
Tour de France: Alaphilippe n'est "pas nécessairement un adversaire", assure Thomas
Le Britannique Geraint Thomas (d) devant le Français Julian Alaphilippe lors de la 9e étape du Tour de France entre Saint-Etienne et Brioude, le 14 juillet 2019 - Marco Bertorello (AFP)

Julian Alaphilippe, maillot jaune du Tour de France après dix étapes, "n'est pas nécessairement un adversaire" du tenant du titre Geraint Thomas pour la victoire finale, a assuré le Gallois d'Ineos, pour l'instant 2e à 1 min 12 sec, lors de la journée de repos mardi à Castres (Tarn).

"Cela a été excellent", a affirmé Thomas en conférence de presse, en référence au début de Tour de son équipe. "Ces 10 jours ont été supers. Cela aurait pu être encore mieux si nous n'étions qu'à quelques secondes de Julian Alaphilippe au lieu d'être à une minute. Mais il n'est pas nécessairement un adversaire (pour la victoire finale)", a poursuivi le Gallois.

"Nous en saurons plus lors de la deuxième journée de repos (à Nîmes le 22 juillet, après les Pyrénées). S'il a accru son avance à ce moment-là, nous nous en inquiéterons beaucoup plus."

"Sans l'ombre d'un doute c'est le départ le plus positif que nous ayons jamais eu sur le Tour de France, un énorme changement par rapport à l'an dernier", a repris le patron de l'équipe, Dave Brailsford, en faisant la comparaison avec le début du Tour 2018, assombri par le contrôle antidopage anormal de Chris Froome au salbutamol sur la Vuelta-2017 qui avait entraîné un accueil glacial, voire virulent, de l'équipe Sky (désormais Ineos) par le public.

"Être soutenu comme cela, avoir une expérience positive, ajoute à notre joie", a poursuivi le manager.

Quant à l'autre leader annoncé de l'équipe Ineos, le jeune Colombien Egan Bernal, 3e du classement général mais moins impressionnant que Thomas dans les Vosges, il s'est dit "plus confiant et plus expérimenté" que l'an dernier, lors du Tour 2018 où il s'était révélé aux yeux du public français.

"Maintenant, je connais tout le monde, c'était un peu dense l'année dernière", a ajouté le coureur âgé de 22 ans, qui porte déjà sur ses épaules le maillot blanc de meilleur jeune.

"C'est quelque chose de particulier", a-t-il dit à ce sujet. "Mais notre objectif est plus important. Nous voulons le maillot jaune, nous voulons gagner le Tour".

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une