France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Rugby Championship: avantage à l'Afrique du Sud

Vendredi 09 août 2019
Rugby Championship: avantage à l'Afrique du Sud
Les Springboks sud-africains, opposés ici aux All Blacks à Wellington, le 27 juillet 2019, sont bien placés pour remporter le Rugby Championship - Marty MELVILLE (AFP/Archives)

Ce serait un signal fort à un mois de la Coupe du monde: l'Afrique du Sud, qui retrouve des couleurs avec Rassie Erasmus, peut remporter son premier Rugby Championship depuis 2009 en cas de victoire samedi en Argentine (19h40) lors de la 3e et dernière journée.

La Nouvelle-Zélande et l'Australie, qui s'affrontent plus tôt (09h45) à Perth dans ce qui constitue aussi la manche aller de la Bledisloe Cup, leur traditionnel affrontement annuel, sont en embuscade au classement et peuvent aussi rafler la mise. Mais les Springboks seront assurés d'un premier titre dans le "Four Nations" - ils ont gagné trois fois le Tri-Nations avant l'intégration de l'Argentine en 2012 - s'ils s'imposent avec bonus à Salta.

En apparence, l'Argentine, qui reste sur 7 défaites de rang, fait figure d'adversaire idéal pour empocher le magot. Mais Erasmus se méfie. "Prenez leur match à domicile face à la Nouvelle-Zélande (défaite 20-16), l'Argentine a énormément pressé à la fin du match et a failli bénéficier d'une pénalité sur le dernier ballon porté", souligne l'entraîneur sud-africain, dont l'équipe s'était largement inclinée (31-19) l'an passé à Mendoza.

"Leur mêlée n'est peut-être pas aussi puissante, mais c'est une équipe très créative et Mario Ledesma (l'entraîneur argentin) est en train d'apporter une sacrée profondeur à son effectif", ajoute Erasmus à propos du premier adversaire de la France au Japon, le 21 septembre.

- Hansen persiste -

En accrochant les Néo-Zélandais à Wellington (16-16) les Sud-Africains ont semé le doute chez les All Blacks, qu'ils retrouveront également le 21 septembre au Japon.

Que les doubles champions du monde en titre passent à côté du Rugby Championship sera une bonne nouvelle pour leurs supporters superstitieux: les deux seules fois de la décennie où cela s'est produit, ils ont conquis le titre planétaire dans la foulée (2011, 2015). A l'inverse, ils avaient échoué lors des Coupes du monde précédentes (1999, 2003, 2007) après s'être adjugés le Tri-Nations.

Ce qui interroge plus les Néo-Zélandais, c'est le flou que vient d'introduire le sélectionneur Steve Hansen dans la hiérarchie de ses ouvreurs. L'essai mené contre les Boks, avec Beauden Barrett, auparavant indétrônable, décalé à l'arrière et Richie Mo'unga, son nouveau concurrent, sous le maillot N.10 a eu un succès mitigé. Mais Hansen renouvelle pourtant l'expérience face aux Wallabies, estimant que ses deux pépites avaient beaucoup appris l'une de l'autre lors du premier test et que "les rôles s'étaient clarifiés" à l'entraînement depuis.

En face, l'Australie de Michael Cheika, en sérieux déclin depuis plusieurs années, cherche des solutions, quitte à rappeler d'anciens combattants: après Christian Lealiifano, guéri d'une leucémie, James O'Connor fera une réapparition remarquée dans le XV de départ, au centre. Le trois-quarts polyvalent n'avait plus fréquenté la sélection depuis 2013 et son éviction d'un avion pour état d'ivresse au lendemain d'une victoire sur l'Argentine.

C'était à Perth, là où le sale gosse du rugby australien pourra chasser ses démons pour de bon face aux Blacks. "Je pense que James amènera quelque chose d'un peu différent de ce qu'on a vu jusqu'ici, et nos adversaires ne l'auront pas vu non plus", estime Cheika.

L'entraîneur, outre les deux trophées en jeu et le Mondial en approche, aura sûrement dans un coin de la tête le surnom peu glorieux, "Mickey Mouse", que Hansen lui aurait attribué en février. Entre les deux rivaux, il ne sera pas question que de suprématie régionale.

Programme de la 3e et dernière journée samedi

A Perth (Optus stadium):

(09h45 GMT) Australie - Nouvelle-Zélande

A Salta (stade du Père Ernesto-Martearena):

(19h40 GMT) Argentine - Afrique du Sud

NDLR: 4 pts pour un match gagné, 2 pour un match nul, 1 pour une défaite de moins de 8 pts ou pour avoir marqué trois essais de plus que l'adversaire.

Le Rugby Championship a été réduit à trois journées cette année, à cause de la Coupe du monde de rugby qui débutera le 20 septembre au Japon.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une