France-Antilles et ses partenaires utilisent des cookies pour le fonctionnement de leurs services, réaliser des statistiques d’audience, proposer des contenus et publicités personnalisés. En utilisant ce site, vous consentez à cette utilisation. En savoir + et gérer ces paramètres. OK
  • Partager cet article sur Facebook
  • Partager cet article sur Twitter
  • Partager cet article sur LinkedIn
  • S'abonner aux flux RSS de France-Antilles.fr

Réforme de la C1: les équipes nationales pourraient aussi en faire les frais

Mercredi 22 mai 2019
Réforme de la C1: les équipes nationales pourraient aussi en faire les frais
La coupe de la Ligue des champions, le 15 mars 2019 à Nyon (Suisse) - Fabrice COFFRINI (AFP/Archives)

La refonte du calendrier international indispensable à une éventuelle réforme de la Ligue des champions pourrait avoir de lourdes conséquences sur les équipes nationales et diminuer l'attractivité des matches internationaux, ce qui ne manque pas d'inquiéter certains diffuseurs.

La réforme de la Ligue des champions prévue à partir de 2024 et qui pourrait prendre les contours d'une ligue quasi-fermée devra nécessairement s'accompagner d'une révision du calendrier international, un énorme casse-tête qui doit intégrer à la fois les compétitions nationales, continentales et prévoir des fenêtres pour les rencontres internationales.

Or, le projet de C1 présenté par l'UEFA avec un modèle de quatre poules de huit équipes, conduirait à une multiplication des matches et nécessite donc de réduire les fenêtres réservées aux matchs des équipes nationales.

Selon des sources concordantes, l'UEFA qui aurait déjà soumis des propositions à la Fifa, proposerait d'abaisser de cinq à trois le nombre de ces fenêtres pour les sélections nationales, dont deux en mars et octobre, d'une durée de deux semaines et demies chacune, incluant deux week-end, avec quatre matches programmés durant ces deux fenêtres.

- matchs internationaux "moins attractifs" -

Ces matches internationaux plus concentrés "seront moins attractifs pour les diffuseurs en clair, les deux derniers matches attirant moins d'audience", s'inquiète un acteur du football européen.

Il sera également difficile de remplir les stades et "face au manque de visibilité des équipes nationales sur le reste de l'année, les sponsors pourraient aussi revoir à la baisse leur engagement", soulève une autre source.

Sur le plan sportif, avec moins de fenêtres internationales, il y aura également "moins d'opportunités pour les sélectionneurs de tester de nouveaux joueurs" et il sera "difficile de maintenir la concentration des joueurs durant ces deux semaines et demies".

Seule compétente pour réformer ce calendrier, la Fifa, interrogée par l'AFP, "ne souhaite pas faire de commentaires dans l'immédiat". Sur un sujet très sensible, l'UEFA a également préféré ne pas réagir.

En France, TF1 et M6 qui diffusent toutes deux les matchs des Bleus, si elles s'agitent en coulisses, n'ont pas non plus voulu répondre aux sollicitations de l'AFP.

- "On marche sur la tête" -

"L'impact pour les diffuseurs sera clairement négatif", assure un spécialiste des droits TV, préférant rester anonyme. "On marche un peu sur la tête car on a l'impression que ce projet de réforme de la C1 est fait dans l'intérêt d'une quinzaine de grands clubs européens au détriment de tout le reste du football, notamment le football des équipes nationales et donc des fédérations. Or la mission de l'UEFA est avant tout de protéger ses fédérations membres".

Cette réforme de la Ligue des champions, préparée par les grands clubs européens réunis dans l'Association européenne des clubs (ECA) et endossée par l'UEFA et qui garantit des revenus en hausse à un groupe fermé de grosses écuries européennes assurées d'y participer, est combattue par divers acteurs comme les ligues européennes qui estiment qu'elle sera préjudiciable à la fois aux plus petits clubs et aux championnats.

La plupart des ligues européennes y sont opposés, la Liga évoquant même de possibles recours en justice. En France, la Ligue (LFP) et la Fédération (FFF) veulent présenter une "proposition alternative" dans les prochains jours.

L'Association européenne des clubs a manifesté sa ferme opposition tout comme le Forum mondial des Ligues (WLF), qui représente une quarantaine de ligues professionnelles dans le monde et qui a estimé dans un communiqué la semaine dernière que le calendrier international "doit être étudié avec la plus grande attention" et qu'il ferait connaître ses positions "directement à la Fifa".

La réflexion a donc déjà débuté et la Fifa, selon une source proche du dossier, a déjà commencé à travailler sur le futur calendrier, qui devra également dégager des dates à partir de juin 2021 pour la Coupe du monde des clubs nouvelle formule (à 24 clubs), que Gianni Infantino, patron de l'instance mondiale, souhaite lancer dès 2021, tous les 4 ans.

D'ici là, les arbitrages risquent d'être très durs, notamment au sein de la commission des partenaires de la Fifa ("stakeholders committee"), dont la prochaine réunion est programmée en septembre à Zurich.

Pour transmettre un commentaire, merci de vous identifier (ou de vous inscrire en 2min)

Mot de passe oublié?
Inscription express
Aucun commentaire
Sur le même thème
A la une